Nervous breakdown

29/11/2021 | 09:01

Les marchés boursiers ont brutalement perdu leur sang-froid vendredi, épouvantés par l'apparition d'un nouveau variant du coronavirus dont on sait encore peu de choses. L'indice de volatilité VIX est remonté sur ses niveaux du début du mois de février à mesure que les gouvernements empilaient les restrictions d'urgence à la libre-circulation des individus. Ce matin, un rebond se met en place, sur des bases encore fragiles, du moins en Europe parce que l'Asie pique encore du nez.

De l'alphabet grec, on connaît surtout les lettres utilisées fréquemment dans les médias, la finance, l'astronomie, les mathématiques ou les proverbes. Alpha, Delta, Pi ou Oméga. Depuis ce weekend, le monde découvre Omicron, le petit "o" grec, par opposition au Oméga, le grand "o" (comme leurs noms respectifs l'indiquent). Omicron est le nom donné par l'OMS à la dernière variante du coronavirus. Il a beau s'agir du "o" micron, l'effet sur les marchés financiers et les gouvernements a plutôt été "oh méga".

Vendredi, les indices se sont effondrés. Les plus riches en valeurs cycliques comme le CAC40 français ou le DAX allemand ont perdu plus de 4% en une séance. Plus défensif, le SMI suisse et le Bel20 belge ont cédé moins de 3%. Aux Etats-Unis, les pertes des trois grands indices ont été "contenues" entre 2 et 2,5%.

Les valeurs de la santé et du commerce à distance ont sauté comme des bouchons de champagne, tandis que celles des compagnies aériennes et de l'énergie coulaient à pic. La violence des réactions montre que les investisseurs ont été pris par surprise par l'émergence d'un nouveau variant potentiellement plus dangereux que ses prédécesseurs. Même si, à vrai dire, on ne sait pas trop à quoi s'en tenir avec Omicron, à l'heure où Delta regagne en vigueur. J'aurai bien titré "on tire d'abord, on réfléchit ensuite", mais j'ai découvert ce matin en lisant mes emails que la formule avait déjà été utilisée par l'économiste d'Oanda Jeffrey Halley (qui m'a déjà gâché quelques bonnes idées par le passé, décalage horaire oblige). Les gouvernements ont réagi promptement en prenant des mesures radicales : Ie sud de l'Afrique en fait les frais, puisque les premiers cas y ont été identifiés, tandis qu'Israël ou le Japon ont fermé ou vont fermer leurs frontières aux touristes.

L'OMS a publié hier un communiqué pour expliquer qu'on ne sait pas encore si Omicron est plus transmissible ni s'il entraîne une maladie plus grave que les infections par d'autres variantes. Il faudra un peu de recul pour le déterminer. A ce stade, les premières infections ont été signalées sur des étudiants universitaires, qui sont jeunes et présentent en général des formes bénignes. Les laboratoires comme Moderna, AstraZeneca ou Pfizer se sont employés à rassurer au cours du weekend en indiquant qu'ils seraient en capacité d'adapter rapidement leurs vaccins au nouveau variant si cela s'avérait nécessaire.

Ces annonces ont permis aux indicateurs avancés des marchés occidentaux de pointer en direction d'un rebond ce matin, même si l'Asie continue à broyer du noir. La levée de boucliers de vendredi n'a pas eu que des conséquences cohérentes. Le dollar s'est curieusement affaibli alors que son statut de valeur refuge aurait dû lui garantir une bonne tenue. Quant à l'or, autre sanctuaire historique, il a à peine cillé et se retrouve toujours embourbé sous la barre de 1800 USD l'once. Dans son commentaire matinal, la banque britannique Liberum pointe un fait intéressant, sans malheureusement l'étayer précisément : les échanges boursiers de vendredi à Londres ont été dominés par les investisseurs particuliers, ce qui laisse penser que les marchés réagissent de manière excessive et que les investisseurs institutionnels sont restés en position d'attente (i.e. ils ont gardé leur sang-froid). Maintenant que la poussière est un peu retombée, nous verrons bien si les zinzins (les zinvestisseurs zinstitutionnels) continuent à tenir.

Les marchés devraient donc chercher à rebondir ce matin en Europe, mais l'indice de volatilité VIX est revenu dans une zone inédite depuis le début du mois de février dernier. Cela signifie que la nervosité est élevée et que les tendances peuvent changer rapidement, en l'occurrence en fonction des annonces sur Omicron. Sur l'agenda macroéconomique de la semaine, les données sur l'emploi en novembre aux Etats-Unis, publiées vendredi, sont la statistique la plus attendue. D'ici là, plusieurs banquiers centraux seront de sortie pour des allocutions publiques, à commencer par Jerome Powell, de la Fed, dès ce soir.

Le CAC40 gagne 1,36% à 6832 points peu après l'ouverture. 

Et pour le plaisir en référence au titre, un court passage des "Tontons".

Les temps forts économiques du jour

L'estimation préliminaire de l'inflation allemande de novembre sera publiée à 14h00, juste avant les données sur l'immobilier ancien d'octobre aux Etats-Unis (14h30).

L'euro est un peu remonté à 1,1276 USD. L'once d'or se négocie 1793 USD. Le pétrole se stabilise à 71,60 USD le baril WTI et 75,72 USD le baril de Brent après un rebond marqué. Net recul sur les rendements obligataires, avec sur 10 ans un taux de 1,53% pour le T-Bond (-10 points) et de -0,34% pour le Bund (- 9 points). Le bitcoin remonte à 57 500 USD.  

Les principaux changements de recommandations

  • Amadeus : UBS passe de neutre à achat en visant 70 EUR.
  • Amundi : Morgan Stanley passe de surpondérer à pondération en ligne.
  • AP Moeller Maersk : J.P. Morgan passe de neutre à surpondérer en visant 26 965 DKK.
  • Asos : Oddo BHF démarre le suivi à neutre en visant 3000 GBp.
  • Burberry : Bernstein reste à performance de marché avec un objectif réduit de 2261 à 1972 GBp.
  • Continental : Goldman Sachs passe de neutre à vendre en visant 100 EUR.
  • CRH : Jefferies reste à l'achat avec un objectif relevé de 55,80 à 61,80 EUR.
  • Ekopak : Berenberg reste acheteur avec un objectif relevé de 19,70 à 20,60 EUR.
  • Evotec : Jefferies démarre le suivi à l'achat en visant 55 EUR.
  • Hargreaves Lansdown : Morgan Stanley passe de pondération en ligne à souspondérer.
  • HeidelbergCement: Jefferies passe d'acheter à conserver en visant 65,30 EUR.
  • Holcim : Jefferies reste à conserver avec un objectif abaissé de 59,30 à 50,30 CHF.
  • Homeserve : HSBC passe d'alléger à conserver en visant 980 GBp.
  • Kingspan : Jefferies passe de conserver à acheter en visant 136 EUR.
  • Philips : AlphaValue reste à l'achat avec un objectif réduit de 48,70 à 45,10 EUR.
  • Rockwool : Berenberg reste à conserver avec un objectif réduit de 3050 à 3000 DKK.
  • Saint-Gobain : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 63,50 à 64,10 EUR.
  • Sika : Jefferies reste à l'achat avec un objectif relevé de 353 à 422 CHF.
  • Stellantis : Citigroup reprend le suivi à l'achat.
  • Sulzer : Credit Suisse reprend le suivi à l'achat.
  • Telenor : SpareBank passe de neutre à achat en visant 160 NOK.
  • Volkswagen : Citigroup passe d'acheter à conserver.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Le designer américain Virgil Abloh, star de Vuitton (LVMH) et d'Off-White, succombe à un cancer à 41 ans (cliquer ici pour un portrait publié par le New Yorker).
  • Orange, Deutsche Telekom, Vodafone et neuf autres groupes télécoms appellent les géants de la technologie à financer les réseaux.
  • Stellantis signe un accord d'approvisionnement en lithium auprès de Vulcan.
  • TotalEnergies met en service sa plus grande centrale solaire en France.
  • AXA a signé un contrat avec un PSI pour mettre en œuvre son programme de rachat d'actions de 1,7 Md€.
  • Eurofins lance des tests RT-PCR pour le dépistage rapide du variant B.1.1529 du SRAS-CoV-2.
  • Faurecia révise en baisse ses prévisions de chiffre d'affaires, de marge et de génération de trésorerie 2021 à cause de facteurs endogènes et exogènes.
  • Sartorius Stedim Biotech développe ses activités en France et investit 100 M€ à horizon 2025.
  • Icade consulte ses porteurs obligataires pour transformer son emprunt de janvier dernier en obligations vertes.
  • Elis fait l'acquisition de la société Chrisal Skadedyrsservice au Danemark.
  • Quadient ajoute l'externalisation de courrier à sa plateforme cloud de diffusion de communications multicanales, en partenariat avec Tessi.
  • Believe prend le contrôle de l'indien Think Music.
  • Predilife lance une augmentation de capital de 2 M€ à 6,70 EUR l'action.
  • Biosynex monte à 18,8% de Theradiag.
  • Pherecydes Pharma obtient un brevet en Israël sur ses phages anti-Staphylococcus aureus.

Dans le monde

Annonces importantes (et autres)

  • Le CEO de Telecom Italia, Luigi Gubitosi, démissionne.
  • Nissan va investir 17,6 Mds$ supplémentaires dans l'électrique.
  • Les sites d'Amazon en Europe ciblés par des actions contre le "Black Friday".
  • ENI cède à Snam une part des gazoducs algériens pour 385 M€.
  • Weibo veut doubler sa cotation à New York d'une cotation à Hong Kong.
  • L'antitrust britannique veut bloquer le rachat de Giphy par Facebook.
  • Les locaux de la Juventus de Turin perquisitionnés par la justice italienne.
  • Stadler Rail reprend la société BÄR Bahnsicherung, spécialiste de la signalisation.
  • Principales publications de résultats : Thor Industries, L'Occitane, CD Projekt, Draper Esprit, Nacon

Lectures

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur ""
07:53
19/01
18/01
17/01
14/01