Marketmind : Fin du H1 mais n'attendez aucun soulagement

01/07/2022 | 09:28

Un regard sur la journée à venir sur les marchés de Sujata Rao.

La bonne nouvelle, c'est que le premier semestre 2022 est derrière nous. Si l'on regarde simplement les marchés américains, les plus grands du monde, le S&P 500 a enregistré sa pire baisse en pourcentage depuis 1970, perdant 8,5 trillions de dollars en valeur, tandis que les rendements du Trésor à 10 ans ont augmenté de 150 points de base.

La mauvaise nouvelle ? Le deuxième semestre 2022 risque de voir plus de la même chose.

D'une part, les données désastreuses continuent d'affluer.

Après les chiffres américains de jeudi sur le ralentissement des dépenses de consommation et la hausse persistante de l'inflation, la Chine a au moins donné quelques nouvelles positives, en indiquant vendredi que l'assouplissement des fermetures a permis à l'activité des usines de croître au rythme le plus rapide depuis 13 mois.

Mais la fabrication japonaise et coréenne a ralenti, tandis que Taïwan s'est contractée.

Les chiffres mensuels du commerce coréen, qui sont en quelque sorte un indicateur du commerce mondial, n'ont pas non plus proposé de réjouissance, révélant que les exportations ont connu en juin leur plus faible croissance depuis plus d'un an et demi, tandis que les importations ont bondi de près d'un cinquième, en raison des prix de l'énergie.

Passons maintenant à l'inflation dans la zone euro. Cette semaine a vu un ralentissement bienvenu de la croissance des prix en Allemagne (bien que causé par des facteurs ponctuels) mais une lecture alarmante de plus de 10% en Espagne.

Voilà en quelques mots certains des problèmes auxquels la Banque centrale européenne est confrontée - les besoins de 19 économies différentes.

À l'échelle du bloc, la croissance des prix de juin, attendue vendredi, est prévue à 8,4 %, contre 8,1 % en mai.

Vendredi est également le jour où la BCE commence à utiliser le produit des dettes allemandes, françaises et néerlandaises arrivant à échéance pour acheter des obligations de l'Italie et d'autres États du sud afin d'arrêter la fragmentation nord-sud.

Jusqu'à présent, tout va bien : les coûts d'emprunt italiens à dix ans ont chuté de 100 points de base depuis la mi-juin, ramenés à la baisse par l'espoir qu'un tel plan soit déployé. Sa prime de rendement par rapport à l'Allemagne se situe juste au-dessus de 200 points de base, bien loin de la ligne de danger perçue de 250 points de base.

Les rendements américains et allemands sont en baisse, les coûts d'emprunt américains à 10 ans étant inférieurs à 3 % et en passe de connaître leur deuxième semaine de baisse. Et les marchés estiment que les cycles de relèvement des taux pourraient s'interrompre plus tôt que prévu, le taux des fonds fédéraux atteignant un sommet autour de 3,4 % en avril prochain, et diminuant ensuite pour terminer l'année 2023 sous les 3 %.

Les développements clés qui devraient fournir plus de direction aux marchés vendredi :

- PMIs de juin, au niveau mondial (final)

- Prêts hypothécaires de juin au Royaume-Uni

- IPC/IPCH flash de juin dans la zone euro

- ISM américain de juin

- La Colombie augmente ses taux d'intérêt de 150 points de base pour les porter à 7,50 %,

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
08/08
08/08
08/08
08/08
08/08