GAZPROM

GAZP
Cours en clôture Moscow Micex - RTS - 00:00 08/07/2022
198.00 RUB +0.04%

La menace de sanction de la Russie pour le transit du gaz en Ukraine est un nouveau coup dur pour l'Europe.

28/09/2022 | 22:31
Si Moscou met à exécution sa menace de sanctionner l'entreprise énergétique ukrainienne Naftogaz, l'une des dernières voies d'approvisionnement en gaz russe vers l'Europe pourrait être fermée, exacerbant la crise énergétique juste au moment où débute la saison cruciale du chauffage hivernal.

Naftogaz a entamé une nouvelle procédure d'arbitrage contre Gazprom au début du mois, affirmant que la société russe n'a pas payé les frais de transit pour l'envoi de son gaz vers l'Europe via des gazoducs qui traversent l'Ukraine.

Gazprom a rejeté cette semaine toutes les revendications, ajoutant que la Russie pourrait introduire des sanctions contre Naftogaz au cas où elle poursuivrait l'affaire. De telles sanctions interdiraient à Gazprom de payer des frais de transit à l'Ukraine, ce qui, selon les analystes, pourrait mettre fin aux flux de gaz russe vers l'Europe via le pays.

Yuriy Vitrenko, directeur général de Naftogaz, a déclaré que la société poursuivrait malgré tout la procédure d'arbitrage contre Gazprom.

"(Les sanctions) concrétiseraient le pire scénario auquel les gouvernements européens se sont préparés tout l'été, à savoir un marché européen du gaz sans gaz russe", a déclaré Natasha Fielding, responsable des prix du gaz pour la région EMEA chez Argus Media.

"Le transit par l'Ukraine est la seule voie de livraison de gaz russe vers l'Europe encore utilisée, à part le gazoduc Turkish Stream, qui dessert les pays d'Europe du Sud-Est", a-t-elle ajouté.

Les prix de gros du gaz néerlandais, la référence européenne, ont grimpé en flèche après que Gazprom ait parlé de sanctions mardi, et ont grimpé jusqu'à 13 % mercredi pour s'établir à environ 120 % de plus depuis le début de l'année.

Les flux de gaz via la seule voie de transit opérationnelle en Ukraine, à travers Sudzha, sont actuellement d'environ 42 millions de mètres cubes par jour. En mai, Kiev avait déjà suspendu la route de Sokhranivka, qui livrait près d'un tiers du carburant acheminé de la Russie vers l'Europe via l'Ukraine, en déclarant la force majeure.

Selon les données du groupe de réflexion Bruegel, l'Union européenne (UE) a importé environ 155 milliards de mètres cubes (mmc) de gaz de Russie l'année dernière, soit environ 12,9 mmc par mois.

Les importations de gaz russe du début de l'année 2022 à la fin de la semaine dernière se sont élevées à 60 milliards de m3, contre 81 milliards de m3 pour le seul premier semestre de l'année dernière, selon les données de Bruegel.

Les fuites détectées sur le gazoduc Nord Stream 1 cette semaine rendent peu probable une reprise des flux sur cette route après qu'ils aient été réduits à une fraction de leur capacité et finalement suspendus le mois dernier, Moscou invoquant la nécessité d'une maintenance.

Entre-temps, le gazoduc Yamal-Europe a circulé en direction de l'est, de l'Allemagne à la Pologne, pendant une grande partie de l'année, bien qu'il soit en mode stop-start depuis des semaines.

RISQUE HIVERNAL

En cas d'arrêt des flux de Sudzha, le seul gaz russe acheminé vers l'Europe passerait par la Turquie et la mer Noire via TurkStream, qui a une capacité annuelle d'environ 31,5 milliards de m3.

Gazprom a augmenté l'approvisionnement de la Hongrie via ce gazoduc en août, mais dans l'ensemble, l'Europe se prépare depuis des mois à un arrêt complet des livraisons de gaz russe cet hiver.

Les gouvernements ont fait des pieds et des mains pour diversifier l'approvisionnement, en achetant davantage de gaz naturel liquéfié à des fournisseurs tels que les États-Unis, le Qatar et l'Égypte, ainsi qu'en introduisant des mesures pour réduire la demande intérieure et économiser l'énergie.

En conséquence, le stockage de gaz européen était rempli à 88 % au 26 septembre, bien qu'il y ait des variations entre les pays.

"Il faut une combinaison de "si" pour menacer les approvisionnements énergétiques de l'Europe cet hiver, notamment un hiver rigoureux, des pannes nucléaires françaises prolongées et d'autres problèmes d'infrastructure", a déclaré Norbert Rücker, responsable de l'économie et de la recherche sur la prochaine génération à la banque d'investissement Julius Baer.

Toutefois, un risque plus important subsiste pour l'hiver prochain, car les pays termineront la saison gazière hivernale de cette année avec des stocks très bas et auront moins de gaz russe disponible par gazoduc que jamais pour reconstituer les stocks au printemps et en été.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Toute l'actualité sur GAZPROM
05/12
05/12
05/12
30/11
30/11