Renault
RNO
Temps réel Euronext Paris - 22/03 17:35:36
79.5EUR
+0.06%

La valeur du jour à Paris - RENAULT : les accusations de triche pèsent encore sur le titre

Envoyer par e-mail
16/03/2017 | 11:29

(AOF) - Renault (-4,14% à 78,78 euros) est encore en difficultés à la Bourse de Paris aujourd'hui, toujours pénalisé par les accusations de fraude aux tests sur les émissions polluantes de ses véhicules. Comme hier, il signe la plus forte baisse du CAC 40 et entraine dans son sillage Peugeot (-1,18%). Hier soir, après la clôture des marchés, l'AFP a assuré, sur la base des investigations de la DGCCRF, que la responsabilité d'une éventuelle triche pourrait incomber à "l'ensemble de la chaîne de direction", ce qui inclut le PDG Carlos Ghosn.

Comme Libération hier matin, l'agence de presse a donc eu accès au PV que le ministère de l'Economie et des finances avait communiqué à la justice en novembre dernier. Sur cette base, le parquet avait ouvert une enquête pour "tromperie sur les qualités substantielles et les contrôles effectués".

Ce chef d'inculpation est passible d'un emprisonnement de deux ans et/ou d'une amende de 300 000 euros. Le montant de cette amende peut être porté à 10% du chiffre d'affaire de la société. En 2016, Renault a enregistré un chiffre d'affaires de 51,24 milliards d'euros.

Le document de la DGCCRF auquel plusieurs médias semblent avoir eu accès accuse donc Renault d'avoir "trompé les consommateurs sur les contrôles effectués et notamment le contrôle réglementaire de l'homologation sur les émissions de polluants. La société a utilisé une stratégie ayant pour objectif de fausser les résultats des tests antipollution". Ces dispositifs "frauduleux" seraient en place depuis plus de sept ans, a précisé la DGCCRF.

D'après le rapport, Renault aurait, pour sa part, vendu 900 000 véhicules en contournant ainsi la réglementation soit 16,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires en plus de sept ans.

Copyright 2017 AOF
Tous droits de reproduction et de représentation réservés (Avertissement légal)
Envoyer par e-mail