CITIGROUP INC.

C
Cours en différé. Temps Différé  - 08/08 22:03:10
51.47USD -0.37%

Le second semestre

01/07/2022 | 11:37

Zonebourse / Reuters - Après six mois torrides, les marchés mondiaux espèrent un signe indiquant que les banques centrales pourraient réduire leur attitude belliqueuse. Les données sur l'emploi aux États-Unis, si elles sont nettement inférieures aux prévisions, pourraient constituer ce catalyseur.

Les banques centrales sont également à l'honneur ailleurs. La BCE donne le coup d'envoi de son programme de réinvestissement d'obligations pour protéger les économies fragiles du sud de l'Europe ; la série de mesures de resserrement des marchés émergents va se poursuivre ; et en Australie, une hausse des taux d'un demi-point est attendue.

Voici votre regard sur la semaine à venir sur les marchés par Karin Strohecker et Sujata Rao à Londres, Ira Iosebashvili à New York et Kevin Buckland à Tokyo.

1/ Du nord au sud

À partir du 1er juillet, la Banque centrale européenne va utiliser le produit des dettes allemandes, françaises et néerlandaises arrivant à échéance pour acheter des obligations de l'Italie et d'autres États du Sud.

L'objectif est d'empêcher que leurs coûts d'emprunt n'augmentent trop par rapport à ceux de leurs pairs plus riches - ce que l'on appelle la fragmentation.

Jusqu'à présent, tout va bien. Les attentes du soutien de la BCE ont contribué à réduire les coûts d'emprunt à 10 ans de l'Italie de 100 points de base depuis la mi-juin, tandis que sa prime de rendement par rapport à l'Allemagne est juste au-dessus de 200 points de base, en chute libre par rapport à la ligne de danger de 250 points de base atteinte il y a deux semaines.

Il est difficile de dire combien de temps durera cet effet positif ; les analystes de Citi estiment que le resserrement des spreads est exagéré, et les marchés ont déjà fixé le prix de 50 milliards d'euros de réinvestissements obligataires. Le test commence maintenant. 

Différence entre les rendements obligataires 10 ans de l'Allemagne et de l'Italie

2/ Jour de paie

Les données américaines ont récemment fourni plus que leur part de mauvaises surprises, signe que les 150 points de base de hausse des taux de la Réserve fédérale s'infiltrent dans l'économie.

Mais sans aucun relâchement de l'inflation, la Fed est en pilotage automatique avec les hausses de taux. Vendredi, nous verrons comment l'autre jambe du mandat inflation/emploi de la Fed se comporte.

Les analystes s'attendent à ce que 295 000 emplois américains aient été créés en juin ; un chiffre nettement inférieur à cette prévision pourrait renforcer l'argument en faveur d'une augmentation plus faible ou plus lente des taux, après le dernier mouvement de 75 points de base.

Les traders ont revu à la baisse leurs paris sur le point culminant des taux, ce qui a permis une timide reprise des actions. Ainsi, pour certains à Wall Bourse, une impression plus faible de l'emploi peut finir par être une bonne nouvelle.

Prévisions de création d'emplois aux USA de Reuters (bleu et vert) et nombre réel d'emplois créés (orange). Différence entre les deux (graphique du bas)

3/ Magicien d'oz

Le gouverneur de la Reserve Bank of Australia, Philip Lowe, déclare que le choix lors de la réunion de politique générale de jeudi est entre une hausse des taux d'un quart de point ou d'un demi-point. Mais les marchés n'y croient pas.

Ils s'attendent plutôt à ce que Lowe sorte du chapeau une augmentation de 50 points de base et que les taux passent de 0,85 % à 1,5 % en août.

Et pourquoi pas, après avoir été surpris par une hausse d'un demi-point le mois dernier, au lieu des 25 points de base attendus.

La faiblesse du dollar australien, qui stimule l'inflation importée, contribue à ces paris. Et n'oubliez pas que Lowe a l'habitude de minimiser les risques de hausse des taux, pour ensuite capituler. Avec une inflation qui atteint des sommets depuis deux décennies, les traders parient sur la même chose.

Les données surprises ont alimenté les paris hawkish sur les taux australiens

4/ Les taux en Europe de l'est

Cette année a tempéré une opinion de longue date selon laquelle les nations de l'UE telles que la Pologne et la Hongrie font partie d'une frange chanceuse au sein des marchés émergents. En fait, les décideurs politiques de la région subissent une pression immense en raison d'une inflation à deux chiffres, des risques liés au conflit Russie-Ukraine et de l'effondrement des devises.

La banque centrale hongroise vient de relever ses taux de 175 points de base - plus de trois fois ce qui était attendu - illustrant les douloureuses pressions sur les prix. Le forint se morfond néanmoins près de son plus bas niveau par rapport à l'euro.

La Roumanie devrait augmenter ses taux de 75 points de base pour les porter à 4,5 % mercredi, tandis que la banque centrale de Pologne pourrait relever de 100 points de base son taux d'intérêt actuel de 6 % lors de sa réunion de jeudi. La Serbie, elle aussi, devrait relever son taux de référence de 2,5 %.

L'inflation n'est pas non plus le seul problème : L'agence de notation Fitch prévient que la République tchèque, la Hongrie et la Slovaquie sont parmi les plus vulnérables à une coupure de l'approvisionnement en gaz russe.

5/ Soulagement après les confinements

Malgré toute l'angoisse suscitée par les sorties de capitaux chinois, l'indice boursier chinois de MSCI a terminé le premier semestre 2022 en baisse de 12 %, ce qui se compare favorablement à la chute de 20 % du S&P 500.

L'une des raisons en est le rebond du mois de juin, entraîné par l'assouplissement des verrouillages COVID. Les autorités ayant promis de soutenir les marchés et l'économie et d'assouplir leurs mesures de répression dans le secteur technologique, les banques d'investissement se précipitent à nouveau pour apposer l'étiquette "Buy" sur les actions chinoises.

Il y a des vents contraires, y compris la possibilité de sanctions occidentales sur la route et plus de défauts de paiement dans le secteur immobilier. L'assouplissement politique tant attendu pourrait être lent à venir, étant donné que le reste du monde est en mode de hausse des taux.

Néanmoins, alors que les actions des marchés occidentaux et émergents sont ébranlées par les hausses de taux et l'inflation, la Chine pourrait connaître un second semestre optimiste.

Flux étrangers vers les actions chinoises via Stock Connect, en M$
© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Marchés"
08/08
01/08
27/07
26/07
13/07