SQLI

SQI
Cours en temps réel. Temps réel  - 12/08 17:35:05
37EUR +1.37%

NFT : virée e-shopping en Asie !

15/03/2022 | 09:10
NFT : virée e-shopping en Asie ! Mar 15 2022

En mars 2021, la vente d'une œuvre d'art digitale accompagnée d'un NFT pour près de 69 millions de dollars par l'artiste Beeple marque la plus importante transaction pour un NFT. Elle attire alors l'attention des médias, investisseurs et entreprises sur une tendance e-commerce qui offre de belles perspectives de croissance. L'achat de NFTs, des biens virtuels dont la technologie blockchain certifie l'unicité, annonce une nouvelle ère pour le e-commerce.

Bien qu'ils soient utilisés principalement dans l'art digital et les jeux vidéo pour l'instant, les NFTs offrent des opportunités dans bien d'autres industries. Les Big Tech s'y intéressent de près. Meta, anciennement Facebook, a annoncé son intention de lancer une marketplace dédiée aux NFTs, tandis que les utilisateurs d'Instagram peuvent déjà exposer leurs collections de NFTs sur l'application. En Asie, Alibaba a lancé une campagne pour le Nouvel An chinois qui permet d'acheter des NFTs via son app de paiement Alipay.

L'Asie, et en particulier l'Asie du Sud-Est, représenterait une part importante du marché. Selon la société Chainalysis Inc, la part de l'Asie centrale et l'Asie du Sud-Est monte déjà à 35% des 22 milliards de dollars du commerce mondial des NFTs en 2021. Sa population constitue la majorité des utilisateurs de NFT, selon les informations de l'étude Global NFT Adoption de Finder.com basée sur les 20 nations interrogées. Les Philippines, la Thaïlande et la Malaisie, toutes situées en Asie du Sud-Est, sont en tête de liste. Rien d'étonnant à cela quand on sait que certains pays d'Asie se classent aussi parmi les principaux adoptants de cryptos et sont de fervents consommateurs de jeux vidéo.

Pour bien comprendre le potentiel des NFTs, nous vous emmenons à la découverte des entreprises asiatiques les plus à la pointe sur le sujet et décryptons les nouvelles expériences d'achat qu'elles offrent aux utilisateurs.

Dans les jeux vidéo : Axie Infinity a créé sa propre économie et est valorisée à 3 milliards de dollars

Axie Infinity est la référence de jeu vidéo qui s'appuie sur les cryptomonnaies et NFTs pour créer sa propre économie sur un modèle appelé « play to earn » dans le monde du gaming : il permet aux joueurs de gagner de l'argent en jouant. Derrière Axie Infinity, jeu lancé en 2018 et dont 40% des joueurs sont basés aux Philippines, se cache une startup vietnamienne, Sky Mavis. En octobre dernier la startup a levé $150 millions, une levée de fonds qui la valorise à 3 milliards de dollars.

Le but du jeu est simple : un Axie, bestiole similaire à un Pokémon, est élevé par son dresseur et combat d'autres Axies dans des matchs. Chaque Axie est en fait un NFT unique. Pendant les matchs, le joueur remporte des récompenses sous forme de crypto-monnaies. Les joueurs peuvent posséder plusieurs Axies en reproduisant les Axies existants ou en les achetant à d'autres joueurs. En remportant des batailles ou en vendant des Axies, les propriétaires gagnent la monnaie du jeu. Ces gains peuvent ensuite être vendus sur la place de marché contre de l'argent réel, générant des revenus pour le joueur.

En août dernier, 1,8 millions de joueurs se sont connectés à la plateforme et les plus sérieux d'entre eux gagnent des milliers de dollars par mois.

Dans le métavers : l'entreprise hongkongaise de jeux vidéo Animoca Brands se positionne déjà comme un des acteurs clés du métavers

Animoca Brands est une société basée à Hong-Kong qui développe et édite des jeux vidéo. Elle a récemment levé $358 millions afin de développer un métavers ouvert.

Au-delà de ses activités de développement et d'édition, Animoca Brands investit activement dans plus de 150 des sociétés NFT et métavers les plus importantes au monde, notamment OpenSea, Dapper Labs, Yield Guild Games, Star Atlas, Axie Infinity, Thetan Arena et beaucoup d'autres. Plus de 90% des utilisateurs qui ont rejoint leurs jeux sont devenus des propriétaires de NFTs pour la première fois.

Animoca Brands a été l'une des premières entreprises à opter pour une stratégie de jeu blockchain en 2018, en pariant que les NFTs seraient adoptés dans les jeux vidéo. La société a déjà développé plusieurs jeux utilisant les NFTs et la blockchain. Le projet le plus important de Animoca Brands est celui de l'écosystème Sandbox, un métavers ouvert.

Dans cet écosystème, le jeton Sand est utilisé pour les transactions et interactions. Actuellement, 705 millions de jetons circulent et leur réserve s'élève à 3 milliards. Pendant la partie Alpha 1 du jeu, plus de 200.000 joueurs ont visité l'écosystème, 100 000 ont assisté à des concours et le temps de jeu monte à plus de 150 000 heures.

Dans l'industrie fashion : une marque basée à Singapour vend des vêtements virtuels

Espérant surfer sur la vague de la propriété et des biens numériques, Republiqe, située à Singapour et fondée par James Gaubert en août 2020, serait la première marque de mode de luxe exclusivement numérique au monde. Elle s'appuie sur les 22 années d'expérience de son créateur, designer et styliste, qui a travaillé pour Chanel, Burberry, Bulgari ou encore Louis Vuitton. Au cours de ses 6 premiers mois d'existence, Republiqe a vendu 500 pièces au total.

Comme les tailleurs de la marque habillent numériquement le client dans le cyber-vêtement qu'il a acheté, une seule taille convient à tous. L'achat sur Republiqe ressemble à toute autre expérience d'achat en ligne : parcourir le catalogue, ajouter des articles au panier et terminer la transaction. Toutefois, le client devra télécharger une photo de lui-même, transmise à l'équipe de tailleurs 3D qui ajustera alors le vêtement avant de le rendre à son acquéreur.

Les tailleurs utilisent des tissus numériques de haute qualité et ajustent les vêtements sur leurs avatars pour vérifier comment ils tombent sous tous les angles. Selon Gaubert, cela exige la même attention au détail que la conception physique, qu'il s'agisse du matériel, tels que les boutons et les métaux, ou des coutures sur les vêtements et les accessoires.

Dans l'industrie de la musique : la plateforme KLKTN offre des actifs uniques aux fans d'artistes de la pop culture japonaise et coréenne

KLKTN une plateforme où les fans achètent et échangent les NFTs de leurs artistes favoris. Les artistes sont encouragés à partager leur processus créatif, publier du contenu exclusif et créer de nouveaux modes de communication avec leurs fans. Tout cela se fait via la vente des NFTs sur la marketplace du site.

L'équipe derrière la création de cette plateforme est internationale et diverse. Son Directeur de Création, Jeff Miyahara est un visionnaire, producteur de musique et auteur-compositeur basé à Tokyo. Il a déjà produit plus de 260 artistes issus de la J-pop, K-pop et de l'international. Au total, il a vendu pas moins de 40 millions de copies physiques et digitales de sa musique. A ses côtés, le directeur de la technologie, Fabiano Soriani, est un ingénieur blockchain. Son équipe et lui sont basés à Vancouver.

Le siège de la société se situe à Hong-Kong sous le PDG Daisuke Iwase, un entrepreneur japonais qui a cofondé la startup Lifenet et l'a emmené à l'IPO avant de s'intéresser à la technologie blockchain et au potentiel des NFTs.

Une de leurs premières initiatives était de convertir des pages du magazine Young Magazine en NFTs, vendues sur la marketplace. En 12 heures, les 255 NFTs sont partis comme des petits pains !

En juillet dernier, KLKTN a lancé une édition spéciale de NFTs pour célébrer le nouveau single de l'artiste coreen-américain Kevin Woo. Cette édition de NFTs comprend des moments à collectionner, inspirés du nouveau clip vidéo des singles. Depuis, beaucoup d'autres lancements et initiatives de ce genre ont eu lieu pour divers artistes à l'occasion d'un nouveau single, clip ou album.

Dans l'industrie du cinéma : la société de production singapourienne mm2 va lancer une marketplace pour les NFTs

mm2 est une société de production de films asiatiques, très reconnue dans le cinéma asiatique, elle a décidé de se lancer dans les NFTs. Le 11 janvier dernier, mm2 a annoncé vouloir développer une marketplace appelé Metaviva afin que les consommateurs achètent, échangent, vendent et stockent de l'art, des séquences audiovisuelles, de la musique, de l'animation et même des accessoires utilisés dans les films.

Metaviva a pour but de former des liens entre les producteurs de contenu et les fans. Le fondateur de mm2 a partagé sa vision sur le futur des NFTs : il pense que le marché des NFTs éclipsera celui des biens physiques dans les années à venir.

La date de lancement de Metaviva sera annoncée dans les prochaines semaines.

Dans l'art : la plateforme singapourienne RtistiQ

Première plateforme d'art NFT en Asie du Sud-Est, RtistiQ est une application et marketplace singapourienne permettant à ses clients d'acheter de l'art sous forme de NFTs. Actuellement, la plateforme recense des artistes venant de 29 pays différents et la marketplace compte 2.500 œuvres d'art qui valent $8 millions au total.

La mission de RtistiQ est d'offrir de la tranquillité d'esprit aux acheteurs d'art du monde entier en matière d'authenticité, ainsi qu'offrir aux artistes la possibilité d'atteindre un public plus large pour leur art. D'autant plus que la pandémie empêche les artistes de présenter leurs œuvres dans des galeries et autres expositions. Le digital leur ouvre de nouvelles perspectives, grâce aux NFTs et à la blockchain.

RtistiQ a déclaré qu'il s'agissait d'une place de marché pour les artistes qui, non seulement fournit une plateforme de vente en ligne, mais répond également à leurs préoccupations telles que la provenance non traçable, l'absence ou le retard des redevances reçues, la violation du droit d'auteur, etc. Ainsi, le nombre d'artistes qui intègrent RtistiQ double chaque mois depuis avril. La plateforme dénombre actuellement plus de 200 artistes à son bord ! Elle devrait en compter 1.500 venant de plus de 50 pays ainsi que 20.000 œuvres d'art d'ici mars 2022.

Le marché asiatique des NFTs est en pleine expansion. Cette nouvelle forme d'e-commerce sera au cœur du métavers, et certaines entreprises asiatiques investissent déjà massivement sur ce marché dans le gaming, l'art, la musique ou même la mode. Certaines entreprises travaillent même sur des iNFTs intelligents : des avatars virtuels dotés d'intelligence artificielle. L'entreprise singapourienne Alethea IA, par exemple, a levé 16 millions de dollars pour développer ces iNFTs et a vendu en juin dernier un iNFT pour 478.000 dollars. Qu'on le veuille ou non, les NFTs semblent un des futurs piliers du monde virtuel qui nous attend…

Disclaimer

SQLI SA published this content on 15 March 2022 and is solely responsible for the information contained therein. Distributed by Public, unedited and unaltered, on 15 March 2022 08:09:07 UTC.

© Publicnow 2022
Copier lien
Toute l'actualité sur SQLI
22/07
22/07
21/07
15/06
15/06