WTI

Temps Différé OTC Data Services - 11:04:14 01/02/2023
78.92 USD -0.40%

Les marchés entre optimisme concernant les taux et craintes de récession

01/12/2022 | 23:12

New York (awp/afp) - Les Bourses mondiales ont ralenti jeudi après le bond enregistré dans la foulée du discours du président de la banque centrale américaine la veille, tandis que taux obligataires et dollar se sont repliés.

Les places boursières européennes ont clôturé divisées après une première partie de séance dans le vert. Paris a pris 0,23%, Francfort 0,35%, Milan 0,31%, tandis que Londres a cédé 0,19%, lestée par les secteurs minier et pétrolier qui pâtissent de la remontée de la livre. A Zurich, le SMI a gagné 0,99%.

Wall Street a conclu en ordre dispersé après avoir bondi la veille. L'indice Dow Jones a cédé 0,56%, le Nasdaq a avancé de 0,13% et le S&P 500 est resté proche de l'équilibre (-0,09%).

Le moral des marchés avait été renforcé par les déclarations du président de la Fed sur la possibilité d'une réduction du rythme des hausses de taux en décembre.

Pour les investisseurs le scénario d'une hausse des taux de 50 points de base (un demi-point de pourcentage), contre 75 points de base lors des quatre hausses précédentes, est confirmé.

Sur le marché obligataire les taux d'intérêt des Etats européens ont reflué.

Le rendement de la dette américaine à 10 ans s'est replié jusqu'à 3,51%, son plus bas niveau depuis plus de deux mois.

Le dollar était pénalisé par l'idée d'un probable ralentissement dans les hausses de ses taux directeurs.

Peu avant 22H00 GMT, le billet vert abandonnait 1,10% face à la monnaie unique, à 1,0524 dollar pour un euro. Il est descendu brièvement à son plus bas niveau depuis cinq mois, à 1,0533 dollars.

A Wall Street, les investisseurs ont été partagés entre la bonne nouvelle du ralentissement confirmé de l'inflation pour octobre et une moins bonne nouvelle évoquant une contraction de l'activité manufacturière en novembre aux Etats-Unis.

La hausse des prix à la consommation a ralenti en octobre à 6,0% sur un an contre 6,3% en septembre, selon l'indice PCE, privilégié par la Fed.

Ces chiffres sont encore largement supérieurs à l'objectif de 2% de la Fed.

Mais "des inquiétudes concernant la faiblesse de certaines données économiques observées aujourd'hui" ont tempéré l'humeur du marché, a noté Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

L'activité générale de l'industrie manufacturière américaine s'est contractée au mois de novembre, une première depuis mai 2020, au plus fort de la pandémie de Covid-19, selon l'indice de la fédération professionnelle ISM.

"L'industrie est clairement en difficulté sous l'effet d'une hausse des coûts d'emprunts", a estimé dans une note Kieran Clancy, chef économiste pour les Etats-Unis chez Pantheon.

La tech européenne respire ___

Les valeurs technologiques, particulièrement sensibles aux taux d'intérêt et donc au cap monétaire de la Fed, ont été recherchées en Europe.

HelloFresh a bondi de 5,95% à Francfort, à Londres Deliveroo a gagné 6,81%, Darktrace 4,34% et à Paris Dassault Systèmes est monté de 4,52% et Capgemini de 4,44%.

En revanche à New York, Salesforce, un membre du Dow Jones, a chuté de 8,27% à 147 dollars après que certaines de ses activités commerciales ont enregistré un chiffre d'affaires inférieur aux attentes.

La société de logiciels a annoncé que Bret Taylor quitterait ses fonctions de vice-président et co-directeur général.

Volkswagen au Canada ___

Volkswagen a progressé de 0,49% après avoir annoncé choisir le Canada comme pays d'implantation de la future "gigafactory" de batteries électriques de sa filiale spécialisée Powerco.

Du côté du pétrole et du bitcoin ___

Les cours du pétrole ont fini sur une note contrastée jeudi, en proie au suspense qui entoure la décision, attendue dimanche, de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) sur sa production.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février, dont c'était le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, s'est effrité de 0,10%, pour clôturer à 86,88 dollars.

Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI) américain, avec échéance en janvier, il a gagné 0,83%, à 81,22 dollars.

Du côté des cryptomonnaies, le bitcoin reculait de 1% à 16.933 dollars.

afp/rp

© AWP 2023
Copier lien
Toute l'actualité sur WTI
11:14
10:14
10:13
10:13
09:58