WTI

Cours en différé. Temps Différé  - 06/10 00:36:35
88.067USD +1.82%

Vent d'optimisme sur les Bourses mondiales pour finir le mois de juillet

29/07/2022 | 22:41

Actualisé après fermeture des Bourses européennes

NEW YORK (awp/afp) - Les marchés boursiers mondiaux ont conclu le mois de juillet largement dans le vert vendredi, soutenus par les bons résultats d'entreprises qui mettent de côté les questionnements à propos de la hausse des taux d'intérêt et d'une possible récession.

Paris a gagné 1,72%, au plus haut depuis début juin, Francfort 1,52%, Milan 2,16% et Londres 1,06%. Depuis le début du mois, Milan et Francfort gagnent plus de 5% et Paris près de 9%, signant sa meilleure performance depuis novembre 2020.

A Wall Street, le Dow Jones a avancé de 0,97%, le Nasdaq a grimpé de 1,88% et l'indice élargi S&P 500 de 1,42%.

Sur le mois, les indices de la place newyorkaise affichent leur meilleur mois de l'année en hausse de presque 7% pour le Dow Jones, de plus de 12% pour le Nasdaq et de plus de 9% pour le S&P 500.

"La semaine a été positive pour les marchés en Europe, avec des investisseurs rassurés par les résultats d'entreprises qui ont été globalement meilleurs qu'attendu, malgré des inquiétudes concernant les perspectives de croissance", résume Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

"On a eu de bonnes surprises dans les résultats d'entreprises sur quasiment tous les secteurs", ajoute Eymane Cherfa, analyste de Myria AM.

Les Bourses européennes ont aussi été rassurées par une croissance de la zone euro qui a atteint 0,7% au deuxième trimestre, nettement mieux que prévu, même si l'inflation a battu un nouveau record en juillet, à 8,9% sur un an.

L'euro était stable (+0,01%) face au dollar à 1,0199 dollar vers 15H55 GMT.

Aux États-Unis, après la surprise d'un PIB en recul de 0,9% au deuxième trimestre, l'indice d'inflation favori de la Fed a confirmé pour le mois de juin une nette accélération de la hausse des prix.

Redonnant du baume au coeur des investisseurs, la confiance des consommateurs américains s'est un peu améliorée en juillet tout en restant très proche du plus bas historique atteint en juin.

Eymane Cherfa ajoute "des indices PMI légèrement plus faibles qu'attendu, ce qui n'est pas une mauvaise chose puisqu'un ralentissement de l'économie favorise" un ralentissement de la hausse des taux de la Fed, comme l'a laissé entendre son président mercredi.

La Tech à la fête

Les deux géants américains de la Tech Amazon et Apple ont gagné respectivement 10,36% et 3,28% à Wall Street. Ils ont annoncé jeudi, après la clôture, des ventes meilleures que prévu dans un secteur particulièrement sensible aux craintes de récession.

A Francfort, Zalando a le vent en poupe grâce à Amazon et a pris 6,54%. A Amsterdam Just Eat a grimpé de 6,32%

A Paris, Capgemini a gagné 8,58% après des résultats meilleurs qu'attendu.

Mais Intel a chuté de 8,56%, tombé dans le rouge au deuxième trimestre.

Banque en vert, biens de consommation courante en rouge

Les marchés ont salué la progression du bénéfice net de plusieurs banques européennes, dont NatWest (+8,09% à Londres), BBVA (+5,97% à Madrid), BNP Paribas (+2,91% à Paris) et Mediobanca (+2,33% à Milan).

Le secteur des bien de consommation courante se portait moins bien. Le groupe américain Procter & Gamble (P&G) a chuté de 6,11% après avoir fait part d'objectifs financiers annuels décevants. Colgate-Palmolive a cédé 0,57%. Son profit net est ressorti à 603 millions de dollars, en baisse de 100 millions de dollars sur un an.

Le pétrole vaut toujours de l'or

Les prix du pétrole ont grimpé, les inquiétudes quant à l'offre tendue surpassant celles sur la destruction de la demande, à quelques jours de la réunion de l'Opep+.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison le même mois a terminé en hausse de 2,28% à 98,62 dollars.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre, dont c'est le dernier jour de cotation, a conclu à 110,01 dollars en progrès de 2,67%.

Dans un secteur dopé par la flambée des cours du gaz et du pétrole, attisée par la guerre en Ukraine, le géant italien des hydrocarbures Eni a multiplié son bénéfice net par 15 au deuxième trimestre. Le titre a pris 5,84%. Son compatriote Enel a gagné 2,38%.

Le géant américain ExxonMobil, qui a annoncé le triplement de son bénéfice net au deuxième trimestre, a gagné 4,74% et Chevron 8,90%, grâce à son bénéfice de plus de 11 milliards de dollars.

jvi-vmt/nth

© AWP 2022
Copier lien
Toute l'actualité sur WTI
05/10
05/10
05/10
05/10
05/10