DOW JONES INDUSTRIAL

DJI
Temps réel USA - 22:54:17 03/02/2023
33926.01 PTS -0.38%

Les Bourses portées par l'emploi américain et des spéculations liées à la Chine

04/11/2022 | 15:22

Paris (awp/afp) - Les marchés boursiers progressaient fortement vendredi, portés des espoirs d'assouplissement de la politique zéro-Covid de la Chine et par des données qui montrent un ralentissement du marché de l'emploi américain, renforçant l'hypothèse d'un ralentissement des hausses de taux de la Réserve fédérale (Fed).

La Bourse de New York a ouvert en nette hausse avant de ralentir. Vers 13H50 GMT, le Dow Jones prenait 0,46%, le Nasdaq 0,17% et le S&P 0,39%.

En Europe, la hausse était plus marquée, Paris grimpait de 2,52%, Francfort de 2,08%, Londres de 1,81% et Milan de 1,79%. En Suisse, le SMI grimpait de 0,9%.

La Bourse de Hong Kong a bondi de 5,36%.

Cette hausse des marchés est largement attribuée aux "espoirs d'une réouverture hypothétique de l'économie chinois avec un assouplissement de la politique du zéro-Covid", selon John Plassard, spécialiste en investissement pour Mirabaud.

Ces spéculations des investisseurs n'ont pour l'instant pas été confirmées par le gouvernement chinois. Une réunion des autorités sanitaires chinoises doit se tenir samedi.

La Chine est la dernière grande économie à appliquer une politique anti-Covid rigoureuse, qui implique des confinements à répétition, des tests de la population plusieurs fois par semaine et de longues quarantaines.

Les dernières données de l'emploi américain ont rajouté un léger optimisme aux investisseurs.

Le taux de chômage est reparti en légère hausse en octobre aux Etats-Unis, à 3,7%, alors que les créations d'emplois conservent le même rythme que le mois précédent et ont dépassé les prévisions des analystes.

Pour John Plassard, ces chiffres ne sont pas encore suffisants pour "changer les plans monétaires de l'institution américaine, puisque l'inflation est toujours (très) élevée et l'emploi vigoureux".

Dans la foulée, le dollar chutait de 1,05% face à l'euro (à 0,9854 dollar pour un euro) et de 0,72% face à la livre (à 1,1242 dollar pour une livre), vers 13H45 GMT.

Sur le marché obligataire, après un sursaut enregistré au moment de la publication des données sur l'emploi, les taux d'intérêt sur la dette américaine baissaient légèrement, celui de l'échéance à 2 ans, très sensible à la politique monétaire, valait 2,71% vers 13H35 GMT.

Mercredi, les investisseurs ont accueilli sans surprise la hausse des taux d'intérêt de 75 points de base supplémentaires de la Banque centrale américaine (Fed) mais leurs espoirs d'une accalmie ont été douchés, la Fed annonçant que les taux d'intérêt seront maintenus à un niveau plus élevé et pendant une période plus longue qu'espéré.

Le luxe, toujours plus cher

Les valeurs du secteur du luxe étaient les premières bénéficiaires des spéculations concernant un éventuel assouplissement de la politique zéro-Covid chinoise.

Vers 13H45 à Paris, LVMH gagnait 5,10%, Hermès 3,94%, L'Oréal 5,23% et Kering grimpait de 6,52%, soutenu par un article du Wall Street Journal relatant de "discussions avancées" concernant l'acquisition de la marque Tom Ford. L'américain Estée Lauder serait, selon cet article, également en lice pour ce rachat et son action bondissait de 8,09% à New York.

A Zurich, Richemont prenait 6,81% et à Milan, Moncler prenait 7,05% et Tod's 3,35%. A Londres, Burberry gagnait 3,63%.

Starbucks en forme

Starbucks, la chaîne américaine de cafés, continue à profiter de la demande solide pour ses boissons et snacks aux Etats-Unis, même à des tarifs plus élevés, ce qui lui a permis de compenser la chute des ventes en Chine. Son chiffre d'affaires a progressé de 3,3% sur un an et son action bondissait de 8,53% vers 13H45 à Wall Street.

Du côté des matières premières et du bitcoin

Les cours du pétrole évoluaient à leurs plus hauts en près d'un mois, profitant du resserrement de l'offre qui se profile comme de spéculations concernant la politique zéro-Covid en Chine.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison janvier grimpait vers 13H45 GMT de 3,41% à 97,90 dollars, celui de WTI américain pour livraison décembre de 4,59% à 92,22 dollars.

Le prix du gaz naturel européen reculait de 6,35%, à 117,49 euros le mégawattheure. Le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton a déclaré que les achats communs européens de gaz, visant à contenir les prix cet hiver, seront mis en place "d'ici la fin du mois".

Le bitcoin gagnait 2,64% à 20.775 dollars.

afp/al

© AWP 2023
Copier lien
Toute l'actualité sur DOW JONES INDUSTRIAL
01:57
03/02
03/02
03/02
03/02