Les importantes réductions d'impôts au Royaume-Uni aggravent la crise, le dollar s'envole et les obligations plongent.

23/09/2022 | 14:19

*

Le MSCI All-World atteint son plus bas niveau depuis 2 ans

*

Le dollar atteint son plus haut niveau depuis deux décennies

*

La livre sterling et les gilts se vendent après le "mini-budget" britannique.

*

Le yen en baisse mais les traders se méfient d'une nouvelle intervention

*

Les Treasuries se dirigent vers une 8ème perte hebdomadaire

LONDRES, 23 septembre (Reuters) - Vendredi, les actions ont atteint leur plus bas niveau depuis deux ans, le dollar a atteint son plus haut niveau depuis deux décennies et les obligations ont de nouveau été vendues, les investisseurs craignant des hausses de taux d'intérêt plus importantes pour maîtriser l'inflation, tandis que les actifs britanniques ont plongé après l'annonce d'énormes réductions d'impôts financées par la dette.

Les actifs britanniques étaient déjà plus faibles mais ont étendu leur chute après que le nouveau ministre des finances britannique ait dévoilé un programme historique de réduction d'impôts qui verra les emprunts du gouvernement exploser. Les rendements obligataires britanniques devaient connaître leur plus forte hausse quotidienne depuis des décennies et les marchés monétaires prévoyaient des taux d'intérêt de la Banque d'Angleterre pouvant atteindre 5 % d'ici mai prochain. La livre sterling a perdu 2 %.

L'ambiance sur les marchés a été aigre toute la semaine, avec les principales banques centrales qui ont annoncé une nouvelle hausse des taux de 350 points de base pour lutter contre l'inflation, l'intervention du Japon pour soutenir le yen et les données sinistres de l'indice des directeurs d'achat vendredi qui indiquent un ralentissement de plus en plus marqué dans les principales économies.

Les taux ont été relevés aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Suède, en Suisse et en Norvège - entre autres - mais c'est le signal de la Réserve fédérale indiquant qu'elle s'attend à ce que les taux américains élevés durent jusqu'en 2023 qui a déclenché la dernière vague de ventes.

L'indice mondial des actions MSCI est tombé à son plus bas niveau depuis la mi-2020 vendredi, ayant perdu environ 12 % en un mois environ depuis que le président de la Fed, Jerome Powell, a clairement indiqué qu'une baisse de l'inflation ferait mal.

L'euro a chuté pour la quatrième journée consécutive après que des données ont montré que le ralentissement de l'économie allemande s'est aggravé en septembre, alors que les consommateurs et les entreprises sont confrontés à une pénurie d'énergie sans précédent et à une inflation galopante.

Les actions européennes ont été une mer de rouge pour une deuxième journée, sous la pression de pertes dans tous les domaines, des banques aux ressources naturelles et aux actions technologiques.

Le STOXX 600 pan-régional était en baisse d'environ 2,2 %, tandis que le DAX de Francfort a perdu 1,94 %, ce qui le classe parmi les indices les moins performants d'Europe.

"À part les données sur l'inflation et les décisions des banques centrales, tout n'est que bruit pour le moment, le marché se concentrant fermement, et presque uniquement, sur le niveau de hausse des taux dans les marchés développés et sur la durée pendant laquelle ils resteront à ces sommets", a déclaré Michael Brown, stratège en chef de Caxton FX.

Les contrats à terme S&P emini ont chuté de 1,15 %, ce qui laisse présager un démarrage plus faible à Wall street plus tard.

L'indice FTSE de Londres a perdu 1,9 %, avec en toile de fond une livre qui a dégringolé de 2 % pour atteindre son plus bas niveau en 37 ans et qui a même atteint 1,1022 $ à un moment donné. Le coût de l'assurance de la dette britannique contre le défaut de paiement a également bondi.

"Généralement, une politique budgétaire plus souple et une politique monétaire plus stricte constituent un panorama positif pour une devise - si elle peut être financée en toute confiance", a déclaré Chris Turner, responsable mondial des marchés chez ING :

"C'est là que le bât blesse - les investisseurs doutent de la capacité du Royaume-Uni à financer ce paquet, d'où la sous-performance des gilts."

DOLLAR ROI

Les taux américains étant appelés à augmenter plus rapidement et à rester élevés plus longtemps, le dollar a atteint son plus haut niveau en deux décennies et a étendu ses gains à deux chiffres pour l'année contre plusieurs devises. La couronne suédoise, sensible à l'humeur des investisseurs mondiaux, a baissé à plusieurs reprises cette semaine par rapport au dollar, atteignant son niveau le plus faible depuis au moins le début des années 1970, selon les données de Refinitiv.

Les rendements de l'obligation de référence du Trésor américain à 10 ans ont grimpé en flèche, les investisseurs délaissant les actifs sensibles à l'inflation comme les obligations.

Le rendement à 10 ans a augmenté de 5 points de base pour atteindre 3,776 %, un autre sommet de 11 ans et demi et en voie de connaître sa huitième hausse hebdomadaire consécutive.

Les rendements obligataires de la zone euro ont également fortement augmenté, le rendement de l'obligation italienne à 10 ans atteignant 4,294 %, son plus haut depuis fin 2013, avant les élections italiennes de dimanche.

L'euro a marqué un nouveau plus bas en 20 ans, plongeant jusqu'à 0,9736 $.

Le yen japonais a fortement chuté jeudi jusqu'à ce que les autorités japonaises interviennent pour acheter la devise pour la première fois depuis 1998 et arrêter sa longue glissade.

Vendredi, le yen a cédé une partie de ses gains, avec un dollar en hausse de 0,4 % à 142,97 yens par dollar. Peu de gens croient que le rallye du yen se maintiendra étant donné le caractère dovish de la Banque du Japon.

L'or, qui ne paie aucun intérêt, a subi des pressions, notamment au cours de ce trimestre, en raison de la hausse des rendements. Il était dernièrement en baisse de 1,55 % sur la journée autour de 1 644 $ l'once, à son plus bas niveau en deux ans.

© Zonebourse avec Reuters 2023
Copier lien
Dernières actualités sur "Économie"
06:00
05:41
05:22
04:58
04:51