Trois valeurs méconnues dans le luxe

10/08/2021 | 09:55

Le secteur du luxe se porte mieux que jamais. Après une crise, acheter du luxe n’a jamais été aussi bien vu. Certaines valeurs sont des “crowded stocks”. En raison de leur popularité, il y a peu d'anomalies de valorisation et les cours actuels sont dans l’ensemble plutôt justes au regard des prévisions de croissance et de rentabilité des entreprises (et au vu des taux d’intérêts actuels du marché obligataire). Mais il existe également des valeurs moins regardées, souvent des holdings, des petites maisons au fin fond de l'Italie ou tout simplement des valeurs étrangères en dehors de notre cercle de connaissances. Voici la présentation de trois d’entre elles. 

Brunello Cucinelli S.p.A 

Brunello Cucinelli est une maison de mode italienne qui conçoit des vêtements de luxe. La société propose parmi les meilleures mailles au monde et s’adresse à une clientèle très privilégiée (comptez 1500€ pour un pull en cachemire). La vente se fait via ses magasins en physique, des magasins franchisés, sur internet et des magasins multimarques. Le chiffre d’affaires se répartit principalement entre l’Europe (à 33%), l’Amérique du Nord (32%) et la Chine (12%). 

Brunello Cucinelli est un entrepreneur humaniste et un styliste de renom. C’est le fondateur et le président-directeur général de sa marque et le principal actionnaire avec 51% des droits de vote. Deux très bons points puisque les entreprises familiales dirigées par le fondateur ont tendance à mieux performer. De plus, sa forte implication en tant qu’actionnaire lui permet de penser comme un actionnaire et donc en faveur de la génération de cash-flow positif et constant sur les années. 

La valeur est très chère en ce moment (122 fois ses bénéfices prévisionnels pour 2021, 5,6 fois son chiffre d’affaires). Les marges sont plutôt faibles pour du luxe (marge d'exploitation de 9,75%, marge nette de 4,68% pour 2021). La société est endettée et a augmenté son levier financier durant la crise de 2020 (il s’agit de la dette nette divisée par l’EBITDA). Les analystes prévoient une nette amélioration dans les années à venir (le levier financier passerait de 6,77 en 2020, à 3,45 à 2021 et 2,8 en 2022). 

Capri Holding Limited 

Peu connue du grand public, Capri Holding détient pourtant la marque américaine emblématique Michael Kors, célèbre maroquinier et fabricant de chaussures et vêtements pour femmes. Le groupe détient également les marques Versace (achetée en 2018 pour 2 Mrd$) et Jimmy Choo (achetée en 2011 pour 1,2 Mrd$). Le chiffre d'affaires se répartit entre l’Europe et le Moyen Orient (23%), les Etats-Unis (64%) et l’Asie (13%). 

L’action se paie seulement 12,8 fois ses bénéfices et 1,67 fois son chiffre d’affaires. Cependant, la société est légèrement endettée. Rien d'exagéré puisque son levier financier est de 1,7 fois son EBITDA. La croissance des marques est le point faible du conglomérat. Michael Kors perd des parts de marché face à des concurrents plus agiles avec les tendances de fond du luxe. La profitabilité est dans la norme du secteur avec une marge opérationnelle prévisionnelle de 16,3% en 2021 et une marge nette de 12,9%. Avec des derniers résultats trimestriels solides mais en croissance moindre que celle de ses concurrents, l’entreprise relève ses estimations des bénéfices pour l’année prochaine. 

Chow Tai Fook Jewellery Group Limited 

Chow Tai Fook Jewellery Group Limited est une société privée d'investissement spécialisée dans le luxe. C’est un des acteurs phares de la fabrication et la vente de bijoux de luxe de masse et haut de gamme. La société est également impliquée dans la distribution de montres de différentes marques (c’est le distributeur officiel des Rolex en Chine par exemple). Les principaux produits de la société comprennent des produits sertis de pierres précieuses, des produits en or et des produits en platine/or carat. 

Le groupe fait partie depuis 2015 des dix premières entreprises du monde en matière de vente de produits de luxe. Elle réalise 100% de son chiffre d’affaires en Chine. Il faut savoir que la Chine tire la croissance mondiale dans le secteur du luxe puisque le marché représente plus de 30% des volumes de ventes au niveau global. C’est une manière de profiter du marché porteur en Chine puisque les ventes devraient plus que tripler dans le secteur d’ici 2025 d’après Berenberg. D’ailleurs, à cette date, la clientèle chinoise comptera pour 45% du marché contre 33% aujourd’hui. 

La société a vu ses bénéfices bondir de 2,9 à 6 milliards de dollars hongkongais. Ces marges sont bonnes au vu de son activité tournée avant tout vers la distribution (11,6% de marge opérationnelle et 8,2% de marge nette prévue pour 2021). Chow Tai Fook dégage une forte rentabilité des capitaux propres à 21,4% et un rendement des actifs de 10,8%, des chiffres enviés par de nombreuses entreprises. Avec un PER de 21,9 fois ses bénéfices pour le prochain exercice et une valeur d’entreprise équivalente à 1,88 fois son chiffre d’affaires, la valorisation de l’action nous paraît relativement modeste. 

© Zonebourse.com 2021
Copier lien
Dernières actualités sur "Sociétés"
06/12
06/12
06/12
03/12
01/12