France-Départ d'Ismaël Emelien, conseiller spécial de Macron

Envoyer par e-mail
11/02/2019 | 21:41

(Actualisé avec déclarations Ismaël Emelien)

PARIS, 11 février (Reuters) - Ismaël Emelien, conseiller spécial d'Emmanuel Macron et fidèle de la première heure du chef de l'Etat, a annoncé lundi son départ de l'Elysée fin-mars ou début avril, évoquant une "nouvelle étape de son engagement" et démentant tout lien avec l'affaire Benalla.

"Dans mon esprit, c’est un départ. Je ne démissionne pas. L'ambition, c'est d'être encore plus utile", a déclaré à Reuters le jeune homme de 31 ans, confirmant ses propos publiés dans la soirée sur le site internet de l'hebdomdaire Le Point.

La date de son départ, "convenu avec le chef de l'Etat courant novembre", coïncidera avec la publication d'un "manifeste du progressisme", un livre qu'il a co-écrit avec un autre conseiller élyséen, le jeune normalien David Amiel. Ce dernier a annoncé au Point qu'il quitterait "comme Ismaël, l'Élysée pour expliquer et défendre notre livre".

"Ce livre répond à un manque qui nous a été préjudiciable depuis deux ans. Nous voulons doter les progressistes d’un petit guide de méthodes et de contenus pour les armer en France mais pas seulement", a expliqué Ismaël Emelien à Reuters, assurant que son départ n'avait "rien à avoir" avec l'affaire Benalla.

Le nom d'Ismaël Emelien est apparu à plusieurs reprises dans cette affaire liée à l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron filmé en train de molester des manifestants le 1er-mai à Paris. Mediapart a notamment dévoilé dernièrement des enregistrements dans lesquels Alexandre Benalla se targue d'avoir le soutien de Brigitte Macron et du conseiller spécial du chef de l'Etat.

L'Elysée a confirmé en juillet que c'est à Ismaël Emelien qu'Alexandre Benalla avait remis un enregistrement de vidéo-surveillance, extrait illégalement, des faits vus sous un autre angle.

Son départ s'ajoute à celui du conseiller en communication d'Emmanuel Macron, Sylvain Fort, annoncé en janvier, ainsi que celui du conseiller politique Stéphane Séjourné ou encore de la conseillère communication internationale Barbara Frugier. (Julie Carriat et Marine Pennetier, édité par Jean-Philippe Lefief)

© Thomson Reuters 2019
Envoyer par e-mail