Les Kenyans, qui aspirent désespérément au changement, doivent choisir un nouveau président parmi les visages familiers.

09/08/2022 | 08:48

Les Kenyans ont commencé à voter pour les législateurs et un nouveau président tôt ce mardi, mais de nombreux citoyens qui cherchent désespérément à être soulagés de la flambée des prix des denrées alimentaires et de la corruption profondément enracinée ont peu confiance dans le prochain gouvernement pour apporter un quelconque changement.

Un grand nombre de jeunes ne se sont pas inscrits sur les listes électorales, selon les chiffres de la commission électorale. Nombre d'entre eux se disent frustrés par l'aggravation des inégalités et par un système politique bien ancré, supervisé par la même vieille élite.

"Si vous regardez la vie maintenant, le coût de la vie a vraiment augmenté, donc nous sommes sceptiques quant à savoir si celui qui sera élu fera une différence. La vie est très dure", a déclaré Job Simiyu, un chauffeur de taxi-moto.

Les électeurs ont commencé à déposer leur bulletin de vote peu après l'ouverture officielle des bureaux de vote à 6 heures du matin, heure locale (0300 GMT).

Le président Uhuru Kenyatta quitte la tête de la puissance économique de l'Afrique de l'Est après avoir atteint la fin de la limite de ses deux mandats.

Les principaux candidats en lice pour le remplacer sont loin d'être des visages neufs. William Ruto, 55 ans, a été l'adjoint de Kenyatta au cours des neuf dernières années, bien que les deux hommes se soient brouillés.

Raila Odinga, 77 ans, est un vétéran de l'opposition qui, cette fois, a obtenu le soutien de Kenyatta.

De nombreux observateurs extérieurs suivent de près cette élection. Le Kenya est une nation stable dans une région instable, un proche allié occidental qui accueille les sièges régionaux d'Alphabet, de Visa et d'autres groupes internationaux.

Mais à l'intérieur du Kenya, certains rejettent le vote pour le président, le parlement et les autorités locales avec un haussement d'épaules.

"Il semble y avoir une apathie croissante. Le taux de participation n'est peut-être pas aussi élevé qu'il devrait l'être, en raison de la désillusion", a déclaré Macharia Munene, professeur de relations internationales à l'Université internationale des États-Unis pour l'Afrique, basée à Nairobi.

PRÊTS, EMPLOIS, VIOLENCE, CORRUPTION

Kenyatta a réalisé un boom des infrastructures - largement financé par des prêts étrangers - qui pèsera sur ses successeurs.

Il a un jour déclaré qu'il ne pouvait rien faire pour lutter contre la corruption et les hausses mondiales des prix des denrées alimentaires, du carburant et des engrais ont durement touché les Kenyans. Certains électeurs se demandent si son adjoint et l'homme qu'il a soutenu seront en mesure de proposer des solutions nouvelles.

La dynamique de vote ethnique traditionnelle du Kenya pourrait également freiner la participation. Le groupe ethnique le plus important, les Kikuyu, a fourni trois des quatre présidents du Kenya. Cette fois, il n'y a pas de candidat présidentiel kikuyu, bien que les deux principaux candidats aient des adjoints kikuyus.

Ruto est issu de la populeuse communauté Kalenjin, basée dans la vallée du Rift, tandis que l'ethnie Luo d'Odinga, parmi les plus importantes, a son cœur dans l'ouest du Kenya.

Ruto a cherché à capitaliser sur la colère croissante des Kenyans pauvres et dit qu'il envisage de créer un fonds pour fournir des prêts aux petites entreprises.

"Il s'agit de créer des emplois pour les jeunes", a-t-il déclaré lors de son dernier rassemblement à Nairobi ce week-end.

Odinga, qui a concouru sans succès à quatre élections précédentes, a promis de s'attaquer à la corruption et de faire la paix avec ses opposants après l'élection. Les scrutins de 2007 et 2017 ont été entachés de violences après des différends sur des truquages présumés.

"Je serrerai la main de mes rivaux et paierai le prix politique s'il le faut", a déclaré M. Odinga lors de son dernier meeting.

Les quatre derniers sondages d'opinion publiés la semaine dernière donnent Odinga en tête avec une marge de six à huit points, mais Ruto les a rejetés comme de faux sondages destinés à influencer l'électorat.

Pour éviter un second tour, un candidat à la présidence doit obtenir plus de 50 % des voix et au moins 25 % des suffrages exprimés dans la moitié des 47 comtés du Kenya.

Il y a 22,1 millions d'électeurs inscrits. Les résultats provisoires commenceront à affluer dans la nuit de mardi à mercredi, mais l'annonce officielle prendra plusieurs jours.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
15:45
15:43
15:41
15:40
15:38