Pourquoi le fer a-t-il besoin d'une stimulation "rapide et efficace" par la Chine ?

27/06/2022 | 10:31

Les prix du minerai de fer ont chuté pendant trois semaines consécutives, reflétant une évaporation de la confiance dans la stimulation économique de la Chine, qui à son tour menace de frapper la demande de la matière première de l'acier dans les mois à venir. Le fer est en basse de près de 30% depuis sont plus haut de mars 2022, alors que les acteurs du marché s'attendent à une réelle augmentation de la demande, plutôt qu'aux paroles des officiels.

Le minerai de fer Spot 62% en livraison pour le nord de la Chine, tel qu'évalué par l'agence d'information sur les prix des matières premières Argus, a clôturé à 116,05 $ la tonne le 24 juin, en baisse de 4,8 % par rapport à la semaine précédente. Le prix de référence a baissé de 27,6 % depuis son sommet de 160,30 $ la tonne atteint le 8 mars 2022.

Prix de la tonne de fer en dollar (Graph : Trading Economics)

Ce sommet était motivé par les craintes d'une perturbation de l'approvisionnement après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, qui était le cinquième exportateur de minerai de fer après l'Australie, le Brésil, l'Afrique du Sud et le Canada.

Faux espoirs

Même si le rallye de la guerre en Ukraine a été de courte durée, le minerai de fer a réagi positivement aux signes indiquant que la Chine allait relancer l'activité économique à la suite d'une série de confinements de grandes villes, imposés dans le cadre de sa politique stricte de zéro COVID.

Mais cet optimisme s'est estompé au vu des signes indiquant que le secteur clé de la construction, principal consommateur d'acier, a du mal à se relancer, au vu des prix des logements neufs qui ont chuté pour un deuxième mois en mai. Les ventes de propriétés par surface de plancher se sont contractées de 16,8 % au cours des cinq premiers mois de 2022 par rapport à la même période l'année précédente.

Bien qu'il y ait eu une certaine reprise dans l'industrie manufacturière, les secteurs du minerai de fer et de l'acier seront beaucoup plus axés sur les dépenses immobilières et d'infrastructure comme moteur de la demande. Le minerai de fer a bénéficié d'une petite reprise le 23 juin, lorsqu'il a rebondi d'un plus bas de sept mois de 109 $ la tonne le 22 juin pour terminer à 116 $ après que le président chinois Xi Jinping a déclaré que son gouvernement allait intensifier les ajustements politiques et prendre des mesures plus efficaces pour soutenir la croissance économique.

Ce rebond n'a pas suffi à faire de cette semaine une semaine gagnante pour le minerai de fer, il a plutôt limité la perte, ce qui est peut-être un signe que le marché veut maintenant voir exactement quelles mesures sont prises avant de soutenir toute reprise soutenue des prix.

Certaines questions se posent sur l'état de la production d'acier en Chine, qui a augmenté de 4,1 % en mai par rapport à avril, la production quotidienne de 3,12 millions de tonnes étant la plus élevée depuis juin 2021. Mais les chiffres de mai sont en grande partie une leçon d'histoire, et on s'attend à ce que la faiblesse de la demande d'acier et la baisse des marges bénéficiaires des aciéries entraînent une production plus faible en juin et juillet.

La Chine, qui produit environ 55 % de l'acier mondial, voit également ses stocks augmenter. Argus rapporte que les stocks des principales aciéries ont atteint 20,5 millions de tonnes entre le 11 et le 20 juin, soit une hausse de 10,7 % par rapport à la période du 1er au 10 juin et une augmentation de 30,8 % par rapport aux 10 mêmes jours en 2021.

Ralentissement des importations de fer ?

La croissance des stocks et le ralentissement de la demande d'acier devraient entraîner un ralentissement des importations de minerai de fer dans les mois à venir, alors que les aciéries avancent la maintenance ou réduisent les taux d'exploitation. Cependant, il y a peu de signes que cela se produise pour l'instant, les importations de juin devant être plus ou moins en ligne avec celles de mai.

La Chine, qui achète près de 70 % du minerai de fer maritime mondial, devrait importer environ 93,7 millions de tonnes, selon les analystes de matières premières Kpler, tandis que Refinitiv prévoit des arrivées légèrement supérieures à 96,2 millions de tonnes. Les deux prévisions sont légèrement supérieures au chiffre officiel des douanes de 92,52 millions de tonnes en mai, ce qui signifie qu'une légère augmentation des importations mensuelles est à prévoir.

Toutefois, il convient de noter que les importations au cours des cinq premiers mois de 2022 ont atteint 447 millions de tonnes, soit une baisse de 5,1 % par rapport à la même période en 2021, ce qui montre que l'industrie sidérurgique se bat pour rebondir après les blocages de COVID-19.

Dans l'ensemble, il semble que les marchés du minerai de fer et de l'acier se soient échangés sur la base de l'attente d'une stimulation rapide et efficace de la part de Pékin, en particulier au cours du second semestre de 2022.

Bien que cela puisse encore se produire, il semble que les participants au marché souhaitent voir la demande réelle augmenter, plutôt que les officiels en parler.

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
19/07
11/07
06/07
27/06
23/06