VOLKSWAGEN AG

VW
Cours estimé en temps réel. Temps réel estimé  - 21/10 13:23:13
267.2EUR -1.19%

Petit rebond de Wall Street et des Bourses européennes après une mauvaise

20/08/2021 | 23:34

semaine

actualisé avec fermeture de Wall Street

NEW YORK (awp/afp) - Les Bourses européennes ont légèrement rebondi vendredi après une semaine compliquée, grâce au nouvel élan apporté par Wall Street.

Paris a fini en hausse de 0,31%, Londres de 0,41%, Francfort de 0,27%, tandis que Milan n'a pas réussi à sortir la tête de l'eau (-0,04%). Toutes ont reculé sur la semaine.

La Bourse de New York a nettement rebondi, surtout grâce au secteur technologique: le Dow Jones a gagné 0,65%, le S&P 500 0,81% et le Nasdaq 1,19%.

"Le marché s'est ressaisi après avoir été survendu, cherchant à récupérer les pertes de la semaine", a indiqué à l'AFP Peter Cardillo, de Spartan Capital Securities.

Malgré cette touche positive, "nous ne pouvons ignorer le fait" qu'il y a eu cette semaine "un certain changement de perception concernant la reprise globale", désormais plus pessimiste, estime Michael Hewson, analyste chez CMC Markets UK.

La semaine a été plombée par plusieurs facteurs: inquiétudes quant à l'impact du variant Delta sur la reprise économique, chute rapide de Kaboul aux mains des talibans, signes de ralentissement de la reprise économique ou encore durcissement des mesures sanitaires en Asie.

Et enfin, les marchés ont très mal réagi au compte-rendu de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Fed, publié mercredi.

Celui-ci a été perçu comme le signal que la banque centrale américaine vise désormais fin 2021 plutôt que début 2022 pour diminuer le rythme de ses achats mensuels d'actifs, des liquidités qui ont abreuvé les marchés pour contrer les effets de la pandémie sur l'économie.

Les marchés attendent désormais la conférence de Jackson Hole la semaine prochaine (du 26 au 28 août), durant laquelle la Fed pourrait préciser le calendrier de la réduction de son soutien monétaire.

Cependant, "au vu de la baisse des rendements obligataires (le 10 ans américain a perdu 12 points de base depuis jeudi dernier), les marchés ne semblent pas s'inquiéter d'une réduction des achats d'actifs de la Fed mais plutôt d'un ralentissement de la reprise mondiale", analyse M. Hewson.

Le taux d'intérêt de la dette américaine à 10 ans est désormais de 1,25% et celui de l'équivalente allemande, référence européenne, de -0,497%.

Pénurie de composants dans l'automobile

Les problèmes d'approvisionnement pointés la veille par Toyota ont gagné le constructeur allemand Volkswagen, dont la plus grande usine "ne peut reprendre que de manière limitée après les congés annuels et doit à nouveau adapter son fonctionnement à la situation d'approvisionnement".

"Nous partons actuellement du principe que l'approvisionnement en semi-conducteurs restera volatil et tendu au troisième trimestre", a déclaré un porte-parole du groupe allemand dans un communiqué à l'AFP.

Sa marque Audi a également "décidé par précaution de prolonger les congés annuels dans les deux usines allemandes d'une semaine", a expliqué un porte-parole.

Stellantis a aussi annoncé l'arrêt pour une semaine de la production dans une de ses usines françaises et d'autres adaptations face aux problèmes d'approvisionnement.

A Francfort, le titre Volkswagen a lâché 1,02% à 192,86 euros et BMW 0,58% à 76,98 euros.

A Paris, Renault (-1,13% à 31,15 euros) et Stellantis (-1,18% à 17,15 euros) ont également reculé.

A New York, General Motors (-0,60% à 48,79 dollars) et Ford (-0,79% à 12,57 dollars) continuaient de glisser.

Les supermarchés épatent

La chaîne britannique de supermarchés Morrisons a accepté une contre-offre de rachat à 7 milliards de livres lancée par la société d'investissement CD&R et a retiré son soutien à la proposition concurrente du fonds Fortress. Le titre a pris 4,23% à 291 pence à Londres.

La chaîne de magasins Marks and Spencer, longtemps en perte de vitesse, a annoncé un bond de ses ventes et revu à la hausse ses ambitions. Son titre a bondi de 14,09% à 163 pence.

Le pétrole poursuit sa baisse

Les cours du pétrole ont continué de glisser vendredi pour la septième séance d'affilée.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a cédé 1,91% à 65,18 dollars à Londres par rapport à la clôture de jeudi.

A New York, le baril américain de WTI pour septembre a lâché 2,15% à 62,32 dollars.

L'euro s'appréciait de 0,21% face au billet vert, à 1,1699 dollar.

Le bitcoin gagnait 4,74% à 48.790 dollars.

bur-pan-jvi-vmt/vgr

© AWP 2021
Copier lien
Toute l'actualité sur VOLKSWAGEN AG
15/10
15/10
13/10
05/10
05/10