Un moral toujours au beau fixe

23/07/2021 | 07:28

L'Europe boursière s’est totalement remise de son trou d’air de lundi, boostée par la campagne de résultats de la première moitié de l’année 2021, qui sont plutôt favorables jusque-là avec des guidances révisées à la hausse malgré le come-back du Covid qui revient en force avec une nouvelle accélération de sa propagation en Europe et aux Etats-Unis. Outre-Atlantique, les indices sont restés bien orientés malgré des statistiques en demi-teinte. Ailleurs, le pétrole monte, les métaux précieux montent, le bitcoin monte, le moral des marchés reste au beau fixe.

Initialement bien ancrées dans le vert, les places européennes ont toutefois perdu du terrain en cours de séance, le CAC40 (+0.26%), le DAX (+0.60%) et l’OMX Nordic (+0.91%) sont parvenus à maintenir un cap positif, ce qui n’a pas été le cas du Footsie (-0.43%) et du SMI (-0.37%). Cette fonte des gains n’a rien à voir avec les chaleurs estivales. Il faut effectivement se tourner vers Francfort et le rendez-vous de la semaine, celui du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, qui se sont réunis pour la première fois depuis que l’Institution a adopté sa nouvelle stratégie de ciblage de l’inflation « proche » de 2%.

Comme attendu, la BCE maintient son cap ultra-accommodant en promettant des taux bas « pour longtemps », ce qui parait évasif formulé ainsi, donc je vous fais la traduction : la BCE ne rangera pas son artillerie monétaire tant que l’inflation ne se stabilisera pas durablement à 2%.  Pour rappel, les économistes de la BCE prévoient cette année une inflation de 1.9%, qui retomberait à 1.5% en 2022, avant de se rétrograder à 1.4% en 2023. Par conséquent, sans même parler des incertitudes que soulève la propagation des variants du coronavirus et son impact sur l’économie européenne, la BCE n’est pas prête de changer de cap, surtout qu’elle a désormais la possibilité de laisser filer l’inflation conformément à sa nouvelle stratégie. En bref, rien de bien nouveau à l’horizon, la BCE maintient sa politique de colombe plutôt que de faucon, pour reprendre la sémantique américaine.

Et justement, la frange orthodoxe de la BCE, dont les chefs de file sont généralement les représentants de pays les moins endettés, souhaite faire entendre sa voix. Le nouveau cap de la BCE n’a pas fait l’unanimité et ces désaccords conduisent à des déclarations que le marché ne veut surtout pas entendre. Les partisans d’un resserrement de la politique monétaire pointent du doigt le fait que l’inflation pourrait converger « peut-être plus tôt que certains ne l’imaginent aujourd’hui » pour reprendre les mots d’Isabel Schnabel, membre allemand du directoire de l’Institution monétaire.

Dans ce cadre, les mauvais chiffres économiques enregistrés hier aux Etats-Unis pourraient finalement booster le moral des troupes, en écartant tout risque de surchauffe. Comme quoi, une mauvaise nouvelle est toujours bonne à prendre et cela arrange bien les affaires des investisseurs, extrêmement frileux à l’idée de voir les banques centrales réduire leur soutien monétaire. Restons dans le registre des statistiques puisqu’il y en aura une ribambelle aujourd’hui avec les PMI manufacturiers et des services.

Clôturons ici notre volet macroéconomique pour s’attarder sur les résultats des sociétés, qui sont jusque-là de très bonne facture. Selon les données compilées par Bloomberg, plus de 85% des sociétés du S&P500 qui ont publié leurs résultats ont dépassé les attentes des analystes, même si les prévisions à moyen terme ne sont pas toujours au rendez-vous. Les résultats d’Intel, dévoilé hier soir après la fermeture de Wall Street, illustrent parfaitement ce décalage entre résultats et guidances. Le groupe a dépassé les attentes au deuxième trimestre, mais se montre prudent dans ses prévisions du second semestre en raison de contraintes d’approvisionnement.  

L’Asie reprend son souffle ce matin, en attestent les parcours du Shanghai Composite (-0.65%) et du Hang Seng (-0.99%) à l’heure où j’écris ces lignes. La place de Tokyo est toujours fermée en raison d’un jour férié. En Europe, la bourse de Paris devrait ouvrir en légère hausse, c’est du moins ce que suggèrent les indicateurs de préouverture.

Les temps forts économiques du jour

Les indicateurs PMI du mois de juin seront publiés tout au long de la journée, notamment pour la France (9h15), l'Allemagne (9h30), la zone euro (10h00), le Royaume-Uni (10h30) et les Etats-Unis (15h45).

La paire EUR/USD est stable à 1,177 USD. L'once d'or s’échange à 1803 USD. Le pétrole remonte au-dessus de 73.5 USD pour le Brent et 71.6 USD pour le WTI. Le rendement de l'obligation d'État américaine s'affiche à 1.26 % sur 10 ans. Le Bitcoin poursuit son rebond à 32600 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • ABB: JP Morgan est neutre mais révise à la hausse son objectif de 28 à 31 CHF. Barclays augmente sa cible de 29 à 31 CHF. UBS est à l’achat avec un objectif à 36 CHF.
  • Airbus: Crédit Suisse remonte son objectif de cours de 101 à 134 EUR.
  • Apple: Canaccord Genuity relève son objectif de cours de 165 à 175 USD.
  • Daimler: Stifel confirme son conseil « achat » et relève son objectif de cours de 98 à 100 EUR.
  • Edenred: Barclays passe de « pondération en ligne » à « surpondérer » et relève son objectif de 48 à 60 EUR.
  • Givaudan: Liberum augmente son objectif de cours de 3588 à 4025 CHF. JP Morgan est également plus optimiste en visant 4100 CHF contre 3710 CHF auparavant.
  • Hella KGaA Hueck: Goldman Sachs est à l’achat en visant 66 EUR.
  • Julius Bär: Deutsche Bank ajuste son objectif de cours à 61 EUR contre 60 EUR précédemment.
  • Roche: Barclays relève son objectif de 375 à 395 CHF.
  • Sika: Crédit Suisse relève sa cible de 337 à 346 CHF.
  • Soitec: JP Morgan remonte sa cible de 205 à 220 EUR.
  • Temenos: Crédit Suisse relève son objectif de 121 à 128 CHF.
  • Tesla: Crédit Suisse est neutre et vise 800 USD.
  • UBS: Deutsche Bank reste acheteur et ajuste son objectif de cours à 18 CHF contre 17 CHF précédemment.
  • Unilever: RBC est vendeur et abaisse sa cible de 3700 à 3600 GBX.

L’actualité des sociétés

En France

Résultat des sociétés

  • Thales: revoit à la hausse sa prévision de chiffre d’affaires pour 2021.
  • Valeo: confirme ses objectifs annuels, l’exercice affecté par la crise des semi-conducteurs.
  • Dassault Aviation: bénéfice en hausse sur le premier semestre, soutenu par les livraisons militaires.
  • SEB: les ventes s’établissent à des niveaux supérieurs à ceux d’avant la pandémie.
  • Gecina: maintient ses objectifs malgré un recul de 6.5% de son résultat net.
  • Lisi: le chiffre d’affaires semestriel baisse de 6.8% à 593.6 millions d’euros.
  • Groupe LDLC: vise cette année un EBE supérieur à 70 millions d’euros.

Annonces importantes

Dans le monde

Annonces importantes

  • Intel revoit à la hausse sa prévision de bénéfice pour 2021.
  • Twitter a plus de 200 millions d’utilisateurs actifs.
  • Snap dépasse les attentes au deuxième trimestre.
  • Visa conclut un accord définitif pour l'acquisition de Currencycloud.
  • Biogen fait face à des vents contraires pour son nouveau médicament contre la maladie d’Alzheimer.
  • L’agence européenne du médicament répertorie le syndrome de Guillain-Barré comme effet secondaire "très rare" du vaccin contre le Covid-19 de Johnson & Johnson.
  • Après Ubisoft, Activision Blizzard est rattrapé à son tour par des accusations de harcèlement sexuel.
  • Norsk Hydro dévoile de solides résultats, boostés par la demande en aluminium.
  • Le chiffre d’affaires de Signify progresse de 9.6% au deuxième trimestre.
  • Lonza dévoile un chiffre d'affaires semestriel en hausse de 13.3%.

Principales publications de résultats. Chevron, Abbvie, American Express, Lonza Group, Vodafone, Schindler, Thales

© Zonebourse.com 2021
Copier lien
Dernières actualités sur ""
24/09
23/09
22/09
21/09
20/09