Les actions se redressent alors que l'euro progresse en raison de la probabilité d'une hausse des taux.

23/05/2022 | 22:38

Les actions américaines et européennes se sont pour la plupart reprises lundi, le S&P 500 se négociant juste au-dessus du territoire du marché baissier, tandis que l'euro a bondi après que la Banque centrale européenne a déclaré qu'elle était susceptible de sortir son taux de dépôt du territoire négatif d'ici septembre.

Les actions américaines et européennes se sont reprises lundi, le S&P 500 s'éloignant pour l'instant d'un marché baissier, tandis que l'euro a bondi après que la Banque centrale européenne a déclaré qu'elle était susceptible de sortir son taux de dépôt du territoire négatif d'ici septembre.

Les prix du pétrole ont glissé et l'or a prolongé ses récents gains, mais le dollar a encore baissé, les investisseurs ayant réduit leurs paris sur de nouvelles avancées du billet vert sur la base des attentes du marché concernant la hausse des rendements à mesure que la Réserve fédérale resserre la masse monétaire.

L'indice mondial MSCI tous pays a gagné 1,54%, mais il est toujours en baisse d'environ 17% par rapport à son record de janvier. L'indice paneuropéen STOXX 600 a progressé de 1,26%, les principaux indices britannique, français, allemand et espagnol ayant augmenté de plus de 1% chacun.

Les actions de Wall Bourse ont également gagné plus de 1 %, bien que le Nasdaq Composite soit resté à la traîne après avoir brièvement évolué dans le rouge.

Le Dow Jones Industrial Average a augmenté de 1,98 %, le S&P 500 a progressé de 1,86 % et le Nasdaq Composite a ajouté 1,59 % dans des échanges agités. Les valeurs de croissance ont augmenté de 1,98 %, dépassant le gain de 1,74 % des valeurs de rendement.

La reprise a soulevé les 11 secteurs du S&P 500 et a mis l'indice de référence sur la voie de sa première semaine de gains après sept pertes hebdomadaires consécutives dues aux craintes d'un ralentissement imminent, mais de nombreux analystes affirment que le ralentissement des actions n'est pas terminé.

Les investisseurs boursiers ont l'illusion que la Fed sauvera le marché d'une nouvelle baisse en assouplissant sa politique monétaire, ou ce qui est devenu le "put" de la Fed, a déclaré Steven Ricchiuto, économiste en chef américain chez Mizuho Securities.

"Ce sera un environnement de croissance très, très lente et la Fed ne va pas s'y opposer", a ajouté M. Ricchiuto. "Vous voyez le marché obligataire baisser en rendement. Cela dit au marché des actions que le put n'est pas là et que, par conséquent, le marché des actions doit s'ajuster également."

Le rendement des obligations du Trésor à 10 ans a augmenté de 7,7 points de base pour atteindre 2,864 % après une baisse de plus de 40 points de base par rapport à un sommet pluriannuel de 3,203 % atteint il y a deux semaines.

D'autres voient également le marché des actions en difficulté.

Étant donné que la majorité des composants du S&P 500 ont déjà chuté de plus de 20 % par rapport aux sommets de 52 semaines, on peut supposer que les baissiers contrôlent fermement le marché, a déclaré Anthony Saglimbene, stratège du marché mondial chez Ameriprise, dans une obligation.

BlackRock Investment Institute a réduit sa notation des actions des marchés développés de "surpondération" à "neutre", citant les efforts potentiellement trop zélés de la Fed pour freiner l'inflation et les signes de ralentissement économique en Chine.

En Europe, l'attention s'est portée sur la présidente de la BCE, Christine Lagarde, qui a accéléré un changement de politique déjà radical, passant de l'exclusion totale des hausses de taux d'intérêt à la prévision de plusieurs hausses face à une inflation record dans la zone euro.

La perspective de taux plus élevés a fait grimper l'euro de 1,24 % à 1,0691 $. La monnaie unique a augmenté d'environ 3,3 % depuis qu'elle a atteint un plus bas niveau pluriannuel il y a 10 jours.

"Les colombes jettent l'éponge", a déclaré Holger Schmieding de la banque Berenberg, ajoutant qu'il s'attend à des hausses de taux de la BCE de 25 points de base en juillet, septembre et décembre.

Une enquête de l'institut Ifo a montré que le moral des entreprises allemandes a augmenté de manière inattendue en mai, ce qui a contribué à calmer les investisseurs pour le moment.

"Je ne pense pas que nous ayons encore atteint le fond du baril, c'est une reprise du marché baissier. Le marché est encore assez préoccupé par l'inflation persistante", a déclaré Michael Hewson, analyste en chef des marchés chez CMC Markets.

Le Forum économique mondial tient sa première réunion en personne depuis deux ans à Davos, en Suisse, au cours des quatre prochains jours. Les banquiers centraux et le Fonds monétaire international participeront à des panels sur les perspectives des économies et de l'inflation.

PIC DU DOLLAR ?

Le Dollar Index, qui suit le billet vert par rapport à un panier d'autres grandes devises, a glissé de 0,855%. L'indice a augmenté d'environ 16 % pour atteindre son plus haut niveau depuis deux décennies au cours des 12 mois précédant la mi-mai.

Les actions asiatiques ont chuté pendant la nuit, les investisseurs craignant que l'inflation et la hausse des taux n'entravent les performances de l'économie mondiale.

L'indice MSCI le plus large des actions de la région Asie-Pacifique, hors Japon, a été légèrement plus faible.

Les prix du pétrole ont peu varié, les craintes d'une éventuelle récession compensant les perspectives d'une augmentation de la demande de carburant avec la prochaine saison estivale de conduite aux États-Unis et les plans de réouverture de Shanghai après deux mois de fermeture due au coronavirus.

Les contrats à terme sur le pétrole brut américain ont augmenté de 1 cent à 110,29 $ le baril et le Brent a augmenté de 87 cents pour s'établir à 113,42 $.

Le prix de l'or a grimpé en raison de la faiblesse du dollar et des inquiétudes liées à la croissance économique, bien que les lingots sans rendement aient réduit leurs gains après la hausse des rendements du Trésor.

Les contrats à terme sur l'or américain ont augmenté de 0,3 % à 1 847,80 $ l'once.

Le bitcoin a chuté de 3,55 % à 29 189,85 $.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
14:12
13:51
13:33
13:30
13:20