SGS SA

SGSN
Temps Différé Swiss Exchange - 17:30 08/12/2022
2154.00 CHF -0.97%

SGS : Mieux comprendre et lutter contre le gaspillage alimentaire

28/09/2022 | 17:16
Mieux comprendre et lutter contre le gaspillage alimentaire

28 sept. 2022

Chaque année dans le monde, 20% de nourritures disponibles sont perdues et gaspillées, selon l'ONU, alors qu'elles sont toujours comestibles et ne présentent aucun danger pour la santé. Pour la journée internationale anti-gaspillage alimentaire, SGS, fait le point sur les inconvénients du gaspillage alimentaire, mais aussi les solutions pour réduire le gaspillage alimentaire.

Le gaspillage alimentaire : quelle définition ?
  • Une définition internationale : le gaspillage alimentaire est le fait de perdre ou jeter de la nourriture généralement destinée à la consommation humaine. Il se produit tout au long de la chaîne d'approvisionnement, de la production agricole jusqu'à la consommation, en passant par le stockage, la transformation, la distribution et la gestion.
  • Une définition française : en 2013, lors du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire, visant à réunir l'ensemble des parties prenantes, tout au long de la chaîne alimentaire, pour réduire de moitié le gaspillage alimentaire à l'horizon 2025, une définition pour le gaspillage alimentaire est donnée.

Le gaspillage alimentaire consiste en « toute nourriture destinée à la consommation humaine qui, à une étape de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée, constitue le gaspillage alimentaire ».

Le gaspillage alimentaire en chiffres :
  • 350 km3 d'eaux gaspillé : le gaspillage alimentaire touche plusieurs secteurs liés à l'alimentation, dont l'eau, actuellement 350 km3 d'eau sont gaspillés sachant que l'eau n'est pas accessible à tous.
  • 1,3 milliard de tonnes de nourriture jetée : selon la FAO (organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture), le nombre de nourriture gaspillée chaque année est colossale et s'élève à environ 1,3 milliard de tonnes par an, que ce soit par les ménages ou par les industries.
  • 1,4 milliard d'hectares de terre gaspillée : environ 28% des superficies agricoles du monde servent annuellement à la production d'aliments gaspillés.
  • 3,3 milliards de tonnes d'émissions de CO2 : le gaspillage alimentaire est un phénomène qui touche directement l'environnement, que ce soit pour le gaspillage de ressources naturelles ou de terres agricoles. Chaque année, on compte 3,3 milliards de tonnes de CO2 émis dans le monde à cause du gaspillage alimentaire.
Comment lutter contre le gaspillage alimentaire ?

Le gaspillage alimentaire est une problématique mondiale, il représente le 12e objectif de Développement Durable (ODD) visant à inclure une gestion des produits et déchets qui respecte l'environnement afin de réduire de moitié le gaspillage alimentaire mondiale.
Pour en limiter les effets néfastes de ce phénomène, les Etats, économistes et chercheurs du globe s'engage dans la lutte contre le gaspillage alimentaire à travers des dispositifs législatifs et des directifs anti-gaspillages.

Chaque partie prenante peut agir à son niveau pour limiter les effets, mais comment ? En appliquant les dispositifs législatifs mis en place.

La France a pris de nombreuses dispositions législatives pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

  • Le pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire, un premier pacte signé en 2013, puis un deuxième en 2017, le pacte montre la volonté de l'Etat français de lutter contre le gaspillage alimentaire. L'objectif ? Réduire de moitié le gaspillage alimentaire à l'horizon 2025 à travers 11 mesures spécifiques.
  • La loi relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire (loi Garot), elle s'applique principalement aux épiceries et aux distributeurs de produits alimentaires. Cette loi, les oblige à faire des dons de leurs invendus tout en interdisant la fabrication d'invendus impropres à la consommation des invendus et encore comestibles.
  • La loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable (loi EGALIM), lancée en 2017, elle s'applique aux restaurations collectives et impose par exemple :
    • L'instauration d'une démarche de lutte contre le gaspillage alimentaire
    • L'interdiction de rendre impropres à la consommation les excédents alimentaires encore bons.
    • De proposer des dons à des associations habilitées.
    • La mise en place d'un menu végétarien
  • La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (loi AGEC), elle a pour but de renforcer les mesures de lutte contre le gaspillage alimentaire et pour objectif de réduire le gaspillage alimentaire de 50 % d'ici 2025, dans les domaines de la distribution alimentaire et de la restauration collective et d'ici 2030 dans les domaines de la consommation, de la production et de la transformation.
En appliquant les bonnes pratiques de lutte contre le gaspillage alimentaire.
  • Respecter la chaîne du froid : il est important de bien conserver les aliments, en s'assurant du maintien des aliments à une température adaptée.
  • La bonne quantité d'aliment : que ce soit pour le producteur ou le consommateur, produire ou acheter en quantité suffisante contribue à lutter contre le gaspillage alimentaire.
  • Vérifier les dates de péremption, il est important de vérifier la date de péremption pour éviter de jeter l'aliment. Les supermarchés par exemple, peuvent faire don ou faire des promotions sur des produits invendus ou qui vont se périmer dans les jours à venir.
  • Faire don des aliments : pour éviter de gaspiller les aliments, faire don des invendus est une possibilité, en se tournant vers des associations dédiées.

Depuis 2020, nous sommes engagés dans les travaux dulabel national « anti-gaspillage alimentaire », qui vise à valoriser des initiatives vertueuses dans secteur de la distribution alimentaire, dans un premier temps.
Si vous souhaitez réduire le gaspillage alimentaire, SGS vous accompagne dans le processus d'audit et de labellisation de votre entreprise dans le respect des bonnes pratiques de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Et retrouvez en replay notre webinar " limiter les pertes et gaspillages alimentaires : actualités, outils et un nouveau label "

Cliquez ici pour accéder au webinar

Ne manquez pas l'occasion de voir ou revoir ce webinar dédié au Label anti-gaspillage alimentaire. Laurence Gouthière, en charge du service consommation et prévention de chez l'ADEME, nous a fait l'honneur d'intervenir à ce rendez-vous exclusif.
Ce webinar vous présente les derniers chiffres sur le sujet, les outils et ressources disponibles, un rappel du contexte réglementaire. Afin de rendre ce webinar plus interactif, vous aurez l'occasion de répondre à quelques questions en direct.
CONTEXTE Mise en application de l'art.33 de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC). OBJECTIFS L'ADEME et SGS vous proposent un éclairage sur la lutte contre le gaspillage alimentaire en faisant le point sur les obligations réglementaires, les outils et le label dont le référentiel est en cours d'élaboration. NOS INTERVENANTS
  • Laurence Gouthière : Lutte contre les gaspillages - Service Consommation et Prévention, ADEME
  • Sébastien Bian : Directeur Technique Certification Food, SGS ICS
  • Claire Peltier : Cheffe de projet Economie Circulaire, SGS
AGENDA
  • Introduction et actualités
  • Zoom sur les secteurs Production / Industrie / Distribution / Restauration
  • Zoom sur le Label anti-gaspillage
  • Questions / réponses

Disclaimer

SGS SA published this content on 28 September 2022 and is solely responsible for the information contained therein. Distributed by Public, unedited and unaltered, on 28 September 2022 15:15:02 UTC.

© Publicnow 2022
Copier lien
Toute l'actualité sur SGS AG
01/12
25/11
25/11
25/11
21/11