Les cartes de crédit pourraient booster les bénéfices des banques américaines

10/06/2022 | 11:20

Les grandes banques américaines, dont JPMorgan Chase & Co et Citigroup, semblent prêtes à bénéficier d'une certaine augmentation de leurs bénéfices grâce à une reprise de l'activité de cartes de crédit, mais une éventuelle récession ferait reculer les consommateurs et entraînerait des pertes sur les prêts en cours.

Les cartes de crédit, un business juteux pour les banques

La semaine dernière, le président-directeur général de JPMorgan, Jamie Dimon, a mis en garde contre les risques croissants de récession et a préparé les investisseurs à un probable "ouragan". Lorsque les dépenses de consommation se sont effondrées pendant la pandémie, Citigroup a marqué un point bas en terminant l'année 2020 avec une chute de 13% des revenus trimestriels provenant des cartes américaines de marque Citi par rapport à l'année précédente.

En période de stabilité économique, les cartes sont l'une des activités les plus rentables pour les banques, et les analystes estiment qu'une reprise continue des emprunts par carte serait un soulagement pour les banques. Aujourd'hui, les soldes globaux des cartes de crédit et des prêts similaires dans les banques américaines ont augmenté de 15 %, au 25 mai, par rapport à l'année précédente, et sont revenus à des niveaux proches de ceux d'avant la pandémie, selon les données de la Réserve fédérale. Ce qui est encore mieux pour les banques, c'est que les détenteurs de cartes de crédit autorisent désormais une plus grande partie de ces soldes à tourner et à payer des intérêts au lieu de les rembourser mensuellement.

Bien que le montant des soldes renouvelables soit rarement divulgué par les banques, il est essentiel car les intérêts des comptes renouvelables rapportent beaucoup plus que les frais de transaction des commerçants, dont certains sont partagés avec les réseaux de cartes, tels que Visa et Mastercard. "La partie la plus rentable de l'activité des cartes de crédit est constituée par les soldes renouvelables des consommateurs et leur remboursement au fil du temps", a déclaré l'analyste Jason Goldberg de Barclays.

Chez JPMorgan, les soldes renouvelables ont augmenté de 8 % par rapport au niveau le plus bas, a déclaré Marianne Lake, co-chef de la banque des consommateurs Chase, lors d'une conférence d'investisseurs en mai.

Pendant les périodes de blocage dues à la pandémie, les consommateurs ont réduit leurs dépenses par carte de crédit et ont remboursé les soldes comme jamais auparavant, grâce aux paiements de relance et aux liquidités provenant du refinancement des prêts hypothécaires.

La part des comptes de cartes actifs avec des soldes renouvelables a augmenté au cours des deux derniers trimestres pour atteindre 52,6 % après avoir plongé à 51,3 % pendant la pandémie. Ces soldes ont généralement prévalu à un niveau d'environ 60 % pendant les sept années précédant le COVID-19, après avoir atteint jusqu'à 70 % pendant la crise financière de 2008, selon les données de l'American Bankers Association.

Les jeunes ne fuient pas les crédits

Les banques affirment que les titulaires de cartes remboursent leurs dettes un peu plus lentement aujourd'hui, ce qui se traduit par des soldes porteurs d'intérêts plus élevés. Discover Financial Services, par exemple, a déclaré que les taux de paiement étaient encore nettement plus élevés qu'avant la pandémie, mais qu'ils s'étaient stabilisés et avaient même légèrement diminué au premier trimestre. Avec la levée des mesures de blocage, les banques ont intensifié l'an dernier la commercialisation des cartes et assoupli les critères de crédit qu'elles avaient resserrés au début de la pandémie.

Les cartes de crédit émises chaque trimestre ont fait un bond de 39 % au quatrième trimestre de 2021 par rapport à l'année précédente, pour atteindre 21,5 millions, le chiffre le plus élevé jamais enregistré et 14 % de plus qu'avant la pandémie, selon l'agence d'évaluation du crédit TransUnion.

Chase, le plus grand émetteur de cartes aux États-Unis, a trouvé des preuves pour faire taire les inquiétudes de certains investisseurs qui pensaient que les consommateurs avaient renoncé aux cartes de crédit, a déclaré Lake de JPMorgan. "Les jeunes générations, a déclaré M. Lake, contrairement au mythe populaire, ne sont pas opposées au crédit ou aux cartes de crédit." Les membres des générations du millénaire et de la génération Z parmi les clients de Chase mettent 60 % de leurs dépenses sur des cartes de crédit. Et ils empruntent davantage en vieillissant, a-t-elle ajouté.

Aujourd'hui, certains investisseurs s'inquiètent que les banques bénéficient trop d'une bonne chose en promouvant les cartes de crédit, au moment où le risque de récession augmente avec le resserrement de la politique de la Réserve fédérale. Les banques disent avoir appris de la crise financière que savoir à qui prêter et combien est plus important pour les bénéfices que d'essayer d'anticiper les récessions.

Bien que les taux de défaillance des cartes aient augmenté au cours des trois derniers trimestres, ils sont toujours inférieurs aux niveaux pré-pandémiques, selon les données de TransUnion. Selon les données de la Réserve fédérale, les taux d'impayés pour les mauvais prêts sur cartes de crédit dans les banques ont augmenté au premier trimestre, passant de 1,57 % à 1,82 %. C'est la moitié de ce qu'ils étaient avant la pandémie et suffisamment bas pour que les banques gagnent de l'argent.

Pour l'instant, le chômage, un facteur important de pertes sur les cartes de crédit, est faible et les salaires augmentent, a noté M. Goldberg de Barclays. "À court terme, il devrait s'agir d'une activité assez rentable. Mais les banques doivent être attentives à la prochaine récession financière."

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Sociétés"
18/08
17/08
17/08
17/08
16/08