Les cryptos s'invitent à Davos - Crypto Recap

20/01/2023 | 16:41

Des panneaux arborants les pépites en vogue de la cryptosphère, à l’instar de Polygon ou Circle, ont été déposés à coté de Meta et de Deloitte sur La Promenade, la rue principale de Davos où les entreprises et les gouvernements ont pris le contrôle des magasins et des cafés pour le Forum économique mondial de cette semaine - un rassemblement annuel de chefs d’entreprise, de célébrités et de décideurs mondiaux. Ah oui, j’ai failli oublier, une Mercedes orange flashy, à l’effigie de l'œuvre de Satoshi Nakamoto, avec des jantes “in crypto we trust” était aussi garée pas loin. Mais que s’est-il passé dans les montagnes suisses cette semaine ? On y revient après les actualités essentielles de la semaine.

Block 1 : Les actualités essentielles 

  • La Russie et l’Iran envisagent le lancement d’un stablecoin adossé à l’or

La banque centrale iranienne envisage la possibilité de créer, avec la participation de la Russie, un jeton numérique pour faciliter le commerce dans la région perse, selon un rapport citant le chef de l'organisation de l'industrie de la cryptographie en Fédération de Russie. Le stablecoin pourrait être accepté comme moyen de paiement dans les règlements internationaux, a déclaré le directeur exécutif de l'Association russe de crypto-économie, d'intelligence artificielle et de blockchain (Racib), Alexander Brazhnikov, au quotidien économique Vedomosti. La Russie et l'Iran, tous deux sous sanctions économiques et financières occidentales, se sont tournés vers les crypto-actifs comme moyen de contourner les restrictions.

  • FTX pourrait-être relancé ? 

John J. Ray III, désormais patron de FTX, a déclaré qu'en dépit des accusations portées contre Sam Bankman-Fried et d'autres cadres, les clients ont vanté les mérites de la technologie de FTX et ont dit que cela pourrait valoir la peine de relancer la plateforme. "Tout est sur la table", a déclaré Ray. "S'il y a une voie à suivre à ce sujet, alors nous ne ferons pas qu'explorer cela, nous le ferons". Le jeton de FTX, le FTT, a augmenté de 33 % à la suite de la nouvelle. La décision se résumerait à savoir si le redémarrage de la plateforme internationale FTX permettrait de récupérer plus de fonds pour les clients que la simple liquidation des actifs ou la vente de la plateforme, a déclaré Ray. Cette stratégie pourrait aussi être d’envoyer un signal positif au marché, qui aurait avoir pour répercussion de revaloriser les actifs de FTX afin de les vendre à un meilleur prix pour rembourser les créanciers. Mais dans ce cas, on se rapprocherait de la manipulation de marché… 

  • La Société Générale utilise la Finance Décentralisé (DeFi)

Pour rappel, au cours de l’été 2022, MakerDAO, une plateforme de finance décentralisée adossée à la blockchain Ethereum a ajouté la filiale de la banque axée sur les actifs numériques, Société Générale – Forge (SG-Forge), à ​​ses coffres avec une limite de crédit de 30 millions de dollars en stablecoins DAI. Le coffre-fort est adossé à 40 millions d'euros d'obligations sous la forme de "tokens OFH" - des titres sous forme de jetons émis sur Ethereum et adossés principalement à des prêts immobiliers classés AAA par Moody's - ce qui rend les prêts surgarantis. La branche crypto de la Société Générale a donc utilisé son coffre-fort en empruntant 7 millions de dollars en stablecoin DAI. Un signe fort de la présence d’entités de la finance traditionnelle dans la finance décentralisée.

  • Genesis dépose le bilan 

“Genesis pourrait être sur le point de déposer son bilan dès cette semaine”, a déclaré Bloomberg plus tôt cette semaine. Le prêteur de cryptomonnaies, qui est finalement détenu par Digital Currency Group, s'est retrouvé dans une position financière périlleuse après avoir souffert d'une exposition à un certain nombre de faillites antérieures. Non seulement Genesis a été durement touché par la disparition de Three Arrows Capital (3AC), mais il s'est vu retirer 175 millions de dollars après l'effondrement de FTX. Elle doit maintenant 900 millions de dollars à 340 000 clients de Gemini Earn, et rien n'indiquait qu'un accord ait été trouvé. Les retraits sont suspendus chez Genesis depuis novembre - un geste qui sert souvent de signe avant-coureur de l'imminence d'une procédure de faillite. Ca n’a pas loupé, la société s’est mise en faillite hier, et indique avoir plus de 100.000 créanciers et des dettes comprises entre 1 et 10 milliards de dollars

  • 0,24% : c’est le volume des transactions illicites en cryptomonnaies en 2022

Selon une récente étude de Chainalysis, les transactions financières illégales impliquant des cryptomonnaies en 2022 auraient augmenté pour la deuxième année consécutive, atteignant 20,1 milliards de dollars (les actifs numériques avaient facilité des poursuites pénales d'une valeur de 18 milliards de dollars en 2021). 

Volume total des cryptomonnaie transféré par des adresses illicites
Chainalysis
Pourcentage des transactions illicites par rapport au volume total
Chainalysis

En revanche, ces données ne prennent pas en compte l’entièreté de toutes les activités illégales en dehors de la blockchain. Typiquement, les fraudes liées aux sociétés qui se sont effondrées en 2022 comme Three Arrows Capital, FTX ou encore Celsius ne sont pas prises complètement en compte dans l’analyse. Également, de simples transactions en cryptomonnaies qui impliquent un paiement de drogue par exemple, apparaît comme une simple transaction sur la blockchain, il est donc difficile de quantifier l’ensemble de toutes les transactions illicites. Néanmoins cela donne une tendance globale de la fraude on-chain qui reste malgré tout relativement faible par rapport à certaines monnaies fiduciaires. 

Block 2 : L’Analyse Cryptique de la semaine

Après avoir vécu une année chaotique du côté de la cryptosphère, en passant par les performances désastreuses des actifs numériques, puis par les arrestations massives de fraudeurs 3.0 et enfin par l’effondrement de nombreuses plateformes (Three Arrows Capital, Celsius, FTX, Genesis…), entres autres, la crypto-industrie est de retour au Forum économique mondial de Davos. Alors cet événement a-t-il été l’occasion pour les acteurs sur place de redorer le blason des cryptomonnaies auprès de milliardaires, de banquiers et de chefs d'État ?

Alors ça passe déjà par une omniprésence des acteurs de l'industrie crypto à Davos, en passant par des panneaux officiels, des magasins de la ville, des cafés, des studios de yoga, les espaces événements promotionnels de la cryptosphère étaient partout. Des représentants de la société Tether, la société émettrice du principal stablecoin (une crypto-monnaie largement utilisée et indexée sur le dollar américain) en termes de capitalisation, l’USDT, ont même distribué des pizzas gratuites à une conférence. Un peu léger pour redorer le blason de la cryptosphère me direz-vous. 

Circle, la société émettrice du second plus grand stablecoin au monde, l’USDC, a doublé ses investissements pour marquer sa présence à Davos. Au-delà de leur présence dans les vitrines de La Promenade où Le bâtiment de Circle portait le slogan “Résoudre les problèmes du monde réel”, le discours s’est concentré sur des sujets tels que la confiance et la responsabilité tout en qualifiant la période post-Luna-3AC-Celsius-FTX-Voyager-Genesis de “grande réinitialisation". Mais beaucoup restent sceptiques sur le sujet crypto, notamment les membres du gouvernement et de la finance traditionnelle.

“Cela ressemble à un dernier soupir pour la cryptographie", a déclaré Jason Furman, économiste à l'Université de Harvard, ancien conseiller du président Barack Obama. “C'est comme une publicité que j'ai vu dans un magazine disant que le marché de l'immobilier n'a jamais été aussi chaud. Vous savez, ces gens ont payé pour cette publicité six mois plus tôt, et au moment où elle est sortie, c'était tout simplement faux. C'est la crypto à Davos” a-t-il ajouté. 

Hilary Allen, professeur de droit à l'American University à lui pris un ton un peu moins menaçant, mais toujours sans grande lueur d’optimisme. "Ce que l'industrie de la cryptographie veut vraiment, c'est être établie - être intégrée à la finance traditionnelle, être réglementée, mais selon ses propres conditions". 

Il y a eu moins de discussions que l'on pourrait s'y attendre sur Sam Bankman-Fried. Le jeune prodige déchu de 30 ans est devenu un croque-mitaine à tout faire, celui qu'il ne faut pas nommer, sauf à titre de mise en garde. Finalement, à en juger par la teneur des conversations à Davos - où le mot "tokenization" a été prononcé avec une fréquence remarquable par des personnes allant des ministères des finances aux sociétés de buy-side - le message général était le suivant :  Beaucoup de gens veulent posséder et contrôler leurs données, y compris leurs actifs, et la blockchain ne se résume pas aux memecoins et aux arnaques.

Ah oui, et la Mercedes orange à l’effigie du bitcoin appartenait à Michael Chobanian, le fondateur de Kuna, qui est le nom d’un échange de cryptomonnaies ukrainien.

Bitcoin Car Davos
Photo : Arjun Kharpal - CNBC

Block 3 : Tops & Flops

L’évolution du Top 20 des cryptomonnaies en termes de capitalisation sur une semaine.
(Cliquez pour agrandir)

Quantify Heatmap

Block 4 : Lectures de la semaine

Les propriétaires du metaverse créent un nouveau système de classe (Wired, en anglais)

L’IA n’est pas la nouvelle crypto (The Atlantic, en anglais)

Les crypto-monnaies sont en crise, mais elles ne vont pas disparaître (The Conversation, en anglais)

© Zonebourse.com 2023
Copier lien
Dernières actualités sur ""
27/01
20/01
13/01
06/01
30/12