Trois navires céréaliers s'apprêtent à quitter l'Ukraine ; le chef de l'OTAN déclare que la Russie ne doit pas gagner

05/08/2022 | 04:08

Trois navires transportant un total de 58 041 tonnes de maïs ont été autorisés à quitter les ports ukrainiens vendredi dans le cadre d'un accord visant à débloquer les exportations de céréales, alors qu'une offensive russe contraint l'Ukraine à céder des territoires dans l'est du pays.

Le premier navire transportant des céréales ukrainiennes autorisé à quitter le port depuis le début de la guerre a quitté Odesa lundi à destination du Liban, dans le cadre d'un accord de passage sécurisé négocié par la Turquie et les Nations unies.

Le Centre de coordination conjoint d'Istanbul, qui regroupe du personnel russe, ukrainien, turc et des Nations Unies, a déclaré que deux navires partiraient de Chornomorsk et un d'Odesa vendredi.

"Les trois navires sortants devraient partir dans la matinée de leurs ports respectifs", a-t-il précisé.

De Chornomorsk, le Polarnet partirait pour Karasu en Turquie avec 12 000 tonnes de maïs et le Rojen transporterait 13 041 tonnes de maïs à Teesport en Grande-Bretagne.

D'Odesa, le Navistar prendrait 33.000 tonnes de maïs à destination deRingaskiddy en Irlande.

Le vraquier turc Osprey S, battant pavillon du Liberia, devrait arriver dans le port ukrainien de Chornomorsk vendredi, a déclaré l'administration régionale d'Odessa. Il s'agirait du premier navire à arriver dans un port ukrainien pendant la guerre.

Jeudi après-midi, l'Osprey S était ancré dans la mer de Marmara, à environ 1 km (0,62 mile) au large de la côte asiatique d'Istanbul, avec d'autres navires attendant de traverser le Bosphore pour rejoindre la mer Noire, selon un journaliste de Reuters.

Le président russe Vladimir Poutine a envoyé des troupes en Ukraine le 24 février, déclenchant le plus grand conflit en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale et provoquant une crise énergétique et alimentaire mondiale. L'Ukraine et la Russie produisent environ un tiers du blé mondial et la Russie est le principal fournisseur d'énergie de l'Europe.

LES COMBATS À L'EST SONT UN "ENFER".

Après cinq mois de combats, le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a qualifié cette semaine d'"enfer" la pression subie par ses forces armées dans la région orientale de Donbas.

Moscou cherche à contrôler le Donbas, largement russophone, composé des provinces de Louhansk et de Donetsk, où les séparatistes pro-Moscou ont pris le contrôle du territoire après l'annexion de la Crimée au sud par le Kremlin en 2014.

Zelenskiy a parlé de combats acharnés autour de la ville d'Avdiivka et du village fortifié de Pisky, où Kiev a reconnu le "succès partiel" de son ennemi russe ces derniers jours.

L'armée ukrainienne a déclaré jeudi que les forces russes avaient monté au moins deux assauts sur Pisky mais avaient été repoussées.

L'Ukraine a passé les huit dernières années à fortifier des positions défensives à Pisky, la considérant comme une zone tampon contre les forces soutenues par la Russie qui contrôlent la ville de Donetsk à environ 10 km au sud-est.

Le général ukrainien Oleksiy Hromov a déclaré lors d'une conférence de presse que ses forces avaient repris deux villages autour de la ville orientale de Sloviansk, mais qu'elles avaient été repoussées vers la ville d'Avdiivka après avoir été contraintes d'abandonner une mine de charbon considérée comme une position défensive clé.

Le ministère russe de la défense a confirmé son offensive.

Reuters n'a pas pu vérifier immédiatement les affirmations des deux parties.

La guerre en Ukraine a déplacé des millions de personnes, tué des milliers de civils et laissé des villes et des villages en ruines. Kiev et ses alliés occidentaux ont accusé les forces russes de cibler les civils et de commettre des crimes de guerre, accusations que Moscou rejette.

LE CHEF DE L'OTAN MET EN GARDE PUTIN

Le groupe de défense des droits de l'homme Amnesty International a déclaré jeudi que l'Ukraine mettait en danger les civils en basant des troupes dans des zones résidentielles.

M. Zelenskiy a répliqué à Amnesty en disant que l'organisation essayait de "déplacer la responsabilité de l'agresseur vers la victime".

La Maison Blanche a déclaré jeudi qu'elle s'attendait à ce que les responsables russes tentent de faire porter aux forces ukrainiennes la responsabilité d'une attaque contre la ville d'Olenivka, située sur la ligne de front, la semaine dernière, qui a tué des prisonniers détenus par les séparatistes soutenus par Moscou.

L'ambassadeur adjoint de la Russie auprès de l'ONU a répondu dans un message sur Twitter, affirmant que des systèmes de roquettes d'artillerie à haute mobilité de fabrication américaine avaient été utilisés dans l'attaque.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré mercredi qu'il allait lancer une mission d'enquête après que la Russie et l'Ukraine aient toutes deux demandé une enquête.

Poutine dit avoir lancé son "opération militaire spéciale" en Ukraine pour assurer la sécurité de la Russie et protéger les russophones en Ukraine. Kiev et l'Occident décrivent les actions de la Russie comme une guerre d'agression de type impérial non provoquée.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré jeudi que cette guerre était le moment le plus dangereux pour l'Europe depuis la Seconde Guerre mondiale et qu'il ne fallait pas laisser la Russie gagner.

Alors que certains politiciens occidentaux craignent que les ambitions de la Russie ne s'étendent au-delà de l'Ukraine, M. Stoltenberg a averti M. Poutine que la réponse de l'alliance militaire occidentale à une telle action serait écrasante.

"Si le président Poutine pense même à faire quelque chose de similaire à un pays de l'OTAN comme il l'a fait à la Géorgie, à la Moldavie ou à l'Ukraine, alors toute l'OTAN sera impliquée immédiatement", a déclaré Stoltenberg.

La guerre a conduit la Finlande et la Suède, auparavant non alignées, à demander leur adhésion à l'OTAN. Jusqu'à présent, cette demande a été ratifiée par 23 des 30 États membres, dont les États-Unis.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
01:32
01:09
29/09
29/09
29/09