Paris en repli, de nouveau affectée par le dossier commercial

Envoyer par e-mail
16/05/2019 | 10:26

Paris (awp/afp) - La Bourse de Paris a ouvert en léger recul jeudi (-0,36%), toujours dans l'incertitude au sujet de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, les investisseurs restant notamment attentifs aux décisions imprévisibles de Donald Trump sur la question.

A 09H59 (07H59 GMT), l'indice CAC 40 perdait 19,27 points à 5.345,99 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,62%.

La Bourse de Paris, comme la plupart des autres marchés européens, évoluaient en baisse, "reculant après la hausse de mercredi, dans un contexte très bruyant et confus pour les investisseurs en ce qui concerne" notamment le commerce, a estimé, dans une note, Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

"Les marchés ont repris du poil de la bête hier, passant du rouge au vert, les informations suggérant que les États-Unis retarderont les tarifs automobiles de six mois", a rappelant M. Wilson, ajoutant que cela avait eu tendance "à apaiser les inquiétudes au sujet du différend commercial" sino-américain.

Mais, poursuit-il, le président américain a ajouté "de la pression ailleurs" en publiant mercredi un décret interdisant aux réseaux américains de télécoms de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque, une mesure ciblant la Chine.

M. Trump a déclaré une "urgence nationale" pour prendre ce décret, s'appliquant notamment au géant chinois Huawei.

Cette mesure est justifiée par la Maison Blanche par le fait que des "adversaires étrangers exploitent de façon croissante des vulnérabilités dans les services et les infrastructures technologiques de l'information et de la communication aux Etats-Unis".

Du côté des indicateurs, le taux de chômage est en recul de 0,1 point à 8,7% de la population active en France entière (hors Mayotte) au quatrième trimestre 2018, son plus bas niveau depuis début 2009, selon des chiffres provisoires de l'Insee.

Les investisseurs prendront connaissance dans la journée des mises en chantier de logements aux Etats-Unis pour le mois d'avril ainsi que du commerce extérieur italien pour le mois de mars.

Ils seront également attentifs à une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles.

Ubisoft pénalisé

Du côté des titres, CNP Assurances reculait de 0,25% à 19,95 euros. Le groupe a fait état d'une hausse de 4,2% sur un an de son bénéfice net au premier trimestre, un résultat toutefois légèrement inférieur aux attentes des analystes.

Bouygues prenait 2,49% à 33,74 euros. Le géant français du BTP et des télécoms a achevé le premier trimestre sur une perte de 59 millions d'euros, lestée par sa filiale de travaux routiers et ferroviaires Colas dont l'activité est saisonnière. En revanche, son chiffre d'affaires a bondi de 16%.

Ubisoft chutait de 11,35% à 73,14 euros, plombé par ses perspectives incertaines à court terme, malgré de bons résultats lors de son exercice décalé 2018/2019.

Euronext augmentait de 1,64% à 62,15 euros, malgré un bénéfice net en baisse de 6,6% lors du premier trimestre 2019, en raison de l'adoption de la norme comptable IFRS 16 et de moindres volumes d'activité sur les marchés.

Antalis cédait 1,92% à 0,92 euro, pénalisé par la mise en liquidation judiciaire de sa maison-mère Sequana, en difficultés financières.

Arkema grappillait 0,66% à 78,84 euros, après avoir annoncé l'acquisition de la société américaine ArrMaz, valorisée 570 millions de dollars.

as/fka/spi

© AWP 2019
Envoyer par e-mail