DOW JONES INDUSTRIAL

DJI
Cours en temps réel. Temps réel  - 30/09 23:55:52
28725.51PTS -1.71%

Analysis - Le ralentissement de l'inflation est un énorme soulagement pour les investisseurs en actions et obligations américaines qui ont été malmenés

10/08/2022 | 21:47

Des données plus faibles que prévu sur l'inflation américaine ont conforté les investisseurs dans leur conviction que les rebonds jumeaux des actions et des obligations persisteront après une année de pertes profondes pour les deux classes d'actifs.

Les marchés baissiers dans les deux cas ont maximisé les pertes dans les portefeuilles cette année, car les hausses de taux de la Réserve fédérale ont sapé l'appétit pour le risque, et certains investisseurs ont accueilli les récents rebonds des actions et des obligations avec scepticisme.

Le S&P 500 est maintenant en hausse d'environ 15 % par rapport à son plus bas niveau de la mi-juin, mais il est toujours en baisse de 12 % depuis le début de l'année. Les rendements du Trésor à dix ans, qui évoluent à l'inverse des prix, ont chuté d'environ 70 points de base depuis leur sommet de juin.

L'indice des prix à la consommation est resté inchangé le mois dernier après avoir progressé de 1,3 % en juin, a annoncé mercredi le département du travail.

Bien que des obstacles subsistent pour de nouveaux gains sur le marché, les investisseurs ont déclaré que le chiffre plus faible que prévu de l'IPC modérera probablement les attentes quant à l'agressivité avec laquelle la Réserve fédérale devra augmenter les taux d'intérêt cette année pour maîtriser l'inflation, renforçant l'attrait des deux classes d'actifs.

"Le chiffre est un énorme soulagement car tout ce qui empêche la Fed de faire plus de dégâts est positif pour nous tous", a déclaré Bryce Doty, gestionnaire de portefeuille senior chez Sit Investment Associates.

M. Doty a déclaré qu'il augmentait l'exposition aux obligations à plus longue échéance dans son portefeuille, pariant que les rendements ont peu de chances de revenir aux sommets qu'ils ont connus cette année.

Un regain d'optimisme était apparent dans la réaction de mercredi à ce chiffre, qui a montré la plus grande décélération de la hausse des prix en glissement mensuel depuis 1973.

Le S&P 500 a grimpé de 2,1 % tandis que les rendements du Trésor de référence à 10 ans sont tombés à 2,7827 %. Les contrats à terme sur les fonds fédéraux n'indiquent plus qu'une probabilité d'environ 38 % d'une hausse des taux de 75 points de base lors de la réunion de septembre de la Fed, contre 63 % avant les données sur l'inflation de mercredi, selon les données de Refinitiv. [FEDWATCH]

L'indice de volatilité Cboe, connu comme la jauge de peur de Wall Bourse car il reflète la demande des investisseurs pour une protection contre la baisse des actions, est tombé à son plus bas niveau en près de quatre mois.

"Un mois ne fait pas nécessairement une tendance mais nous sommes certainement encouragés par le fait que l'inflation évolue dans la bonne direction", a déclaré Jack Ablin, directeur des investissements chez Cresset Capital, basé à Chicago.

Le Fonds d'allocation cible 60/40, qui suit une technique de portefeuille standard consistant à maintenir 60 % de ses actifs en actions et 40 % en titres à revenu fixe, a rebondi mardi d'environ 7 % par rapport à son niveau le plus bas après sa pire performance du premier semestre depuis son lancement en 2006.

La poursuite de la baisse des rendements obligataires et les attentes d'une Fed moins belliqueuse devraient favoriser un rallye de nombreuses actions de croissance et de technologie qui ont été durement touchées plus tôt cette année. Des taux d'intérêt plus élevés nuisent généralement aux valeurs technologiques et de croissance, car leurs évaluations reposent davantage sur les flux de trésorerie futurs.

Le Nasdaq, fortement axé sur la technologie, a augmenté de 20 % par rapport à son plus bas niveau de la mi-juin, tandis que de nombreuses actions dites "mèmes", qui ont été favorisées par les investisseurs particuliers depuis l'année dernière, ont connu un rebond impressionnant.

Les investisseurs particuliers ont acheté pour une valeur nette de 6,9 milliards de dollars d'actions au cours de la semaine dernière, contre 4,2 milliards de dollars d'achats nets au cours de la semaine précédant le 24 juin, soit le plus bas niveau enregistré en 2022, selon les données de Vanda Research.

TOUJOURS HÉSITANTS

Beaucoup d'investisseurs hésitent encore à sauter sur les reprises des actions ou des obligations. Trois rebonds précédents du S&P 500 ont flétri cette année, l'indice s'effondrant sur de nouveaux planchers. Les grandes fluctuations sur les marchés du Trésor, quant à elles, ont induit les investisseurs en erreur.

"Notre opinion est que nous allons avoir besoin ... de preuves claires et convaincantes que l'inflation est sur une trajectoire de ralentissement, avant que la Fed ne perde probablement la religion en ce qui concerne la lutte contre l'inflation", a déclaré Jonathan Duensing, responsable des titres à revenu fixe chez Amundi US.

La firme pense que les rendements à 10 ans resteront dans une fourchette comprise entre 2,75 % et 3,5 % dans les mois à venir. Ils étaient récemment à 2,77 %.

Certains responsables de la Fed ont déjà proposé un contrepoint aux attentes d'un pivot dovish de la banque centrale.

Le président de la Réserve fédérale de Minneapolis, Neel Kashkari, a déclaré mercredi qu'il s'en tenait à son point de vue selon lequel la banque centrale américaine devra relever son taux directeur de 1,5 point de pourcentage supplémentaire cette année et davantage en 2023, même si cela provoque une récession.

Les investisseurs verront un autre rapport sur l'inflation et un autre chiffre sur les salaires avant que la Fed ne se réunisse en septembre. Les données de l'indice des prix à la production, attendues jeudi, pourraient proposer d'autres indices sur l'inflation.

Pourtant, d'autres pensent qu'il pourrait y avoir plus de hausse, du moins à court terme. Michael Purves, directeur général de Tallbacken Capital, a déclaré que le S&P 500 pourrait monter jusqu'à 4 400 - soit environ 5 % au-dessus des niveaux actuels - soutenu par des bénéfices stables et des données économiques positives récentes.

"Cette recommandation ne signifie pas que nous pensons que nous sommes sortis du bois", a-t-il écrit mercredi. Cependant, "pour l'avenir proche, nous pensons que le rapport risque/récompense est fortement en faveur des haussiers des actions".

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Toute l'actualité sur DOW JONES INDUSTRIAL
30/09
30/09
30/09
30/09
30/09