Marchés : où va l'argent ?

Envoyer par e-mail
28/01/2019 | 12:16
Certains petits tableaux blanc et bleu de Barclays se sont parés de couleurs ce mois-ci pour dresser un état des lieux intéressants des flux sur les marchés. Où l'on découvre que les actions européennes ont bien moins la cote que les japonaises, et que les cycliques restent bien représentées dans les portefeuilles, malgré les craintes sur la dynamique commerciale mondiale.
Les marchés actions ont beau avoir rebondi depuis le début de l'année, l'argent frais continue à sortir. Cette situation paradoxale a été constatée par la banque Barclays, même si elle ne doit pas être généralisée. Les deux tableaux ci-dessous montrent que les volumes sont restés négatifs aux Etats-Unis et en Europe en janvier, que le Japon et les Pays Emergents ont continué à drainer des fonds. Sans (grande) surprise, les fonds obligataires et monétaires ont toujours le vent en poupe, puisqu'ils constituent une alternative peu risquée lorsque les marchés actions tanguent. Le tableau de gauche mesure les montants et celui de droite les proportions.
 
 
Cliquer pour agrandir
 
Pour mettre en perspective les données des deux tableaux précédents, Barclays a produit deux graphiques montrant les flux cumulés depuis 2016 en montant (à gauche) et en pourcentage (à droite). Les pauvres petits européens sont bien mal lotis et les japonais étonnamment fringants.
 

Cliquer pour agrandir
 
L'analyse approfondie réalisée par Barclays avec les données précitées et d'autres indicateurs tend à montrer que les actions ne sont plus "survendues" comme elles ont pu l'être il y a encore quelques semaines, mais que l'allocation reste prudente, avec une préférence marquée des investisseurs pour l'obligataire et le cash. Toutefois, comme la hausse des actions est en contradiction avec les flux, ces derniers devraient s'améliorer dans les semaines à venir, pronostique la banque, car les flux sont souvent en retard sur les mouvements de marché.
 
Quant à l'allocation sectorielle, elle reste favorable aux cycliques même si la "surpondération" continue à reculer. Le graphique ci-dessous capture la tendance, depuis la crise des subprimes. Les défensives restent "souspondérées", tandis que les financières repassent sous la moyenne. Parmi les fonds européens, ce sont les industrielles qui restent plébiscitées, même si la tendance de moyen terme est à la baisse. A l'autre extrémité, la consommation de base est la plus "souspondérée" dans les portefeuilles.

Cliquer pour agrandir
 
Pour finir ce tour d'horizon de fin janvier, qui possède quoi sur les marchés actions européens ? Selon les données collectées par Barclays, les fonds d'investissement possèdent 30% du marché, tandis que les ETF (gestion passive) atteignent 4%. Aux Etats-Unis, les premiers sont à 23% et les seconds à 5%.
 

Cliquer pour agrandir
 
Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2019
Envoyer par e-mail