Les États-Unis déclarent qu'ils n'invitent pas les gouvernements vénézuélien et nicaraguayen au sommet des Amériques

26/05/2022 | 23:41

L'administration Biden n'a pas invité les gouvernements du Venezuela et du Nicaragua au Sommet des Amériques organisé par les États-Unis le mois prochain, a déclaré jeudi un responsable du département d'État, alors que la menace d'un boycott embarrassant plane sur certains dirigeants régionaux.

Kevin O'Reilly, le coordinateur du sommet américain, a déclaré qu'il appartiendrait à la Maison Blanche de déterminer s'il fallait inviter Cuba à la réunion du 6 au 10 juin à Los Angeles, mais que des militants de la société civile cubaine avaient été invités à y participer.

Le président cubain Miguel Diaz-Canel a déclaré mercredi sur Twitter qu'il ne se rendrait "en aucun cas" au sommet, accusant Washington d'exercer une "pression brutale" pour s'assurer qu'il ne serait pas inclusif.

Les responsables de l'administration Biden se sont démenés pour éviter un boycott menacé par certains dirigeants, dont le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, si Cuba, le Venezuela et le Nicaragua sont exclus.

Lopez Obrador a déclaré jeudi qu'il déciderait probablement vendredi de sa participation.

Les snubs possibles ont augmenté le risque d'anéantir un sommet que les collaborateurs du président américain Joe Biden espéraient être une chance de réaffirmer l'influence des États-Unis dans une région qu'ils sont souvent accusés de négliger.

Cherchant un moyen d'apaiser Lopez Obrador, Washington envisage d'inviter un représentant cubain de niveau inférieur en tant qu'observateur, selon des personnes au fait du dossier.

Interrogé par une sous-commission du Sénat pour savoir si les États-Unis avaient invité quelqu'un du gouvernement cubain, M. O'Reilly a répondu : "Ce sera une décision de la Maison Blanche".

Un haut fonctionnaire du département d'État a déclaré en avril qu'il était peu probable que Cuba, le Venezuela et le Nicaragua soient autorisés à participer.

Interrogée pour savoir si ces pays - les principaux rivaux idéologiques de Washington dans la région - seraient invités, la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a déclaré : "Nous envisageons toujours des invitations supplémentaires."

Pressé de savoir si un représentant du gouvernement du président vénézuélien Nicolas Maduro était invité, M. O'Reilly a répondu : "Absolument pas. Nous ne les reconnaissons pas comme un gouvernement souverain."

Les États-Unis et un certain nombre d'autres pays ont reconnu le chef de l'opposition Juan Guaido comme le président légitime du Venezuela et ont évité Maduro, un socialiste, après l'avoir accusé de truquer sa réélection de 2018.

M. O'Reilly a déclaré qu'il appartiendrait à la Maison Blanche d'inviter ou non Guaido à la place de Maduro.

À la question de savoir si le président nicaraguayen Daniel Ortega avait été invité, O'Reilly a répondu par un laconique "Non". Ortega, un ancien guérillero marxiste qui a remporté un quatrième mandat en novembre après avoir emprisonné ses rivaux, a déclaré la semaine dernière qu'il n'était "pas intéressé" par une participation.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
02/07
02/07
02/07
02/07
02/07