Renault évince une fidèle de Carlos Ghosn de son comité exécutif

Envoyer par e-mail
13/03/2019 | 19:20
Carlos Ghosn
PARIS (Reuters) - Renault a évincé de son comité exécutif une proche de Carlos Ghosn, l'actuelle directrice déléguée à la présidence du constructeur, le groupe français et ses partenaires japonais Nissan et Mitsubishi continuant à tourner la page sur leur président déchu.

Mouna Sepehri prendra une position de conseil et quittera le comité exécutif du groupe dans le cadre d'une vague de changements de l'équipe dirigeante de Renault annoncée mercredi par le constructeur au losange.

Carlos Ghosn, l'architecte de l'alliance entre Renault, Nissan et Mitsubishi, était président des trois constructeurs jusqu'à son arrestation au Japon pour inconduite financière en novembre.

Libéré la semaine dernière après plus de 100 jours de détention, en échange d'une caution de près de huit millions d'euros, Carlos Ghosn est notamment poursuivi pour n'avoir pas déclaré pour environ 82 millions de dollars de rémunération sur près d'une décennie.

L'arrestation de l'ex-homme fort de l'alliance avait avivé les tensions entre la partie française et japonaise, cette dernière jugeant l'alliance trop déséquilibrée.

Bruno Ancelin, le directeur produit et programmes, sera remplacé par Ali Kassai, jusqu'ici directeur produit planning au sein de Renault, précise le constructeur. Le directeur Europe Jean-Christophe Kugler est également sur le départ.

Reuters avait rapporté début janvier, sur la base de sources et de documents, que Mouna Sepehri s'était vu verser un salaire additionnel à six chiffres par la holding RNBV supervisant l'alliance avec Nissan, sans que le conseil d'administration de Renault en soit informé.

Mouna Sepehri a rejoint Renault en 1996 comme directrice juridique adjointe. Elle a participé aux négociations avec Nissan qui ont donné naissance à l'alliance franco-japonaise, ainsi qu'à la reprise de Dacia, de Samsung Motors et aux discussions qui ont débouché sur un rapprochement avec Daimler.

Renault, Nissan et Mitsubishi ont annoncé mardi la création d'un nouveau conseil opérationnel de leur alliance, censé placer chaque partenaire sur un pied d'égalité et éviter le risque d'une concentration des pouvoirs dans les mains d'un seul homme.

Le président de Renault Jean-Dominique Senard sera également président du nouveau conseil opérationnel de l'alliance, mais il ne présidera pas Nissan.

(Laurence Frost, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Gilles Guillaume)

Valeurs citées dans l'article : MITSUBISHI MOTORS CORPORATION, Nissan Motor Co Ltd
© Thomson Reuters 2019
Envoyer par e-mail