Casino: Jean-Charles Naouri reste à la barre et promet de poursuivre le désendettement

Envoyer par e-mail
14/03/2019 | 14:40
Jean-Charles Naouri

PARIS (Agefi-Dow Jones)--Le PDG et premier actionnaire de Casino, Jean-Charles Naouri, a déclaré jeudi qu'il n'entendait pas passer la main dans l'immédiat et a promis de poursuivre le désendettement de son groupe, fortement chahuté l'année dernière sur les marchés financiers.

"Mon départ n'est pas d'actualité. Dans le contexte actuel je considère qu'il est important que je dirige Casino", a déclaré Jean-Charles Naouri lors d'une conférence de presse en marge de la présentation des résultats 2018 du distributeur.

"Le moment venu, il sera aisé de trouver un nouveau directeur général au sein du Comex [comité exécutif, ndlr]", a-t-il ajouté, en précisant qu'il entendait rester l'actionnaire majoritaire du groupe.

Casino a publié jeudi un bénéfice net en baisse de 9,4%, à 318 millions d'euros en 2018, mais le distributeur a largement dépassé son objectif de hausse de 10% du résultat opérationnel courant sur l'année écoulée. Il a par ailleurs relevé son objectif de cessions d'actifs non stratégiques à 2,5 milliards d'euros d'ici au premier trimestre 2020, après avoir réalisé ou engagé 1 milliard d'euros de cessions en 2018.

Le produit de ce programme de cessions sera affecté à la poursuite du désendettement de Casino, a précisé Jean-Charles Naouri. La dette du distributeur est passée de 7,5 milliards d'euros en 2014 à 2,7 milliards d'euros à fin 2018. "Nous pouvons la baisser encore beaucoup plus. Nous avons encore plusieurs milliards d'actifs non stratégiques en France", a-t-il ajouté.

Le groupe entend également s'attaquer au problème de l'endettement de la maison mère de Casino, Rallye. "C'est un sujet sur lequel nous sommes actifs. Nous travaillons sur différentes pistes. Ces pistes, nous ne pouvons pas les commenter parce qu'au fond ce sont des sujets sensibles", a déclaré Jean-Charles Naouri.

Rallye a publié jeudi pour l'année 2018 un résultat opérationnel stable à 1,2 milliard d'euros et une dette en légère hausse, à 2,9 milliards d'euros. La holding disposait à fin décembre de plus de 2,2 milliards d'euros de liquidités, dont 1,3 milliard d'euros de lignes de crédit non utilisées.

-François Schott, Agefi-Dow Jones, 01 41 27 47 92; fschott@agefi.fr ed: LBO

Agefi-Dow Jones The financial newswire

Envoyer par e-mail