DEUTSCHE BANK AG

DBK
Temps Différé Xetra - 17:37:38 03/02/2023
11.53 EUR +0.65%

Colonne-2023 prévisions du marché - quand l'outrageux et le plausible se confondent : McGeever

06/12/2022 | 19:50

Alors que certaines banques publient leurs prévisions semi-sérieuses sur le marché pour l'année à venir, la course folle qui a surpris tout le monde en 2022 suggère que, cette fois-ci, elles devraient peut-être être prises au sérieux.

Après tout, à la même époque l'année dernière, on peut dire sans risque de se tromper que l'inflation à deux chiffres en Occident, le cycle de resserrement de la politique monétaire américaine le plus agressif depuis 40 ans, l'intervention du marché des changes japonais pour acheter des yens et, selon certaines mesures, le plus grand krach jamais enregistré pour les obligations d'État n'étaient pas des décisions consensuelles.

Mais la guerre en Europe a tout changé. La dynamique du panorama macro, politique et politique mondial n'a jamais été aussi incertaine, et les modèles économiques et de marché standard basés sur la réversion moyenne et les précédents historiques ont rarement été aussi peu utiles.

C'est dans ce contexte que Saxo Bank et Standard Chartered ont publié leurs prévisions extrêmement hors-consensus "Prédictions scandaleuses" et "Surprises du marché en 2023", respectivement.

Comme le notent les analystes de Saxo, il s'agit "d'événements improbables mais sous-estimés qui, s'ils devaient se produire, provoqueraient des ondes de choc sur les marchés financiers ainsi que dans les cultures politiques et populaires."

Eric Robertsen, responsable mondial de la recherche chez Standard Chartered, précise : "Ces scénarios sont indépendants les uns des autres. Ils ne sont pas censés être économiquement ou intellectuellement cohérents les uns avec les autres."

Ceux de Standard Chartered sont un peu plus spécifiques au marché, et ceux de Saxo s'orientent davantage vers la sphère politique.

Pourtant, ce qui est frappant à leur sujet, c'est le nombre de ceux qui semblent assez plausibles. Le yuan offshore passant à 6,40 par dollar ou l'euro passant à 1,25 dollar ? Le Nasdaq chutant encore de 50 % ? La mise en accusation du président Biden, la création d'une force armée européenne commune ou un contrôle généralisé des prix pour plafonner l'inflation officielle ?

Compte tenu de l'agitation des marchés politiques, économiques et financiers des 12 derniers mois, aucun de ces scénarios pour les 12 prochains ne peut être totalement exclu.

Qui plus est, certaines des précédentes prédictions audacieuses de ces deux banques se sont effectivement réalisées. Un petit pourcentage, certes, mais ce sont les paris à faible probabilité et à rendement élevé qui peuvent faire la carrière d'un trader ou d'un analyste.

WALL, MEET MUD

Examinons quelques-unes de ces prédictions, en commençant par les options d'achat sur le yuan et l'euro de Standard Chartered.

Le yuan à 6,40/$ nécessiterait qu'il s'apprécie d'environ 9 % par rapport aux niveaux actuels, ce qui n'est pas très controversé étant donné qu'il s'est affaibli de 9 % l'année dernière. De plus, il se négociait à 6,40/$ il y a seulement huit mois.

Est-ce moins probable que le pari très médiatisé du milliardaire Bill Ackman, gestionnaire de fonds spéculatifs, selon lequel l'ancrage du dollar de Hong Kong au dollar américain, vieux de 39 ans, va bientôt se rompre ? Presque certainement pas.

De même, une nouvelle hausse de 20 % de l'euro à 1,25 $ n'est pas si farfelue si l'on considère que la monnaie était à son plus bas niveau en 20 ans pas plus tard qu'en septembre et qu'elle a déjà récupéré 10 % depuis.

Les fondements économiques, financiers et politiques de cette reprise pourraient être plus difficiles à construire, mais si la paix en Ukraine arrive aussi soudainement que la guerre, vous ne parieriez pas contre. Les perspectives économiques de base de la Deutsche Bank pour 2023 prévoient même que la croissance de la zone euro dépassera celle des États-Unis l'année prochaine.

Même la poursuite de la guerre et des tensions géopolitiques pourrait faire grimper l'euro à 1,25 dollar si, comme le dit Saxo Bank, une "armée européenne unie" est fondée. Le raisonnement est le suivant : les nouvelles forces armées sont financées par 10 000 milliards d'euros de nouvelles obligations basées sur la part du PIB global des pays membres, ce qui donne une énorme impulsion aux investissements et approfondit considérablement l'intégration du marché de la dette souveraine de l'UE.

Si l'inflation a fait trébucher de nombreuses personnes cette année - notamment les banquiers centraux - qui peut dire qu'elle ne le fera pas l'année prochaine ? Les prévisions extrêmes seraient une inflation galopante ou un effondrement soudain en déflation, et le biais de récence suggère qu'une inflation galopante serait un choc moindre pour les marchés.

Si tel est le cas, on peut comprendre pourquoi les deux banques ont fait de la hausse du prix de l'or l'un de leurs appels audacieux (en mettant de côté pour une minute les propriétés discutables de l'or en matière de couverture de l'inflation).

Standard Chartered table sur une hausse de 30 %, et Saxo sur une hausse d'environ 70 % pour dépasser les 3 000 dollars l'once. La dernière fois que l'or a connu une telle hausse en un an remonte à 1979. Encore une fois, c'est peu probable, mais cette année a donné lieu à de nombreux parallèles avec la fin des années 1970/début des années 1980, alors pourquoi pas un de plus ?

Les prévisions folles des années passées se sont avérées ne pas être si folles après tout - Saxo a annoncé le Brexit en 2015 et le triplement de la valeur du bitcoin en 2017, tandis que Standard Chartered a correctement dit l'année dernière qu'un rallye de 100 % des matières premières agricoles alimenterait une poussée de l'inflation alimentaire.

En fin de compte, si vous jetez suffisamment de boue sur le mur, une partie de celle-ci s'accrochera. Lequel des appels audacieux des banques pour 2023 ci-dessous, s'il y en a un, s'accrochera ?

SAXO :

- Une coalition de milliardaires qui crée un projet Manhattan de mille milliards de dollars pour l'énergie.

- Le président français Macron démissionne

- L'or s'envole vers 3 000 $ alors que les banques centrales échouent dans leur mission d'inflation

- La fondation des forces armées de l'UE

- Un pays qui accepte d'interdire toute production de viande d'ici 2030

- La Grande-Bretagne organise un référendum sur l'UnBrexit

- Introduction d'un contrôle généralisé des prix pour plafonner l'inflation officielle

- La Chine, l'Inde et l'OPEP+ quittent le FMI et acceptent de commercer avec un nouvel actif de réserve

- Le Japon fixe la parité USD/JPY à 200 pour "mettre de l'ordre" dans son système financier.

- Une interdiction des paradis fiscaux qui tue le capital-investissement

STANDARD CHARTERED :

- Le pétrole Brent tombe sous les 40 dollars le baril

- L'euro remonte à 1,25 $ grâce à la stabilité politique et à la reprise économique

- La Fed baisse ses taux de 200 points de base en 2023

- Le Nasdaq chute encore de 50% à 6000

- Le dollar/yuan tombe à 6,40

- Les prix des denrées alimentaires s'effondrent, alimentant les craintes de déflation

- L'or remonte de 30 % alors que l'effondrement des crypto-monnaies et des entreprises se répand.

- Les républicains mettent en accusation le président américain Joe Biden

(Les opinions exprimées ici sont celles de l'auteur, chroniqueur pour Reuters).

© Zonebourse avec Reuters 2023
Copier lien
Toute l'actualité sur DEUTSCHE BANK AG
03/02
03/02
03/02
03/02
03/02