Renaître un 4 juillet ?

12/03/2021 | 09:08

La fin de semaine se présente sous de bons auspices, à défaut d'être les meilleurs possibles. Joe Biden a signé le plan de relance qu'il avait promis tout en précisant le calendrier de sortie de crise des Américains. La Banque centrale européenne se montre un peu plus proactive que prévu. Et le marché obligataire a atteint un palier. Les marchés financiers, eux, tutoient les sommets.

Le CAC 40 a l'occasion de signer une semaine entière dans le vert, si la séance de vendredi se termine en hausse. Juste lorsque se profile l'anniversaire du point bas boursier de l'année 2020. C'était le 19 mars dernier, à 3691 points pour un indice parisien qui en valait 6033 avant l'ouverture, soit une hausse de 63 % en un an. Pour paraphraser (à peine) un Jacques Chirac euphorique dans un vestiaire de foot, "si on nous avait dit ça il y a un an on aurait signé tout de suite". Nous n'en menions pas large le 12 mars 2020. Emmanuel Macron venait d'annoncer que les établissements scolaires du pays ne rouvriraient pas le lundi suivant. Depuis, la pandémie a provoqué la mort de 2,63 millions de personnes, selon le décompte opéré par l'Université Johns Hopkins, dont 530 000 aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis où Joe Biden a annoncé que tous les Américains adultes seront éligibles à un vaccin à partir du 1er mai. Dans ce pays où l'on affectionne les symboles, le nouveau président a l'ambition de pouvoir décréter un "retour à la normale" pour le 4 juillet, date de la fête nationale. Un peu comme si Emmanuel Macron fixait le 14 juillet comme horizon de fin de crise aux Français. Pour l'instant, la stratégie hexagonale est plutôt sur le fil du rasoir. Elle repose sur un contrôle de la dégradation de l'épidémie dans une proportion tenable le temps que la vaccination, désespérément lente, produise ses premiers effets.

En Europe, c'est la Banque centrale européenne qui tient la baraque en permettant aux gouvernements de dépenser sans compter. Heureusement, parce qu'il faut pallier les atermoiements initiaux dans les achats de vaccins, cause du retard actuel, et les engagements de relance qui peinent à être tenus à l'échelle communautaire. Hier, la réunion de mars de la BCE a abouti à quelque chose d'un peu différent de ce qui était attendu. La banque centrale a prévu de renforcer ses achats d'obligations tout en restant dans l'enveloppe initiale, histoire de garder un œil sur les rendements longs. Les économistes misaient surtout sur des paroles et pas sur des actes. L'annonce a été bien accueillie. Les bons connaisseurs des rouages de l'institution de Francfort ont quand même noté, au phrasé de Christine Lagarde, que la décision résulte d'un compromis et pas d'une unanimité.

Pour finir la semaine, les places européennes seront rythmées par une nouvelle série de publications de résultats d'entreprises, qui concernent essentiellement des "seconds couteaux" et des valeurs moyennes, à l'exception par exemple d'EssilorLuxottica. Aux Etats-Unis, où le S&P500 a rejoint le Dow Jones sur de nouveaux records, Joe Biden a signé le fameux plan de relance de 1900 Mds$, ce qui le rend exécutoire. Il est attendu comme un indéniable accélérateur du redressement outre-Atlantique. Ses détracteurs le jugent surdimensionné à l'heure où l'économie a déjà commencé à se redresser et craignent, tout le monde l'aura compris, un effet délétère sur l'inflation.

Le CAC40 perd 0,15% à 6025 points peu après l'ouverture. 

Les temps forts économiques du jour

La version finale de l'inflation allemande de février et le PIB mensuel britannique lanceront la journée dès 8h00. La production industrielle européenne suivra à 11h00, avant l'indice des prix à la production de février (14h30) et l'indice de confiance des consommateurs de l'université du Michigan de mars (16h00) aux États-Unis.

L'euro est remonté hier à 1,19655 USD. L'once d'or recule à 1719 USD. Le pétrole est quasiment inchangé, à 69,60 USD le baril de Brent de mer du Nord et à 65,87 USD le baril de brut léger américain WTI. Le T-Bond offre un rendement de 1,54 % sur 10 ans. Le Bitcoin perd 2 % à 56 621 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Adidas : Credit Suisse reste neutre avec un objectif de cours relevé de 295 à 305 EUR.
  • Alcon : UBS reste à la charge avec un objectif de cours relevé de 67 à 75 CHF.
  • Anglo American : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 3200 à 3300 GBp.
  • Antofagasta : Liberum passe de conserver à vendre en visant 1400 GBp.
  • Barclays : Goldman Sachs passe de neutre à acheter en visant 240 GBp.
  • Belimo : Morgan Stanley démarre le suivi à pondération en ligne en visant 6900 CHF.
  • BMW : Barclays passe de surpondérer à pondération en ligne en visant 83 EUR.
  • Credit Suisse : Goldman Sachs passe d'acheter à neutre en visant 16 CHF.
  • Daimler : Barclays passe de pondération en ligne à surpondérer en visant 96 EUR.
  • DiaSorin : Jefferies reste à sousperformance avec un objectif de cours réduit de 130 à 120 EUR.
  • Direct Line : HSBC passe d'acheter à conserver en visant 350 GBp.
  • Freenet : Barclays passe de pondération en ligne à surpondérer en visant 24 EUR.
  • Hugo Boss : Goldman Sachs reste neutre avec un objectif de cours réduit de 29,60 à 28,60 EUR.
  • ING Groep : LBBW passe d'acheter à conserver en visant 11 EUR.
  • Lundin Energy : Deutsche Bank démarre le suivi à conserver en visant 297 SEK.
  • LVMH : Citigroup reprend le suivi à l'achat en visant 620 EUR.
  • OMV : Deutsche Bank passe de conserver à acheter en visant 47,70 EUR.
  • Petra Diamonds : Berenberg passe de conserver à acheter en visant 2 GBp.
  • Renault : Barclays passe de pondération en ligne à souspondérer en visant 35 EUR.
  • Rieter : Stifel reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 145 à 155 CHF.
  • Scor : Société Générale passe d'acheter à conserver en visant 32 EUR.
  • Soitec : Morgan Stanley démarre le suivi à pondération en ligne en visant 180 EUR.
  • SQLI : Genesta reste neutre avec un objectif de cours relevé de 18,75 à 22,10 EUR.

L’actualité des sociétés

En France

Résultats des sociétés

  • DBV Technologies : la société disposait fin 2020 de 196,4 M$ de trésorerie, ce qui lui donne de quoi financer ses activités jusqu'au second semestre 2022.
  • EssilorLuxottica : le spécialiste de l'optique a enregistré une très forte baisse de ses résultats en 2020, bien supérieure à celle de son activité. Un solde de dividende de 1,08 EUR par action sera proposé (un acompte de 1,15 EUR a déjà été versé). La direction ne fixe pas d'objectifs chiffrés, mais prévoit de "réaliser une performance comparable au niveau d'avant la pandémie".
  • Rubis : malgré une baisse de 25 % du chiffre d'affaires 2020, le résultat opérationnel courant ne se contracte que de 11 % à 366 M€. Un dividende en légère hausse de 1,80 EUR sera proposé, ainsi qu'un plan de rachat d'actions de 250 M€. L'objectif cette année est d'améliorer le résultat net.
  • Spie : les résultats 2020 sont en baisse, évidemment. Le groupe a maintenu un bénéfice net de 53,2 M€. Le management espère un net rebond cette année, avec une production et une marge d'Ebita qui devraient se rapprocher des niveaux de 2019.
  • Technicolor : les résultats 2020 sont dégradés, mais un peu moins que prévu. Cette année, l'Ebitda ajusté devrait atteindre 270 M€ (315 M€ consensus de 2 analystes) et la situation financière devrait s'améliorer. Le groupe confirme par ailleurs ses objectifs 2022, notamment un Ebitda ajusté de 385 M€ (consensus 367 M€ de 2 analystes).

Annonces importantes

Dans le monde

Annonces importantes

  • Le CEO de Renesas prévient que la pénurie de semi-conducteurs pourrait se poursuivre jusqu'au second semestre.
  • L'Europe autorise à son tour le vaccin de Johnson & Johnson contre la Covid-19.
  • Xiaomi flambe après avoir annoncé un programme de rachat d'actions de 10 MdsHKD.
  • Baidu espère lever jusqu'à 3,6 Mds$ via une cotation à Hong Kong.
  • Les rumeurs se font plus insistantes sur un nombre de livraisons de vaccin AstraZeneca bien plus faible que prévu à l'Europe au second trimestre.
  • La société de paiement Flylwire se prépare à entrer en bourse.
  • Verizon lance une émission obligataire géante de 25 Mds$ en neuf tranches.
  • Japan Post prend 8,3% du capital de Rakuten.
  • Coupang flambe à son tour pour son entrée en bourse.
  • Le DSMB de Noxxon autorise le recrutement des derniers patients de la phase I/II avec NOX-A12 dans le cancer du cerveau.
  • Lonza étend son accord de production avec Altimmune contre la Covid-19.
  • Le candidat-vaccin de Novavax contre le coronavirus affiche un taux d'efficacité élevé contre la souche initiale de covid, mais faible contre le variant sud-africain.
  • La société de VTC Grab discute d'une fusion avec un SPAC (Altimeter Growth Corp. ou Altimeter Growth Corp. 2) pour un montant record.
  • Wisekey entre au capital de FOSSA Systems.

Résultats des sociétés. AIA Group, The Charles Schwab, EssilorLuxottica, Fortum, RTL Group, Sharp, Bavarian Nordic, Hammerson

Lectures

Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2021
Copier lien
Dernières actualités sur ""
09:02
12/05
11/05
10/05
07/05