Les actions asiatiques fondent leurs espoirs sur l'ouverture de la Chine, le pétrole se reprend

05/12/2022 | 01:27

Les actions asiatiques ont légèrement augmenté lundi, les investisseurs espérant que les mesures visant à assouplir les restrictions liées à la pandémie en Chine finiraient par améliorer les perspectives de la croissance mondiale et de la demande de matières premières, même si la liberté totale ne sera pas atteinte avant plusieurs mois.

Les nouvelles ont contribué à la fermeté des prix du pétrole, les nations de l'OPEP+ ayant réaffirmé leurs objectifs de production avant l'interdiction de l'Union européenne et le plafonnement des prix du brut russe, qui débutent lundi. [O/R]

D'autres villes chinoises ont annoncé un assouplissement des restrictions liées au coronavirus dimanche, Pékin essayant de rendre sa politique "zéro COVID" plus ciblée et moins onéreuse après les récentes protestations sans précédent contre les restrictions.

"Bien que l'assouplissement de certaines restrictions n'équivaut pas encore à un abandon total de la stratégie dynamique du zéro COVID, il s'agit d'une preuve supplémentaire d'une approche changeante et les marchés financiers semblent se concentrer fermement sur les perspectives à long terme plutôt que sur l'impact à court terme sur l'activité, car les cas de virus semblent devoir se poursuivre", a déclaré Taylor Nugent, économiste à la NAB.

L'indice MSCI le plus large des actions de la région Asie-Pacifique, hors Japon, a gagné 0,2 %, après avoir grimpé de 3,7 % la semaine dernière pour atteindre un sommet de trois mois.

Le Nikkei japonais est resté pratiquement inchangé, tandis que la Corée du Sud a baissé de 0,1 %. Les contrats à terme du S&P 500 ont glissé de 0,2 %, tandis que ceux du Nasdaq ont reculé de 0,1 %.

Les marchés ont perdu un peu de leur élan à la fin de la semaine dernière après que le rapport sur l'emploi américain de novembre ait remis en question les espoirs d'une Réserve fédérale moins agressive, bien que les bons du Trésor aient quand même terminé la semaine dernière avec des gains solides.

En effet, les rendements des obligations à 10 ans ont chuté de 74 points de base depuis le début du mois de novembre, annulant ainsi une grande partie du resserrement des taux de la Fed.

Les marchés parient que les taux de la Fed plafonneront à 5 % et ceux de la Banque centrale européenne à environ 2,5 %.

"Mais la demande de main-d'œuvre aux États-Unis et dans la zone euro reste étonnamment forte, et parallèlement à un récent assouplissement des conditions financières, les risques s'orientent vers des taux terminaux plus élevés que prévu pour la Fed et la BCE", prévient Bruce Kasman, responsable de la recherche économique chez JPMorgan.

"La combinaison de la résilience du marché du travail et de la rigidité de l'inflation salariale ajoute au risque que la Fed fournisse une prévision de taux supérieure à 5 % lors de sa prochaine réunion et que la conférence de presse du président Jerome Powell s'oriente vers des indications plus ouvertes concernant tout plafond de taux à court terme."

LE DOLLAR VULNÉRABLE

La Fed se réunit le 14 décembre et la BCE le jour suivant. S'exprimant dimanche, le chef de la banque centrale française, François Villeroy de Galhau, s'est dit favorable à une hausse d'un demi-point la semaine prochaine.

Les banques centrales d'Australie, du Canada et de l'Inde devraient toutes relever leurs taux lors de leurs réunions cette semaine.

La chute vertigineuse des rendements américains s'est répercutée sur le dollar, qui a perdu 1,4 % la semaine dernière sur un panier de devises pour atteindre son plus bas niveau depuis juin.

Il a perdu 3,5 % sur le seul yen et s'est échangé pour la dernière fois à 134,39, laissant le pic d'octobre de 151,94 un lointain souvenir. L'euro s'est établi à 1,0536 $, après avoir gagné 1,3 % la semaine dernière pour atteindre son plus haut niveau depuis début juillet. [USD/]

La baisse du dollar et des rendements a été une aubaine pour l'or, qui oscillait à 1 797 $ l'once après avoir augmenté de 2,3 % la semaine dernière pour toucher un sommet de quatre mois. [GOL/]

Les prix du pétrole ont rebondi après que l'OPEP+ a accepté de s'en tenir à ses objectifs de production de pétrole lors d'une réunion dimanche.

Le Groupe des Sept et les États de l'Union européenne doivent imposer lundi un plafond de 60 $ par baril sur le pétrole maritime russe, bien qu'il ne soit pas encore clair quel impact cela aurait sur l'offre et les prix mondiaux.

Le Brent a gagné 1,14 $ à 86,71 $ le baril, tandis que le brut américain a gagné 1,00 $ à 80,98 $ le baril.

© Zonebourse avec Reuters 2023
Copier lien
Dernières actualités sur "Économie"
17:11
17:01
17:01
16:57
16:55