OK boomer

11/11/2021 | 09:06

Les marchés américains ont accusé le coup d'une nouvelle poussée d'inflation en octobre aux Etats-Unis. Mais les autres places financières ont l'air d'en prendre leur parti, comme le montre le parcours des actions asiatiques ce matin. En Europe, le réveil devrait être hésitant en cette journée fériée mais non chômée en bourse. Ce matin, je vous propose quelques réflexions sur le choc de générations et la nécessité de ne pas rester enfermé dans le passé.

Les chiffres de l'inflation d'octobre publiés hier aux Etats-Unis n'ont souffert d'aucune ambigüité, puisqu'ils ont clairement explosé les compteurs. Il en a résulté une correction des trois indices américains, plus marquée sur le Nasdaq au motif que les valeurs de croissance ont plus besoin que les autres des flots de liquidités qui pourraient se tarir si la banque centrale américaine venait à devoir accélérer son processus de hausse de taux. Rien de bien neuf en fait parce que c'est à peu près la même rengaine tous les mois depuis le printemps dernier. Mais comme le compteur tourne, la tâche de la Fed s'annonce de plus en plus ardue. Celle des autres banques centrales probablement aussi.

Avec la fin des publications trimestrielles d'entreprises, les marchés actions vont perdre de la force de traction et les désordres macroéconomiques pourraient à nouveau venir brouiller la donne. Mais il ne faut pas noircir le tableau outre-mesure car des éléments porteurs exogènes peuvent aussi entrer en ligne de compte. Par exemple les rumeurs qui circulent depuis cette nuit sur un démantèlement ordonné – c’est-à-dire sans trop de casse - du promoteur China Evergrande Group par Pékin. Toujours sur le marché immobilier chinois, la presse officielle a fait savoir que les banques du pays ont très fortement accru les prêts aux promoteurs en octobre, signe d'une embellie sur le marché du crédit local, probablement orchestrée par le pouvoir central.

Lors de la publication des chiffres de l'inflation hier à 14h30, les mécanismes classiques se sont mis en place : le dollar s'est renforcé et l'or a pris une belle pente verticale à la hausse. Selon une tendance plus récente, le bitcoin a suivi presque exactement le même parcours, signe qu'il constitue pour certains investisseurs un outil alternatif à la relique barbare pour se protéger de l'inflation. A la différence près que la hausse de l'or a tenu en soirée, contrairement à celle de la cryptomonnaie. Mais peut-on vraiment prêter des caractéristiques identiques à ces deux produits en quantité finie, l'un physique et l'autre numérique ? Cette querelle des anciens et des modernes me donne l'occasion d'introduire un superbe papier de l'excellent Morgan Housel, qui distille sa science des marchés sur le blog de son organisation, le Collaborative Fund.

Je ne suis pas toujours à l'aise pour reprendre les écrits d'autrui, mais je vais tenter de synthétiser en quelques lignes ce qu'il a couché sur le papier en 8000 caractères et qui a trait aux rapports que nous entretenons entre générations et à l'influence que cela peut avoir, en l'occurrence en économie et en investissement (je vous invite à consulter l'article entier ici en anglais). Housel met en avant tout le risque qu'il y a à s'appuyer sur les avis d'expert d'un monde qui n'existe plus, dans un univers aussi évolutif que le nôtre. Une idée qui renvoie à l'incapacité d'accepter la nouveauté et donc l'innovation. "N'achetez pas d'actions lorsque le ratio P/E est supérieur à 20 était une bonne leçon à retenir des années 1970, lorsque les taux d'intérêt étaient de 7%, que la Fed n'avait pas encore appris ce dont elle était capable et que la plupart des entreprises étaient des entreprises manufacturières cycliques par opposition aux services numériques. Est-elle pertinente aujourd'hui ? D'un point de vue philosophique, oui. En termes pratiques, probablement pas", écrit-il, pour nous exhorter à nous adapter.

Nous sommes généralement plus conservateurs que la génération qui nous suit, j'enfonce une porte ouverte en écrivant cela. C'est très visible ici chez Zonebourse avec l'équipe de jeunes que nous sommes en train de former et qui apporte ses idées nouvelles en faisant semblant d'écouter nos conseils de prudence. Je cite encore Housel : "chaque génération passe par le même processus. La génération plus âgée d'aujourd'hui a un jour mieux compris le monde que ses parents, qui se sont moqués d'elle. La jeune génération d'aujourd'hui sera un jour coincée dans les normes désuètes de son passé, et ses enfants se moqueront d'elle". Au final, "aucun âge n'a le monopole de la perspicacité" et c'est le partage d'expérience qui permet d'avancer.

En investissement, c'est la même chose : les choses évoluent, les lignes bougent. Et tous les avis éclairés sont bons à prendre. Dans l'équipe, quand Tommy, inlassable découvreur d'actions à fort potentiel présumé, dévoile ses dernières trouvailles, la vieille garde est un peu dubitative. Même chose quand Louis, qui n'était pas né quand la bulle internet a fait pop et qui était en CM1 pendant la crise financière de 2008, s'enthousiasme pour la dernière fintech qu'il a chinée. Ils nous ont déjà prouvé qu'ils avaient raison et nous tort (le contraire est vrai aussi, n'exagérons pas). Mais cela illustre le fait qu'il faut aussi constamment se remettre en question et accepter que ce qui a été la norme d'hier n'a plus forcément cours aujourd'hui. Morgan Housel pour finir, citant cette fois Vishal Khandelwal : "certains d'entre nous sont tellement arrêtés dans leurs positions qu'ils ne peuvent jamais se défaire de l'idée que tout ce qui est nouveau doit être mauvais... Dès qu'on entre dans l'état d'esprit 'Expert', un grand nombre de choses deviennent impossibles". A bas les experts donc, du moins ceux qui sont restés figés dans le passé.

Le CAC40 perd 0,1% à 7034 points peu après l'ouverture.

Les temps forts économiques du jour

Il n'y aura pas d'indicateur macroéconomique majeur aujourd'hui.

L'euro a chuté à 1,1478 USD après le renforcement de l'inflation américaine. L'once d'or est remontée dans le même temps à 1850 USD, tandis que le bitcoin se stabilise à 64 720 USD. Le pétrole varie peu à 82,15 USD le Brent et 81,55 USD le WTI. Le rendement du T-Bond 10 ans est remonté à 1,55% et celui du Bund à -0,25%.

Les principaux changements de recommandations

  • Air France-KLM : Berenberg reste à la vente avec un objectif relevé de 3,50 à 3,60 EUR.
  • Arkema : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 130 à 137 EUR.
  • Autoneum : Research Partners relève son objectif de cours de 220 à 250 CHF.
  • Banco BPM : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 3,50 à 4 EUR.
  • Bpost : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours réduit de 11 à 10 EUR.
  • Fresenius Medical Care : Jefferies passe de sousperformance à neutre en visant 56 EUR.
  • Glanbia : Berenberg reste à l'achat avec un objectif relevé de 16 à 16,50 EUR.
  • GN Store Nord : Morgan Stanley passe de surpondérer à pondération ligne en visant 460 DKK.
  • Klépierre : J.P. Morgan passe de souspondérer à neutre en visant 20 EUR.
  • Lundin Energy : HSBC passe de conserver à alléger en visant 310 SEK.
  • Mowi : Berenberg reste à conserver avec un objectif relevé de 200 à 235 NOK.
  • Pharmagest : GreenSome Finance reste acheteur avec un objectif relevé de 138,70 à 143,20 EUR.
  • Shaftesbury : J.P. Morgan passe de souspondérer à neutre en visant 630 GBp.
  • Valneva : Guggenheim reste à l'achat avec un objectif relevé de 51 à 64 USD sur l'ADR.

En France

Résultats des sociétés

  • ArcelorMittal : les bénéfices du T3 sont un peu inférieurs aux attentes. L'aciériste renforce son programme de rachat d'actions d'1 Md$.
  • Engie : les prévisions 2021 sont relevées. Des rumeurs circulent concernant un rachat de l'espagnol Eolia.

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Daimler va céder la totalité de ses 9,2 millions d'actions Renault.
  • Thales fournira les commandes de vol des Gulfstream G800 et G400.
  • Bottega Veneta (Kering) et Daniel Lee annoncent leur décision commune de mettre fin à leur collaboration.
  • Eiffage dément les rumeurs d'intérêt pour Spie.
  • Icade poursuit sa rotation d'actifs avec la cession d'un immeuble à Boulogne-Billancourt.
  • Spie entre en négociation exclusive pour l'acquisition de Worksphere aux Pays-Bas.
  • Inovalis acquiert des actions Advenis auprès de Renée Costes à 2,80 EUR pièce.
  • Pierre & Vacances soumet une nouvelle proposition à ses bailleurs, individuels, soutenue par une majorité de propriétaires.
  • Frey conclut pour la première fois deux financements d'un montant total de 150 M€ assortis de critères de performances ESG.
  • Lancement d'un projet de recherche entre AKKA et l'Institut de technologie automobile de l'Université Technique de Munich.
  • Acheter-Louer lance une plateforme de prédiction d'évolution des prix immobiliers.
  • Pharmagest, Akwel, Vitura, Inventiva, Keyrus, Precia, Micropole, Celyad, Abeo, Erytech, Touax ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Résultats des sociétés

  • Affirm Holdings : s'envole de 27% hors séance après des trimestriels plus élevés que prévu et l'extension du partenariat Amazon.
  • Beyond Meat : l'action chute hors séance après des résultats décevants.
  • Delivery Hero : les revenus annuels devraient être en haut de fourchette des prévisions.
  • Siemens : l'Ebitda trimestriel est inférieur aux attentes.
  • Walt Disney : l'action chute de 4,5% hors séance après ses trimestriels.

Annonces importantes (et autres)

Lectures

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur ""
05/08
04/08
03/08
02/08
01/08