Un juge ordonne à Loews de payer 690 millions de dollars pour le rachat de Boardwalk Pipelines ; appel prévu.

12/11/2021 | 18:20
Un juge du Delaware a ordonné vendredi à Loews Corp de payer 690 millions de dollars aux anciens investisseurs de Boardwalk Pipeline Partners LP qui ont affirmé avoir été lésés lors d'un rachat en juillet 2018.

Loews a déclaré qu'elle prévoyait de faire appel de la décision du vice-chancelier Travis Laster de la Cour de chancellerie du Delaware, qui a statué sur un recours collectif contestant la transaction de 1,5 milliard de dollars https://www.prnewswire.com/news-releases/loews-reports-exercise-of-right-to-purchase-common-units-of-boardwalk-pipeline-partners-300674927.html.

Dans une décision de 194 pages, Laster a déclaré que Loews, basé à New York, qui contrôlait le partenaire général de Boardwalk, a violé le contrat de partenariat de la société de gazoducs en exerçant son droit de racheter les partenaires limités.

Laster a déclaré que le rachat a sous-évalué la participation des commanditaires de 31%, et qu'ils méritaient 17,60 dollars par unité au lieu des 12,06 dollars qui leur ont été accordés.

Il a déclaré que Loews a obtenu ce prix d'aubaine après que ses avocats aient "travaillé dur" pour obtenir un avis juridique favorable concernant le statut fiscal et réglementaire de Boardwalk, basé à Houston, y compris l'élaboration de règles par la Federal Energy Regulatory Commission.

"L'avis était un effort artificiel pour atteindre le résultat que le partenaire général voulait", a écrit Laster. "(Il) ne reflétait pas un effort de bonne foi pour discerner les faits et appliquer un jugement professionnel."

Les autres activités de Loews comprennent l'assureur de biens et de risques CNA, Diamond Offshore Drilling et les hôtels Loews. Elle a fait entrer Boardwalk en bourse en 2005.

Les actions de Loews étaient en baisse de 56 cents, soit près de 1 %, à 57,00 dollars en début d'après-midi à la Bourse de New York.

Dans un communiqué, le directeur général de Loews, James Tisch, a déclaré que la société pensait que M. Laster avait "mal interprété les fondements factuels de l'affaire ainsi que le droit applicable".

A. Thompson Bayliss, un associé du cabinet Abrams & Bayliss qui représente les investisseurs plaignants, a déclaré que la décision de Laster faisait valoir leurs droits.

"Dès le début, les défendeurs ont prétendu que notre affaire était sans fondement", a déclaré Bayliss dans un courriel. "Nous sommes reconnaissants d'avoir eu l'occasion de leur prouver qu'ils avaient tort".

Laster a statué après avoir tenu un procès de quatre jours en février.

L'affaire est Bandera Master Fund LP et al v Boardwalk Pipeline Partners LP et al, Delaware Chancery Court, No. 2018-0372. (Reportage de Jonathan Stempel à New York ; montage de Jonathan Oatis)

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
05:34
05:33
05:32
05:03
03:41