CAC 40

PX1
Cours en temps réel. Temps réel  - 22/06 18:05:02
6611.5PTS +0.14%

CAC40 : les temps forts du jour sans aucun impact mesurable

10/06/2021 | 18:23
(CercleFinance.com) - CAC40... morne pleine ! Il ne s'est rien passé de 14H30 à 17H30 et le CAC40 en termine à -0,26%, vers 6.547, un niveau qui reflète assez bien les échanges médians de ce jeudi : les 2 temps forts de la semaine (le CPI aux Etats Unis, la conférence de presse de Christine Lagarde) se soldent par un non-événement.

L'Euro-Stoxx50 (0,01%) stagne lui aussi complètement à 4.098... et il a peine tressailli à 14H30, avant de s'assoupir complètement jusqu'à la clôture.

Wall Street progresse mollement alors que d'importantes résistances sont testées : à noter ce nouveau record absolu du S&P500 à 4.250Pts contre 4.238 le 7 mai.

Le Dow Jones avance de +0,5% et le Nasdaq de +0,7%... mais ces gains ne changent rien à la trajectoire des indices européens, pas plus que les effritements de ces mêmes indices les jours précédents.

A noter la dégradation des T-Bonds US (sans aucun impact sur Wall Street) qui voient leur rendement se retendre de 1,4900 vers 1,5200%.

En effet, les prix à la consommation aux Etats-Unis ont augmenté de 0,6% en mai 2021 en rythme séquentiel (après une hausse de 0,8% en avril) pour s'établir à +5% en rythme annuel.

Le Département du Travail indique également que l'inflation 'core' (hors énergie et produits alimentaire) s'est établie à +0,7% en mai, déjouant un consensus de +0,5%

L'indice des prix 'core' grimpe donc à +3,8% en rythme annuel, bien au-dessus des attentes des analystes.

Mais l'inflation n'inquiète pas la BCE qui invoque des 'facteurs temporaires'.

Selon la BCE, la dernière enquête de conjoncture montre que la situation s'est considérablement améliorée au deuxième trimestre... mais la BCE a décidé de maintenir tous ses outils de soutien et confirme même l'accélération de son programme de rachats d'actifs via le PEPP.

La BCE se montre beaucoup plus optimiste qu'il y a 3 mois et relève en conséquence ses prévisions de croissance du PIB à 4,6% (contre +4%) en 2021, à +4,7% (contre +4,1%) en 2022 (et maintient inchangé 2023 à +2,1%).

Autre bonne nouvelle, l'inflation n'est que transitoire et lié à des 'effets de base' (chute des prix de mars à mai 2020), les salaires faisant preuve de modération : il est inutile d'agir pour limiter la hausse des coûts salariaux.

C'est donc le scénario Goldilocks qui nous attend : une croissance sans inflation jusqu'en 2023... et mieux encore, une inflation qui demeurera contenue en-deçà de 2% en 2021 (à +1,9%, revu de +1,5%), puis qui ralentira de -20% en 2022 à +1,5% puis encore en 2023, à un insignifiant +1,3%

Pour en revenir aux Etats Unis, les inscriptions aux allocations chômage ont diminué la semaine du 31 mai aux Etats-Unis, selon le Département du Travail, pour s'établir à 376 000, contre 385 000 la semaine précédente.

Il s'agit du niveau le plus faible enregistré depuis mars 2020, précise le rapport. La moyenne mobile sur quatre semaines s'établit à 402 500, en recul de 25 500 d'une semaine à l'autre.

Enfin, le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités a diminué de 258 000 la semaine du 24 mai, à 3 499 000.

Dans l'actualité des valeurs, Crédit Agricole (+2,4%, loin devant Société Générale avec +1%), après avoir reçu toutes les autorisations nécessaires des autorités de supervision, annonce le lancement d'un programme de rachat d'actions ordinaires pour un montant maximum de 558,6 millions d'euros.

Le groupe de matériaux pour semiconducteurs Soitec a dévoilé mercredi soir un résultat net de 72,7 millions d'euros au titre de son exercice 2020-21, en baisse de 34%, pour un chiffre d'affaires annuel de 583,8 millions, en repli de 2,3%.

Alstom a indiqué que son consortium va livrer un projet ferroviaire interurbain de grande envergure au Mexique, contrat d'une valeur totale d'environ 1,3 milliard d'euros, dont près d'un milliard pour la part d'Alstom-Bombardier.

Le titre Stellantis finit en repli de -1,3%. Dans le cadre des enquêtes judiciaires de plusieurs constructeurs automobiles entamées en 2016 et 2017, Peugeot, filiale à 100 % de Stellantis a été mise en examen hier par le tribunal de Paris sur des allégations de ' tromperie ' dans le cadre de la vente de véhicules diesel Euro 5 en France entre 2009 et 2015.

Oddo maintient son conseil de 'surperformance' sur le titre Dassault Aviation et relève son objectif de cours de 1215 à 1325 euros. ' Dassault Aviation va bénéficier d'un momentum très dynamique sur les prochains mois avec une amélioration fortement probable de la liquidité, des avancées dans les campagnes militaires et le rebond attendu des commandes Falcon', estime l'analyste.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Copier lien
Toute l'actualité sur CAC 40
22/06
22/06
22/06
22/06
22/06