Les plus grandes banques succombent à la blockchain

20/07/2022 | 12:00

Morgan Stanley, Goldman Sachs, Citi, HSBC, Commonwealth Bank, BNP Paribas, entre autres, ont investi massivement dans des entités et services liés à la blockchain et aux cryptomonnaies ces derniers mois. À grands coups de milliards de dollars, elles ne comptent pas laisser filer ces entreprises innovantes qui ont la capacité de révolutionner leur business model ou du moins redonner un coup de jeune à certains de leurs services. Tour d’horizon de ces banques avides de pépites technologiques à la sauce Web3.

Entre août 2021 et mai 2022, un bon nombre des géants de la finance ont réalisé des investissements dans des entités crypto-blockchain. Et elles n’y sont pas allées avec le dos d'une cuillère. (Cliquer sur l'image ci-dessous pour zoomer)

Source : Blockdata

En regardant le détail des investissements réalisés, nous pouvons examiner les montants des financements totaux des tours de table auxquels elles ont participé. Sur cette base, les investisseurs actifs dans les plus gros tours de financement sont Morgan Stanley (1 100 millions de dollars en 2 tours), Goldman Sachs (698 millions de dollars en 5 tours), BNY Mellon (690 M$ en 3 tours), Commonwealth Bank of Australia (421 M$ en 4 tours) et Citigroup (215 M$ en 6 tours).

Entre août 2021 et mai 2022, un total de 61 banques ont investi au moins une fois dans l’espace crypto-blockchain. Par conséquent, l'entrée progressive de nouveaux investisseurs institutionnels laisse entrevoir des perspectives stables à long terme sur l’écosystème Web3 et devraient, potentiellement, entraîner une participation croissante du secteur bancaire dans les prochaines levées de fonds liées à des entités blockchains. Je ne manquerai pas de vous partager les prochaines publications des participations aux tours de table de ces institutions financières.

Dans quels secteurs ces banques investissent-elles le plus ? 

Fournisseurs de solutions et de technologies de garde 

Les solutions de garde et les fournisseurs de technologie blockchain affichent une popularité croissante parmi les plus grandes banques, en ayant levé, pour certains, les plus importants cycles de financement depuis août 2021. On peut citer notamment : NYDIG (1 milliard de dollars), Fireblocks (550 millions de dollars), Gemini (400 millions de dollars) , et Anchorage Digital (350 millions de dollars).

Ce n’est pas une surprise car la valeur de la capitalisation boursière des crypto-monnaies a atteint un niveau record en novembre 2021, ce qui a entraîné une augmentation de la demande et de la quantité d'actifs numériques détenus par les fournisseurs de garde. Entre 2019 et le début d’année 2022, les actifs sous conservation (AUC) ont augmenté d’un peu moins de 700%.

Actif sous conservation (AUC)
Courbe rouge = capitalisation du marché crypto
Blockdata

Il y a très clairement une corrélation entre l’évolution du marché des cryptomonnaies et les actifs conservés par les entités centralisées sur ces dernières années. Les prochaines publications des actifs sous conservation (AUC) de ces entités indiqueront probablement une chute du poids de ces AUC dans le sillage de la dégringolade du marché crypto sur ce premier semestre. Pour rappel, le marché des actifs numériques a perdu 55% de sa valeur depuis le 1er janvier 2022.

Infrastructure blockchain

L'investissement de Morgan Stanley dans la société d'infrastructure et de services de blockchain, Figment, met en évidence l'importance du jalonnement des protocoles décentralisées, du middleware et des solutions au niveau des applications dans l'écosystème Web3. Figment se concentre essentiellement sur le renforcement de l'écosystème crypto en augmentant l'adoption des blockchains Proof of Stake (PoS) (un mécanisme de consensus pour valider et sécuriser les transactions sur une blockchain) qui s’oppose aux blockchains sous le mécanisme Proof of Work (comme Bitcoin par exemple). La société travaille notamment avec la pépite française Ledger et de nombreuses couches d’infrastructures blockchain comme Ethereum, Solana, Avalanche, Polygon, Cardano, Cosmos… 

Talos, un autre fournisseur émergent d'infrastructures d'actifs numériques et de crypto-trading, a attiré l'attention de Wells Fargo Strategic Capital, BNY Mellon et Citi Ventures. Talos est devenu particulièrement populaire parmi les banques en raison de ses projets d'extension de la prise en charge du trading de crypto centralisé aux plateformes de financement décentralisées (DeFi). Bien que celles-ci se soient fait malmener ces dernières semaines.

Blackdaemon, est une autre société d'infrastructure de blockchain axée sur la gestion et le jalonnement de nœuds (ordinateurs connectés à une blockchain pour valider les transactions et sécuriser le réseau) a levé des fonds sur plusieurs cycles de financement de Citi Ventures, qui a participé à la série C du cycle d'investissement et de JP Morgan Chase et de Goldman Sachs qui ont investi dans leur tour de série B.

Leur présence et leurs investissements dans cet espace mettent en évidence leur concentration sur le développement continu d'outils et de services d'infrastructure de blockchain nécessaires pour soutenir l'écosystème crypto croissant. Je vous concocte des focus sur chacune de ces infrastructures Web3 pour décortiquer leur business model et leur plus-value dans l’écosystème bancaire. Vous retrouverez très vite ces focus dans les colonnes de Zonebourse.

Autres domaines sur le radar des géants de la finance

Dans l'ensemble, les banques investissent dans une variété de domaines allant des plates-formes de développement de blockchain, des marchés d’échanges d’actifs, aux services d'intelligence de marché et aux applications décentralisées. La plupart de ces investissements visent à accélérer la croissance de l'adoption par les utilisateurs, de l'innovation technologique et de l'expérience client dans un avenir immédiat. 

Dans les entités qui ont obtenu des investissements de la part des banques, nous pouvons citer des places de marché de gestion d'actifs/tokenisation comme Buysell Standards. En Europe, nous pouvons citer le spécialiste de la conservation des cryptomonnaies Metaco basée en Suisse qui a signé un partenariat avec la Société Générale.

Crédit Agricole Italia, de son côté, a investi dans le tour de table de la start-up italienne Blockinvest, une société de tokenisation d'actifs qui numérise le processus d'émission et de vente de biens immobiliers et d'obligations.

La Commonwealth Bank of Australia a annoncé son intention d'intégrer le service d'échange et de garde cryptographique de Gemini dans son application bancaire mobile, CommApp, via des API.

US Bank a annoncé son partenariat avec NYDIG pour fournir des services de garde en bitcoins à la disposition de leurs gestionnaires d'investissement institutionnels avec des fonds privés aux États-Unis ou aux îles Caïmans.

Nous observons aussi des fournisseurs de données cryptographiques comme Coin Metrics soutenu par Goldman Sachs et BNY Mellon ou encore des entités qui visent à sécuriser les infrastructures blockchains contre la fraude et les transactions illicites comme Certik.

Les banques : la pierre angulaire de l'adoption massive du Web3 ? 

Alors que certaines banques adoptent une approche active en investissant dans des sociétés fournissant des services d’infrastructures blockchains et de cryptomonnaies, certaines adoptent une stratégie attentiste, car la réglementation actuelle les empêche de s'engager sans réticence dans cet univers. Ceci étant dit, en 2021, 8 % du total des brevets accordés par la BoA étaient liés à la blockchain, le secteur bancaire ayant enregistré une croissance de 86 % dans cette catégorie centrale de brevets. Des chiffres qui relatent l’engagement important des banques dans les infrastructures blockchains pour optimiser leurs services.

Ces initiatives montrent que les banques ne voient plus le Web3 comme une réelle menace. Ce qui était encore le cas il y a quelques mois. Comme nous venons de le voir, certaines banques ont déjà commencé à intégrer des solutions de blockchain et de crypto dans leur portefeuille bancaire traditionnel en tant qu'option intégrée ou supplémentaire.

Une fois que les réglementations concernant la cryptosphère seront plus claires, les institutions financières plus traditionnelles et encore réticentes chercheront, inévitablement, à intégrer des solutions blockchains et crypto, qui favoriseront l'adoption du grand public. A la condition que la régulation et la réglementation soient, bien évidemment, favorables pour le développement des services de l’écosystème Web3, tout particulièrement pour la finance décentralisée (DeFi).

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur ""
08/12
06/12
29/11
23/11
21/11