Le plan Biden au menu, en attendant Lagarde

08/03/2021 | 09:03

La seconde semaine de mars débute avec des prix du pétrole qui ont le vent en poupe et des débats sans fin sur la nouvelle passion des marchés, les taux obligataires. Pendant ce temps, l'administration Biden est à deux doigts de déployer son plan de relance XXL, les relations commerciales transatlantiques s'apaisent et la BCE se prépare à on ne sait trop quoi jeudi. Oh, et rien ne va plus dans la famille royale britannique, ce qui a l'air d'être important puisque même le Wall Street Journal en parle.

En dépit des apparences, la plupart des marchés actions ont affiché une performance hebdomadaire positive la semaine dernière, souvent dans des marges étroites. Je parle d'apparence parce que le bruit autour de certaines valeurs emblématiques de l'année 2020 qui corrigent actuellement (coucou Tesla !) masque un peu la bonne tenue de nombreux compartiments du marché. L'appétit des investisseurs pour les valeurs décotées ne se dément pas.

A cause de ma casquette de journaliste économique, il y a deux situations auxquelles je ne peux quasiment jamais échapper. La première, c'est quand il faut écrire quelque-chose. N'importe quoi en fait : carte d'anniversaire, bulletin municipal, lettre de motivation, compte-rendu de réunion… "Toi qui es journaliste, tu pourrais nous écrire le discours des 90 ans de mémé ?". Imparable. La seconde, c'est lorsqu'une discussion dérive sur l'économie et que l'on arrive immanquablement à la question "comment c'est possible, des taux négatifs ?". Je pense qu'à la longue, je ne suis plus trop mauvais sur ce sujet, après des débuts assez pathétiques. Par contre, je découvre régulièrement de nouvelles conséquences de cette situation. Savez-vous par exemple que des taux bas contribuent à limiter les prêts aux entreprises ?

Il s'agit d'un impact indirect mais avéré. En effet, les taux bas font progresser les prix immobiliers, en poussant les acheteurs à souscrire des prêts et à investir dans la pierre, parce que leurs livrets ou les actifs sécurisés ne rapportent plus rien. Cette hausse de la demande fait monter les prix et accroît le patrimoine des propriétaires, qui sont plus confiants et consomment davantage. Mais l'autre conséquence mise en lumière par une étude américaine relayée la semaine dernière par l'économiste Joachim Klement est que les banques réorientent leurs flux vers ce secteur au détriment des prêts aux entreprises. Un choix logique puisque les prêts immobiliers sont censés être plus solides et sont généralement adossés aux actifs qu'ils financent, offrant ainsi des garanties supérieures (sauf, évidemment, en cas de bulle car ces actifs sont illiquides). L'étude réalisée par l'Université de Miami montre qu'il y a une relation évidente entre hausse des prix immobiliers et baisse des prêts aux entreprises. Parenthèse refermée, puisqu'il faut plutôt ressortir désormais les travaux sur les hausses de taux plus que sur les taux négatifs.

Cette semaine, il sera encore question du fameux plan de relance américain doté de 1900 Mds$, qui va repasser une dernière fois devant la chambre des représentants après avoir été validé par le sénat au cours du weekend, moyennant quelques ajustements. Son déploiement n'est donc plus qu'une question de jours. En parallèle, les marchés se demandent ce que Christine Lagarde et la BCE diront jeudi à l'issue de la réunion de mars de la banque centrale. "Même s'il y a quelques retards à l'allumage, je ne vois pas vraiment de risque de crise de rage en Europe car la réponse budgétaire au coronavirus a été faible", estime Barnaby Martin, stratégiste crédit chez Bank of America Merrill Lynch. Les spécialistes s'attendent surtout à des indications verbales de la BCE, voire à ce qu'ils appellent un "recalibrage" du programme d'achats d'urgence pour faire face à la pandémie, acronymisé "PEPP". Côté entreprises, les derniers trimestriels débarquent, avec notamment Oracle, Inditex, Adidas et EssilorLuxottica à venir cette semaine.

Quelques informations du weekend qui occupent le terrain médiatique ce matin :

  • Une attaque au drone contre des installations pétrolières saoudiennes a fait bondir le prix de l'or noir.
  • Washington et Bruxelles suspendent pour quatre mois les surtaxes douanières réciproques liées au contentieux entre Airbus et Boeing.
  • La dissimulation du visage interdite par référendum en Suisse.
  • La famille royale britannique règle ses comptes en public.
  • Décès du fils ainé de Serge Dassault, le député Olivier Dassault, dans un accident d'hélicoptère.

Le CAC40 gagnait 0,7% à 5824 points peu après l'ouverture.

Les temps forts économiques du jour

La production industrielle allemande (8h00), l'indice du sentiment des affaires de la Banque de France (8h30) et les stocks des grossistes américains (16h00) sont au programme aujourd'hui. Hier, la Chine a annonce une balance commerciale nettement plus excédentaire que prévu.

L'euro reste sous la pression du dollar à 1,19 USD. L'once d'or baisse à 1706 USD. Le pétrole, en revanche, bat ses récents pics, avec un Brent qui affiche 70,63 USD le baril et un WTI à 67,31 USD le baril. La dette américaine affiche un rendement en hausse à 1,58 % sur 10 ans. Le Bitcoin reperd un peu d'altitude après avoir rebondi, à 5500 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • ABB : RBC reste à performance sectorielle avec un objectif relevé de 25 à 28 CHF.
  • Aggreko : Crédit Suisse passe de sousperformance à neutre en visant 880 GBp.
  • Alcon : Goldman Sachs relève son objectif de cours de 68 à 75 CHF.
  • AXA : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 26 à 26,50 EUR.
  • CGG : Société Générale passe d'acheter à conserver en visant 1,17 EUR.
  • Derwent London : HSBC passe de conserver à acheter en visant 3770 GBp.
  • Dufry : Credit Suisse relève son objectif de cours de 42 à 50 CHF.
  • Elior : Stifel passe d'acheter à conserver en visant 7 EUR.
  • Erste : J.P. Morgan passe de surpondérer à neutre en visant 28 EUR.
  • Flutter : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 17 500 à 18 700 GBp.
  • Galp Energia : Goldman Sachs passe de neutre à achat en visant 13 EUR.
  • Great Portland : HSBC passe de conserver à acheter en visant 815 GBp.
  • Inficon : Credit Suisse relève son objectif de cours de 588 à 695 CHF.
  • Inventiva : Jefferies reste acheteur avec un objectif réduit de 25,50 à 23 EUR.
  • Kuehne + Nagel : Jefferies reste à conserver avec un objectif relevé de 175 à 215 CHF.
  • LVMH : Citigroup reprend le suivi à l'achat en visant 620 EUR.
  • Quadient : AlphaValue passe d'acheter à accumuler en visant 22,50 EUR.
  • Repsol : Goldman Sachs passe d'acheter à neutre en visant 13 EUR.
  • SFS : Credit Suisse relève son objectif de cours de 127 à 133 CHF.
  • Siemens : RBC reste à surperformance avec un objectif de cours relevé de 140 à 150 EUR.
  • Snam : Goldman Sachs passe d'acheter à neutre en visant 5,10 EUR.
  • Solaria Energia : Goldman Sachs passe de neutre à achat en visant 25,50 EUR.
  • Vestas : Goldman Sachs passe d'alléger à conserver en visant 1070 couronnes.
  • Wolters Kluwer : AlphaValue reste à accumuler avec un objectif relevé de 71,30 à 73,80 EUR.

L’actualité des sociétés

En France

Annonces importantes

  • Les Etats-Unis et l'Europe conviennent d'un abandon sur les surtaxes mutuelles liées à Airbus et The Boeing Company. Une bonne nouvelle pour l'aéronautique mais aussi pour les spiritueux.
  • EssilorLuxottica devrait confirmer Francesco Milleri comme directeur général lorsque le groupe renouvellera son conseil d'administration, selon des sources concordantes.
  • Veolia a l'intention de dégainer cette semaine une "proposition de sortie par le haut" dans le dossier Suez.
  • Chez L'Oréal, Omar Hajeri devient directeur général de la division Produits Professionnels et rejoint le comité exécutif, à la place de Nathalie Roos, démissionnaire.
  • Valneva et Pfizer lancent la phase II de l'essai de leur vaccin contre la maladie de Lyme.
  • Pernod Ricard va prendre le contrôle du rhum colombien ultra-premium La Hechicera.
  • Abivax cesse son étude avec ABX464 dans la covid-19.
  • Prismaflex précise que sa collaboration avec Clear Channel ne modifie pas ses perspectives 2020/2021, après une envolée spéculative de son titre en bourse.
  • ESMO (ex APAM) convertit des ORNANE et monte à 5,1% de Navya.

Dans le monde

Annonces importantes

  • General Electric serait en train de négocier la vente de sa division de leasing aéronautique à Aercap pour 30 Mds$, selon le Wall Street Journal.
  • Volkswagen réfléchit à transformer son usine espagnole en hub pour la voiture électrique.
  • UBS jugée en appel en France à partir de lundi dans l'affaire de fraude fiscale à grande échelle.
  • Nestlé rachète Essentia Water.
  • Merck et Ridgeback Bio font état d'essais prometteurs pour leur traitement de la covid-19 par voie orale en phase II.
  • Des utilisateurs de la messagerie de Microsoft piratés à cause d'une faille de sécurité.
  • La Californie assouplit ses critères pour la réouverture de Disneyland (The Walt Disney Company) et des stades.
  • 4e semaine consécutive dans le rouge pour Tesla, qui a effacé plus de 230 Mds$ de capitalisation.
  • Deliveroo promet une rétribution exceptionnelle à ses livreurs pour son IPO.
  • Relief Therapeutics lance une augmentation de capital.
  • Le chinois ENN vend ses 5,1 % dans Santos Limited.
  • Implenia signe un beau contrat en Italie.
  • Robinhood devrait opter pour le Nasdaq dans le cadre de son IPO.
  • Le président et deux administrateurs de Greensill démissionnent.

Résultats des sociétés. Xpeng, ICA Gruppen, Direct Line Insurance, Belimo, D'Ieteren, Séché, Bastide

Lectures

© Zonebourse.com 2021
Copier lien
Dernières actualités sur ""
08:35
20/10
19/10
18/10
15/10