FTSE 100

UKX
Cours en différé. Temps Différé  - 27/05 17:35:30
7585.46PTS +0.27%

Grande-Bretagne: Une ex-otage irano-britannique reproche à Johnson une erreur funeste

13/05/2022 | 19:10

LONDRES (Reuters) - L'Irano-Britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe, libérée en mars après six années de détention en Iran, a déclaré vendredi au Premier ministre britannique Boris Johnson qu'un commentaire erroné de sa part alors qu'il était secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères avait lourdement pesé sur son sort.

L'ex-employée de l'association caritative Thomson Reuters Foundation et une autre humanitaire irano-britannique, Anousheh Ashouri, ont recouvré la liberté après que la Grande-Bretagne s'est acquittée d'une ancienne dette de plus de 400 millions de livres (470 millions d'euros) envers l'Iran.

En 2017, Boris Johnson avait déclaré que Nazanin Zaghari-Ratcliffe, directrice de projet à la Fondation Thomson Reuters, avait enseigné le journalisme à la population avant son arrestation en 2016, ce qui était erroné.

Ce commentaire contredisait les déclarations de Nazanin Zaghari-Ratcliffe et de son employeur, qui avaient indiqué qu'elle était en vacances en Iran et rendait visite à sa famille.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe avait alors été condamnée pour complot en vue de renverser le pouvoir religieux.

Boris Johnson était ensuite revenu sur ses déclarations et avait présenté ses excuses.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe avait été libérée de son assignation à résidence en mars 2021, au terme d'une peine de cinq ans, mais avait immédiatement été renvoyée devant la justice pour des accusations de propagande contre l'Etat iranien, pour lesquelles elle avait été condamnée à une peine d'un an de prison.

"Elle lui a dit très clairement et catégoriquement que ses déclarations avaient eu un grand impact sur elle et qu'elle avait vécu dans l'ombre de ses paroles pendant près de quatre ans et demi", a déclaré la députée Tulip Siddiq, qui a assisté à la rencontre entre Boris Johnson et la famille de Nazanin Zaghari-Ratcliffe.

"Je dois dire que le Premier ministre avait l'air assez choqué".

Un porte-parole de Boris Johnson s'est refusé à tout commentaire.

(Reportage Alistair Smout; version française Camille Raynaud édité par)

© Reuters 2022
Copier lien
Toute l'actualité sur FTSE 100
27/05
27/05
27/05
27/05
27/05