BNY Mellon Investment Management s'attardent sur les bonnes nouvelles macroéconomiques

25/10/2021 | 17:30
(AOF) - La reprise économique mondiale après la pandémie a été extraordinaire, s'enthousiasme Shamik Dhar, chef économiste de BNY Mellon Investment Management. Il convient de s'y attarder car les bonnes nouvelles se perdent souvent dans le maelström du pessimisme ambiant, affirme l'analyste. Au milieu de l'année 2021, le PIB mondial avait non seulement dépassé le niveau d'activité économique d'avant la crise, mais il se situait à quelques points de pourcentage de la tendance d'avant la crise - le niveau d'activité économique auquel nous aurions pu nous attendre si la pandémie n'avait pas frappé.

Pour Shamik Dhar, il convient de rappeler que, jusqu'au premier trimestre de cette année, le consensus économique - relayé par des institutions telles que le FMI et l'OCDE - était que l'activité économique mondiale ne reviendrait pas aux niveaux d'avant la crise (sans parler de la tendance d'avant la crise) avant 2022. Cette bonne surprise économique justifie dans une large mesure l'optimisme des marchés d'actions en 2020 et au premier semestre de cette année. Il semble que les marchés aient mieux réussi à prévoir l'économie que la plupart des prévisionnistes.

Malgré ce contexte favorable, l'attention se porte à nouveau sur les défis à venir, relève l'économiste. Si l'économie mondiale s'est bien comportée, on observe d'énormes variations entre les pays, l'Asie et les États-Unis devançant généralement l'Europe et certaines économies émergentes.

Les pays qui ont supprimé le virus de manière efficace, soit par des restrictions sociales, soit par le déploiement généralisé de vaccins, ont généralement obtenu de meilleurs résultats, même si, à l'avenir, ce sont probablement ceux qui vaccinent leurs populations qui s'en sortiront le mieux.

De plus, la croissance semble s'être considérablement ralentie à l'approche du troisième trimestre. L'inquiétude suscitée par la propagation du variant delta y a sans doute contribué, non pas parce qu'il est intrinsèquement plus dangereux ou résistant au vaccin, mais parce qu'il est plus contagieux, laissant les niveaux d'infection de base élevés et les ménages prudents.

En outre, ajoute Shamik Dhar, les chaînes d'approvisionnement mondiales ont été soumises à une pression énorme, car les infrastructures de transport maritime, routier et aérien ont eu du mal à répondre à l'explosion de la demande. Il en a résulté des pénuries très médiatisées dans un certain nombre d'industries productrices de biens, tandis que les niveaux de stocks ont fortement diminué.

Dans le même temps, les marchés du travail ont eu du mal à faire face au redéploiement des ressources requis par les énormes changements dans la demande relative - laissant certains secteurs de services clés, tels que l'hôtellerie, à court de travailleurs malgré des taux de chômage relativement élevés.

© AOF 2021
Copier lien
Dernières actualités sur ""
30/11
30/11
30/11
30/11
30/11