Revoilà le cocktail banque centrale et inflation

10/06/2021 | 09:06

Va-t-on assister à une journée charnière pour les marchés financiers à l'approche de l'été ? C'est un peu la question que les investisseurs professionnels se posent, puisque deux échéances majeures cohabitent aujourd'hui, d'une part la décision de la Banque centrale européenne sur sa politique monétaire et d'autre part les chiffres de l'inflation aux États-Unis en mai. En réalité, il pourrait tout aussi bien ne rien se passer du tout et les indices pourraient continuer à évoluer dans des bornes étroites. A l'image d'un CAC 40 qui a signé hier sa 14e séance consécutive de variation inférieure à 0,8% à la hausse comme à la baisse.

La BCE n'a aucune raison de changer de cap pour l'instant, car c'est son scénario de base qui se déploie. Et puis il lui faut continuer à manier sa rhétorique apaisante. Elle est la caution solidaire de tous les pays de la zone euro qui dépensent sans compter depuis le début de la pandémie. En d'autres termes, son blanc-seing et ses poches profondes permettent la politique du "quoi qu'il en coûte". Le seul élément qui pourrait varier aujourd'hui concerne les projections d'inflation, susceptibles d'être relevées. Les questions adressées à Christine Lagarde lors de la conférence de presse qui débutera à 14h30 tourneront probablement autour du sujet.

La transition est toute trouvée vers la statistique américaine du jour, l'évolution des prix à la consommation de mai. Les économistes s'attendent en moyenne à une progression de 0,4%. Ce chiffre n'a pas l'air bien impressionnant, mais il s'agit d'une variation mensuelle. Sur un an, les prix devraient afficher une progression bien plus impressionnante. Elle était de 4,2% en avril et devrait encore augmenter en mai. La hausse d'avril était tirée par les prix de l'énergie (25%) et, on l'a beaucoup lu récemment, par le marché des véhicules d'occasion (21%). Les prix alimentaires ne s'étaient accrus que de 2,4% et l'inflation sous-jacente, c’est-à-dire hors énergie et alimentaire, s'établissait à 3% sur un an.

Si les marchés regardent fluctuer les tarifs des transports, des biscuits ou des meubles aux Etats-Unis, c'est parce qu'ils y voient un indicateur de la future politique monétaire de la banque centrale américaine. Si l'inflation dérape trop longtemps, la Fed devra agir pour réduire la quantité de monnaie en circulation. Elle dispose de plusieurs leviers, dont le premier est le lancement du détricotage de ses programmes de rachat d'actifs. In fine, il lui faudra relever ses taux directeurs, aussi bien pour juguler l'inflation ou éviter une surchauffe économique que pour regarnir son arsenal monétaire pour faire face aux chocs futurs. Mais en quoi cela concerne-t-il les investisseurs financiers ? En pratiquant une politique plus restrictive, la banque centrale réduit les quantités de financement disponibles et l'argent en circulation, ce que les financiers ne voient pas d'un très bon œil et ce qui explique leur résistance au changement de posture des banques centrales.

Donc plus que cette journée du 10 juin, c'est celle du 16 juin qui porte davantage de risques en la matière, puisque ce sera au tour de la Fed de se prononcer sur ses intentions. Comme les Etats-Unis sont plus avancés dans leur reprise économique, il est possible que la banque centrale envoie des signaux que la BCE n'est pas encore en mesure de fournir. Préparez-vous à crouler sous les avis d'experts, parfois contradictoires. Mais gardez à l'esprit qu'il est normal que les politiques monétaires s'adaptent continuellement car les cycles économiques portent toujours leur part d'incertitude et que les évolutions linéaires ou constantes n'existent que dans les modèles théoriques. 

Dans le reste de l'actualité, les États-Unis et la Chine ont l'air d'avoir renoué le dialogue commercial, ce qui profite aux places de Hong Kong et de Shanghai ce matin. A ce stade, il s'agit de simples contacts téléphoniques mais l'administration Biden n'a pas fait de mystère quant à son intention de remettre en selle le libre-échange mis à mal par son prédécesseur. Mais pas à n'importe quel prix. Joe Biden qui a d'ailleurs démarré sa tournée européenne au Royaume-Uni. Dans un tout autre registre, la débâcle des jeux olympiques de Tokyo continue, avec de gros sponsors qui s'interrogent sur l'opportunité d'être associés à l'événement, qui a l'air de devenir terriblement impopulaire. 

Les marchés évoluent toujours non loin de leurs meilleurs niveaux. Hier, ce sont les valeurs du tourisme qui avaient le vent en poupe avec la décision de Washington d'alléger son dispositif de restrictions pour les voyages à l'étranger à l'approche de l'été. Ce matin, le CAC40 gagnait 0,07% à 5568 points peu après l'ouverture, tandis que le taux des obligations d'Etat américaines poursuit sa détente. Après tout, peut-être que le cocktail banque centrale et inflation ne fait plus vraiment recette.

Les temps forts économiques du jour

Deux événements majeurs aujourd'hui donc, la réunion de la Banque centrale européenne de juin, avec verdict à 13h45 puis conférence de presse à partir de 14h30 et les chiffres de l'inflation de mai aux Etats-Unis à 14h30, qui éclipseront les inscriptions hebdomadaires au chômage attendues à la même heure.

L'euro se négocie en légère baisse à 1,2169 USD. L'once d'or recule à 1887 USD. Le pétrole perd aussi du terrain, à 71,67 USD le baril de Brent de mer du Nord et à 69,45 USD le baril de brut léger américain WTI. La dette américaine affiche un rendement de 1,48% sur 10 ans. Le Bitcoin consolide après son rebond, à 37 000 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Air Liquide : Wolfe Research démarre le suivi à sousperformance en visant 144 EUR.
  • BMW : Stifel passe d'acheter à conserver en visant 116 EUR.
  • Darktrace : Berenberg démarre le suivi à l'achat en visant 450 GBp.
  • Deutsche Telekom : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 20 à 21,30 EUR.
  • Nilar : Berenberg démarre le suivi à l'achat en visant 80 SEK.
  • Orange : Barclays passe de pondération en ligne à souspondérer en visant 9,50 EUR.
  • Pennon : Citigroup passe d'acheter à neutre en visant 1072 GBp.
  • Puma : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 90 à 110 EUR.
  • Senior : Peel Hunt démarre le suivi à accumuler en visant 168 GBp.
  • Sika : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 325 à 353 CHF.
  • Ströer : Morgan Stanley passe de pondération en ligne à surpondérer en visant 82 EUR.
  • Telefonica : Berenberg passe de conserver à acheter en visant 4,80 EUR.
  • Whitbread : Peel Hunt passe de conserver à accumuler en visant 3600 GBp.

En France

Annonces importantes

  • Crédit Agricole va racheter près de 560 M€ de ses propres actions.
  • AXA a proposé une solution à ses clients restaurateurs touchés par la pandémie.
  • Après Renault, Stellantis également inculpé dans le cadre du dieselgate en France.
  • Airbus dit que l'hydrogène ne sera pas largement utilisé dans les avions avant 2050.
  • Le consortium dirigé par Alstom-Bombardier livrera le projet ferroviaire Tren Maya.
  • Soitec relève sa prévision de chiffre d'affaires annuel en marge de ses résultats 2020/2021. Le groupe tient une journée investisseurs et prévoit de tripler son chiffre d'affaires en 5 ans.
  • Rubis annule 2,6 millions d'actions et signe un partenariat industriel et financier avec Hydrogène de France.
  • Edenred place 400 M€ d'OCEANE durables 2028.
  • Valneva finalise le recrutement l'étude de phase III sur l'homogénéité des lots cliniques de son candidat vaccin contre le chikungunya.
  • Ubisoft lance un plan d'actionnariat salarié. En parallèle, la société et Nacon collaborent pour la nouvelle saison de la 6 French League.
  • Technicolor franchit le cap des 20 millions de passerelles haut débit déployées par sa division maison connectée.
  • Les actions Believe commencent à se négocier ce matin sur la base d'un cours d'introduction de 19,50 EUR.
  • Lysogene traite son premier patient dans l'essai clinique avec LYS-GM101 dans le traitement de la gangliosidose à GM1.
  • Onxeo dépose un nouveau brevet aux Etats-Unis.
  • Hydrogène de France lance son IPO à Paris.
  • Geci International émet une nouvelle tranche d'ORNAN.
  • Affluent Medical est désormais cotée à Paris.
  • Abeo et Foncière Paris Nord ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes

  • Google va construire une nouvelle liaison sous-marine entre les Etats-Unis et l'Amérique Latine.
  • Le gendarme de la concurrence britannique va se pencher sur l'utilisation des données faites par Amazon, selon le Financial Times.
  • Tesla lance son modèle haut de gamme Model S Plaid pour chasser sur les terres de Mercedes et Porsche.
  • Altice prend 12,1% de BT Group mais n'envisage pas d'offre à ce stade.
  • Facebook planche sur une montre connectée.
  • La Deutsche Bank à nouveau au centre d'une affaire de mauvaise conduite de dirigeants, qui ont démissionné.
  • Deux anciens d'Amazon aux commandes de GameStop.
  • OC Oerlikon finalise l'acquisition de l'italien Inglass.
  • TC Energy abandonne le projet controversé d'oléoduc XL Keystone.
  • United Airlines commande à The Boeing Company 100 B737MAX.
  • Alibaba va développer un camion autonome au sein de sa division Cainiao.
  • Marex Spectron annule son IPO à cause de conditions de marché défavorables.
  • Principales publications de résultats. Chewy, Halma, Auto Trader

Lectures

Anthony Bondain
© Zonebourse.com 2021
Copier lien
Dernières actualités sur ""
30/07
29/07
28/07
27/07
26/07