ALPHABET INC.

GOOGL
Cours estimé en temps réel. Temps réel estimé  - 12/08 17:29:09
120.08USD +1.04%

Les investisseurs en actions américaines meurtries s'attendent à plus de douleur au second semestre 2022

24/06/2022 | 22:50

Alors que les actions américaines sont en passe de connaître leur pire premier semestre depuis plus de 50 ans, les investisseurs étudient une série de mesures pour déterminer si les mois à venir pourraient apporter un soulagement, ou plus de la même chose.

Le premier semestre de 2022 a été difficile pour les investisseurs. Le S&P 500 est en baisse d'environ 18 % depuis le début de l'année, en passe de connaître son pire premier semestre depuis 1970, selon S&P Dow Jones Indices, alors que la Fed resserre sa politique monétaire dans sa lutte contre l'inflation la plus élevée depuis des décennies.

Les obligations, sur lesquelles les investisseurs comptent généralement pour contrebalancer les baisses des actions dans leurs portefeuilles, ne se sont guère mieux comportées : Le marché obligataire américain, tel que mesuré par le fonds Vanguard Total Bond Market Index, est en baisse de 10,8 % depuis le début de l'année, ce qui le met sur la voie de sa pire performance de l'histoire moderne.

Les attentes des investisseurs oscillant entre une inflation toujours élevée et un ralentissement économique causé par une Fed belliciste, rares sont ceux qui pensent que la volatilité du marché va se dissiper de sitôt.

"Nous ne nous attendons pas à ce que l'agitation et la volatilité que nous avons observées au cours du premier semestre s'atténuent", a déclaré Timothy Braude, responsable mondial de l'OCIO chez Goldman Sachs Asset Management.

LES GAINS SUIVENT LA DOULEUR ?

Les données historiques dressent un panorama mitigé de la trajectoire que les marchés pourraient suivre dans les mois à venir. D'une part, les chutes brutales des actions ont souvent été suivies de forts rebonds : les années passées au cours desquelles le S&P 500 était en baisse d'au moins 15% à mi-parcours ont vu les six derniers mois en hausse à chaque fois, avec un rendement moyen de près de 24%, selon les données de LPL Financial sur les baisses de marché depuis 1932.

L'indice S&P 500 a progressé de plus de 3 % vendredi, soit sa plus forte hausse en pourcentage sur une journée depuis mai 2020, car les signes de ralentissement de la croissance économique ont incité les investisseurs à revoir à la baisse leurs attentes quant au niveau de relèvement des taux d'intérêt par la Réserve fédérale pour freiner l'inflation. Pour la semaine, l'indice est en hausse de 6,4 %.

Un facteur qui pourrait soutenir ce rallye à court terme est le rééquilibrage de fin de trimestre, alors que les investisseurs institutionnels tels que les fonds de pension et les fonds souverains puisent dans des niveaux de liquidités record pour ramener les allocations aux actions en ligne avec leurs objectifs.

Ce phénomène pourrait faire grimper les marchés jusqu'à 7 % au cours de la semaine prochaine, a déclaré Marko Kolanovic, analyste chez JP Morgan, dans une obligation vendredi.

Pendant ce temps, plusieurs indicateurs dits contrariants suivis par les analystes de BoFA Global Research, y compris les allocations de liquidités et le sentiment des investisseurs, émettent des signaux d'achat, ont indiqué les analystes de la banque dans une obligation.

Jack Janasiewicz, stratège principal de portefeuille et gestionnaire de portefeuille chez Natixis Investment Managers Solutions, pense que le second semestre de l'année sera probablement meilleur que le premier. Il se montre de plus en plus optimiste à l'égard des actions, en particulier des actions de grandes entreprises technologiques battues en brèche et dotées de bilans solides, comme Alphabet Inc, la société mère de Google.

"Il y a beaucoup de mauvaises nouvelles liées à l'économie", a-t-il déclaré. "Nous pensons que le risque est à la hausse".

Les investisseurs qui s'accrochent à un éventuel retournement de situation risquent toutefois d'avoir l'estomac retourné.

Une étude des marchés baissiers au cours des 150 dernières années, réalisée par Solomon Tadesse, responsable des stratégies quantitatives pour l'Amérique du Nord chez Société Générale, a montré que les actions ont tendance à toucher le fond lorsqu'elles corrigent les "excès" de la période haussière précédente. Cela impliquerait que le S&P 500 chute encore de 22 % pour atteindre 3 020, selon ses recherches, qui mesurent les pourcentages de baisse lors de crises passées d'ampleur similaire.

Le repli du marché est "une correction inévitable et nécessaire des excès post-COVID", a-t-il déclaré, décrivant un rallye alimenté par les mesures de relance qui a vu le S&P 500 plus que doubler par rapport à ses plus bas de mars 2020.

Le scepticisme sur la durabilité d'un rebond du marché s'étend également aux investisseurs individuels. Une enquête menée par l'American Association of Individual Investors au cours de la semaine se terminant le 22 juin a révélé que 59,3 % d'entre eux pensent que le marché boursier américain sera baissier au cours des six prochains mois.

Brian Jacobsen, stratège en investissement senior chez Allspring Global Investments, pense que la récente baisse des rendements obligataires pourrait contribuer à atténuer la volatilité sur les marchés, offrant des opportunités dans des domaines tels que les actions des marchés émergents et les obligations à haut rendement de courte durée.

Pour l'instant, cependant, il reste prudent sur le marché boursier américain.

"D'un point de vue sectoriel, rien n'est sûr", a-t-il déclaré.

Braude de Goldman Sach, quant à lui, pense que les inquiétudes concernant l'inflation et les prix élevés des matières premières sont susceptibles de rendre le second semestre de l'année aussi volatil que le premier.

"Il y a un risque de baisse sur les marchés boursiers et obligataires", a-t-il déclaré. "Dans un environnement comme celui-ci, le cash est roi".

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Toute l'actualité sur ALPHABET INC.
13:09
11/08
10/08
10/08
10/08