LME ALUMINIUM CASH

Cours en clôture. Cours en clôture  - 20/02
1687 +0.06%

Alimentaires: Matières premières: or, aluminium et cacao convoités

07/08/2020 | 17:40

Londres (awp/afp) - L'or a atteint de nouveaux records historiques cette semaine, dépassant le seuil symbolique de 2.000 dollars l'once et culminant à 2.075,47 dollars jeudi à 22H20 GMT.

Le métal jaune est ensuite un peu retombé vendredi mais cette "légère correction ne change pas la tendance, qui reste fortement haussière pour l'or avec l'appétit des investisseurs pour les lingots toujours à son apogée", a observé Carlo Alberto De Casa, analyste pour ActivTrades.

Vendredi, l'or s'est notamment affaibli au moment de la publication du rapport mensuel sur l'emploi américain qui "a confirmé que les choses n'empirent pas", selon Naeem Aslam, analyste pour Avatrade.

L'économie américaine a créé 1,8 million d'emplois en juillet, tandis que les analystes interrogés par Bloomberg tablaient sur un peu moins de 1,5 million.

Ces dernières semaines, l'or a nettement profité de son statut de valeur refuge ainsi que de la baisse du dollar, qui rend le métal jaune, libellé en billet vert, moins cher pour les acheteurs utilisant d'autres devises.

Sur le London Bullion Market, l'once d'or valait 2.038,95 dollars vendredi vers 15H00 GMT (17H00 à Paris), contre 1.975,86 dollars le vendredi précédent à la clôture.

L'aluminium progresse

L'aluminium s'est apprécié cette semaine, hésitant face aux données commerciales en Chine et alors qu'il se trouvait au coeur de tensions en Amérique du Nord.

Les chiffres publiés vendredi par les Douanes chinoises pour le mois de juillet ont d'un côté rendu compte d'exportations en forte hausse, de 7,2% sur un an, mais d'importations en recul de 1,4%, des chiffres "mitigés" pour David Madden, analyste de CMC Markets.

La forte augmentation des exportations "laisse penser que la demande mondiale se redresse", a de son côté salué Daniel Briesemann, analyste de Commerzbank, "et la faiblesse globale des importations ne se reflète pas dans les métaux de base, au contraire".

"Il semble toutefois que les négociants chinois ont agi de manière opportuniste, profitant des prix bas du printemps", a-t-il ajouté.

La constitution de réserves pourrait être le prélude d'une période maigre pour la demande et les prix.

Le cours de l'aluminium a par ailleurs été tiré vers le haut "car les États-Unis vont réimposer un droit de douane de 10% (à partir du 16 août, ndlr) sur les importations d'aluminium en provenance du Canada, quatrième producteur mondial", ont souligné les analystes de Société Générale.

Furieux, le Canada a dénoncé dans la foulée jeudi une mesure "inacceptable" et prévenu qu'il imposerait "rapidement" des mesures de rétorsion d'une valeur équivalente, comme il l'avait fait deux ans plus tôt.

Sur le London Metal Exchange, la tonne d'aluminium pour livraison dans trois mois s'échangeait à 1.765,50 dollars vendredi à 15H00 GMT, contre 1.713,50 dollars le vendredi précédent à la clôture.

Le cacao convalescent

Le cacao s'est apprécié sur la semaine, soutenu à New York par une baisse du dollar, mais restait sensible à la progression de la pandémie de Covid-19 sur la planète.

La faiblesse du dollar, en chute quasi constante depuis le début du mois de juillet et à son plus bas niveau jeudi depuis mai 2018 face à un panier de devises, "a donné un sentiment positif au marché du cacao", ont estimé les analystes de Société Générale.

Toute baisse du dollar rend les matières premières libellées en billets verts plus attractives pour les investisseurs munis d'autres devises.

Mais "la demande en cacao reste très préoccupante car le coronavirus ne disparaît pas", a cependant rappelé Jack Scoville, de Price Group.

"L'Europe tente toujours d'ouvrir ses marchés mais les consommateurs sont réticents. Des reconfinements sont possibles", a-t-il ajouté.

A New York, la tonne de cacao pour livraison en décembre valait 2.518 dollars à 15H15 GMT (16H15 à Paris), contre 2.399 dollars sept jours plus tôt en fin de séance.

Si elle a retrouvé un prix proche du début d'année, la tonne de cacao cotée outre-Atlantique restait loin de ses plus hauts annuels atteint début février à près de 3.000 dollars.

Dans le même temps à Londres, la tonne pour le même mois valait 1.715 livres sterling, contre 1.638 livres sterling le vendredi précédent.

bp-ktr/oaa

© AWP 2020
Copier lien
Toute l'actualité sur ALUMINIUM
17/09
15/09
28/08
07/08
19/06