L'avancée en matière d'audit ne parvient pas à attirer les investisseurs vers les ADR chinoises

29/09/2022 | 04:11

Les gestionnaires de fonds mondiaux ont vendu des actions chinoises cotées aux États-Unis et l'indice qui les suit a fortement baissé, ce qui suggère que les progrès réalisés pour résoudre les différends concernant leurs comptes n'ont pas suffi à dissiper les craintes des investisseurs quant aux perspectives du secteur.

En date de vendredi dernier, les fonds américains "long-only" - ou fonds qui ne vendent pas d'actions à découvert - et les gestionnaires de hedge funds étaient des vendeurs nets de ces actions jusqu'au troisième trimestre, selon les données des stratèges de Morgan Stanley. Elle n'a pas donné de chiffre en dollars pour cette vente, bien qu'elle ait pesé sur les prix.

L'indice Nasdaq Golden Dragon, qui les suit, a chuté de plus de 14 % depuis une apparente percée dans un long conflit sur leur conformité aux exigences d'audit américaines, sous-performant le S&P 500 et le Hang Seng.

Les actions chinoises se négocient aux États-Unis sous forme d'American Depositary Receipts (ADR) - des titres américains qui représentent des actions étrangères d'une société étrangère.

Selon les investisseurs, l'espoir que les progrès réalisés aient pu améliorer le sentiment à l'égard des ADR chinoises, qui comprennent les géants en ligne Alibaba et JD.com qui n'ont pas la cote, a été anéanti par une fuite de toutes sortes d'actifs risqués alors que les taux d'intérêt mondiaux augmentent.

"Nous avions traversé probablement trois cycles d'optimisme en 2022. À chaque fois, il y a un autre vent qui arrive que personne n'aurait pu voir", a déclaré Andy Maynard, responsable mondial des actions chez China Renaissance Securities.

"Il y a d'abord eu la guerre, puis le voyage de Pelosi à Taïwan, et maintenant l'inflation", a-t-il dit, faisant référence aux combats en Ukraine et à un voyage en août de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, qui a attisé les tensions entre les États-Unis et le détroit de Taïwan.

Les régulateurs américains ont longtemps contesté le refus de la Chine de leur accorder un accès complet aux comptables et aux documents d'audit des entreprises, ce qui avait menacé leur inscription à la cote. Mais un accord conclu en août a ouvert la voie aux inspections d'audit qui commenceront ce mois-ci.

Après une réponse initiale chaleureuse, l'attention des investisseurs s'est éloignée. Le volume des transactions sur Alibaba, par exemple, est en baisse et le peu de soutien des prix observé dans le secteur semble provenir principalement de la couverture de positions courtes.

Un cinquième des paris à découvert ont été couverts par des fonds spéculatifs au cours du trimestre, selon les stratèges de Morgan Stanley. Ils ont déclaré que les gestionnaires long-only attendent de meilleures nouvelles économiques de la Chine avant d'ajouter une exposition.

Alibaba et Tencent ADR ont tous deux chuté de plus de 30 % cette année, tandis que l'indice Hang Seng a baissé de plus de 25 % et l'indice Shanghai Shenzhen CSI 300 de plus de 20 %.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Économie"
08:05
08:02
08:00
07:59
07:55