TWITTER, INC.

TWTR
Cours en différé. Temps Différé  - 27/05 22:03:12
40.17USD +1.64%

Elon Musk suspend temporairement son offre de rachat de Twitter

13/05/2022 | 15:23

Elon Musk vient de suspendre temporairement son offre de rachat de 44 Mds$ pour Twitter, invoquant l'attente des données sur le nombre réel de faux comptes et de bots sur le réseau social. Musk reproche à Twitter d'avoir laissé proliférer les robots spammeurs, et critique au passage la politique de modération du réseau. Musk vient tout juste de réagir sur Twitter indiquant qu'il était toujours destiné à acquérir Twitter.

Musk suspend son offre

Elon Musk a annoncé sur Twitter que son projet d'acquisition de Twitter Inc, pour un montant de 44 milliards de dollars, était "temporairement suspendu" vendredi, dans l'attente de données sur la proportion de ses faux comptes, ce qui a fait plonger les actions de la plateforme de médias sociaux.

Le PDG de Tesla, M. Musk, qui a ajouté qu'il restait attaché à l'acquisition, a décidé de renoncer à la "due diligence" lorsqu'il a accepté d'acheter Twitter le 25 avril, dans le but d'amener la société basée à San Francisco à accepter sa "meilleure et dernière offre". Depuis, les valeurs technologiques ont plongé sur fond d'inquiétudes des investisseurs concernant l'inflation et un éventuel ralentissement économique.

L'écart entre le prix de l'offre et la valeur des actions Twitter s'est creusé ces derniers jours, impliquant moins de 50 % de chances d'aboutir, les investisseurs spéculant sur le fait que le ralentissement économique inciterait Musk à se retirer ou à chercher un prix plus bas. "L'accord avec Twitter est temporairement suspendu dans l'attente de détails permettant d'établir que les spams et les faux comptes représentent effectivement moins de 5 % des utilisateurs", a déclaré M. Musk à ses plus de 92 millions de followers sur Twitter.

Twitter n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Il n'y a pas eu de réaction immédiate de la part des investisseurs auxquels Musk a fait appel la semaine dernière pour lever 7,1 milliards de dollars de fonds. Elon Musk vient par ailleurs de tweeter qu'il souhaite toujours procéder à l'acquisition du réseau social à l'oiseau bleu : 

 

La quête aux faux comptes et aux bots

Musk a tweeté un article de Reuters datant d'il y a dix jours et citant les chiffres des faux comptes. Twitter a déclaré que ces chiffres étaient une estimation et que le nombre réel pouvait être plus élevé. Le nombre estimé de comptes de spam sur le site s'est maintenu en dessous de 5% depuis 2013, selon les dépôts réglementaires de Twitter, ce qui a incité certains analystes à se demander pourquoi Musk le soulevait maintenant.

"Cette métrique de 5% est sortie depuis un certain temps. Il est clair qu'il l'aurait déjà vu [...] Il se peut donc que cela fasse davantage partie de la stratégie visant à faire baisser le prix", a déclaré Susannah Streeter, analyste chez Hargreaves Lansdown.

Musk a déclaré que s'il achetait Twitter, il "vaincrait les robots spammeurs ou mourrait en essayant". Il a reproché à la société de dépendre de la publicité pour expliquer pourquoi elle a laissé les robots spammeurs proliférer. Il a également critiqué la politique de modération de Twitter et a déclaré qu'il souhaitait que l'algorithme de Twitter donne la priorité aux tweets publics et qu'il était contre le fait que les entreprises qui font de la publicité aient trop de pouvoir sur le service.

Néanmoins, Musk vise à ce que les recettes publicitaires fassent plus que doubler d'ici 2028, selon les diapositives qu'il a présentées aux investisseurs et qui ont été rapportées par le New York Times. Les publicités devraient représenter environ 45 % des revenus totaux de Twitter à cette date, contre la quasi-totalité de ses revenus aujourd'hui, selon la présentation aux investisseurs.

En début de semaine, M. Musk a déclaré qu'il annulerait l'interdiction faite par Twitter à l'ancien président américain Donald Trump lorsqu'il achèterait la plateforme de médias sociaux, signalant ainsi son intention de réduire la modération.

Musk ne peut pas se retirer si facilement 

Il existe de nombreux précédents d'une éventuelle renégociation du prix à la suite d'une baisse du marché. Plusieurs entreprises ont réévalué le prix des acquisitions convenues lorsque la pandémie de COVID-19 a éclaté en 2020 et a provoqué un choc économique mondial.

Dans un cas, le détaillant français LVMH a menacé de se retirer d'un accord avec Tiffany & Co. Le détaillant américain de bijoux a accepté de baisser le prix de 425 millions de dollars pour le porter à 15,8 milliards de dollars.

Les acquéreurs qui cherchent à s'en sortir ont parfois recours à des clauses d'"effet négatif important" dans leur accord de fusion, en faisant valoir que la société cible a subi un préjudice important.

Mais le libellé de l'accord de fusion de Twitter, comme celui de nombreuses fusions récentes, ne permet pas à M. Musk de se retirer en raison d'une détérioration de l'environnement commercial, telle qu'une baisse de la demande de publicité ou la chute des actions de Twitter. Musk est contractuellement tenu de verser à Twitter une indemnité de rupture d'un milliard de dollars s'il ne conclut pas l'opération, et le libellé du contrat de transaction semble limiter à ce niveau les dommages et intérêts que Twitter peut réclamer à Musk. Mais le contrat contient également une clause d'"exécution spécifique" qu'un juge peut invoquer pour obliger Musk à conclure l'accord.

Dans la pratique, les acquéreurs qui perdent une affaire d'exécution spécifique ne sont presque jamais contraints de conclure une acquisition et négocient généralement un accord monétaire avec leurs cibles.

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Toute l'actualité sur TWITTER, INC.
27/05
27/05
27/05
27/05
27/05