TWITTER, INC.

TWTR
Cours en différé. Temps Différé  - 24/05 22:03:12
35.76USD -5.55%

Le PIB britannique dépasse son niveau pré-pandémie en novembre

14/01/2022 | 11:36

Londres (awp/afp) - La croissance du Royaume-Uni a rebondi en novembre, dépassant pour la première fois son niveau d'avant la pandémie, mais l'impact d'Omicron devrait se faire sentir dans les chiffres de décembre, selon les économistes.

Le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,9% en novembre et se situe désormais 0,7% au-dessus de son niveau de février 2020, a annoncé vendredi l'Office national des statistiques (ONS).

Il avait enregistré une augmentation de 0,2% en octobre, un chiffre révisé à la hausse après une première estimation à 0,1%.

Si la hausse du PIB est supérieure aux attentes des économistes, ceux-ci avertissent toutefois que l'arrivée du nouveau variant se fera sentir dès la publication des chiffres du mois de décembre.

"L'impact d'Omicron pourra signifier que le PIB retombera temporairement en dessous (de son niveau d'avant crise) d'ici le mois de janvier", prévient Paul Dales, de Capital Economics, qui prévoit une contraction du PIB de 0,5% à la fois en décembre et janvier.

"Le PIB a presque certainement chuté en décembre, alors que les ménages se sont retranchés en raison" du nouveau variant, abonde Samuel Tombs de Pantheon Macroeconomics, qui table sur un repli de 0,6% en décembre et de 0,3% en janvier.

La fédération de commerçants BRC avait averti début janvier que la hausse des cas d'Omicron et le télétravail avait "dissuadé de nombreuses personnes de faire leurs achats en magasin" et qu'"une grande partie des progrès réalisés au cours des quatre derniers mois a été anéanti en décembre".

Alors que le nouveau variant a lourdement pesé sur cette période d'ordinaire faste, les représentants du secteur de l'hôtellerie-restauration ont alerté jeudi soir dans un communiqué que "la reprise a été fragilisée" par une saison des fêtes ratée, avec des ventes en baisse le jour de Noël de 60% dans les pubs, restaurants et bars par rapport à 2019.

"Calme avant la tempête"

La hausse du PIB en novembre "est le calme avant la tempête", estime Susannah Streeter, analyste chez Hargreaves Lansdown. Mais "l'économie britannique était en meilleure forme que ce qui était attendu avant Omicron", selon elle, ce qui pourrait l'aider à rebondir après la vague du nouveau variant.

"Les signes récents indiquant que la vague d'Omicron commence à s'atténuer laissent penser que le PIB rebondira probablement en février et mars", ajoute M. Dales de Capital economics.

Mais les économistes craignent alors un nouveau coup dur pour la croissance avec une hausse des taxes et des prix de l'énergie qui pèseront sur le budget des ménages à partir du mois d'avril, s'ajoutant à l'inflation qui s'envole.

En attendant, "l'économie a fortement progressé au cours du mois précédant l'impact d'Omicron, les architectes, les détaillants, les coursiers et les comptables ayant connu un mois exceptionnel", a indiqué Grant Fitzner, économiste en chef de l'ONS, sur Twitter.

"La construction s'est également rétablie après plusieurs mois en berne, car de nombreuses matières premières sont désormais plus faciles à obtenir", a-t-il ajouté.

Selon les données de l'ONS, le PIB a ainsi profité en novembre d'une hausse de l'activité dans les secteurs de la production, des services et de la construction, ces deux derniers se trouvant au-dessus de leurs niveaux pré-pandémie.

Le ministre des Finances Rishi Sunak s'est félicité de ces chiffres, ajoutant dans un communiqué que "le gouvernement continue de soutenir l'économie, notamment par le biais de subventions, prêts, allègements fiscaux pour les entreprises".

Mais pour l'organisation patronale CBI, le gouvernement doit maintenant "agir pour éviter de nouvelles restrictions de l'activité", notamment en priorisant les tests à grande échelle sur l'auto-isolement et des restrictions "proportionnées" pour les voyages.

Le gouvernement a assoupli début janvier les exigences de tests Covid pour les voyageurs arrivant en Angleterre, et le ministre britannique de la Santé a annoncé jeudi raccourcir la durée d'isolement pour les malades du Covid-19 en Angleterre de sept jours minimum à cinq jours, moyennant un test négatif.

afp/al

© AWP 2022
Copier lien
Toute l'actualité sur TWITTER, INC.
24/05
24/05
24/05
24/05
24/05