On dirait que la Chine se réveille

15/11/2021 | 09:02

Ils montent, ils montent, les marchés actions, et rien n'a l'air de pouvoir les contrarier. Dans une actualité macroéconomique et monétaire qui a tendance à s'alléger cette semaine, la Chine refait parler d'elle à l'extérieur de ses frontières, à l'approche d'un mini-sommet prévu la nuit prochaine entre Joe Biden et Xi Jinping. Il reste quelques publications trimestrielles de grandes entreprises à écluser, en particulier celles des deux mastodontes du commerce physique américain, Walmart et Home Depot.

Depuis la rentrée, les indices boursiers confortent les statistiques mensuelles historiques. Après le coup de tabac de septembre – un mois traditionnellement compliqué pour les investisseurs – octobre a permis de redresser la barre et la première moitié de novembre a servi de tremplin aux places financières, qui ne cessent d'explorer des niveaux inconnus. L'Europe vient d'enchaîner une sixième semaine consécutive dans le vert, mieux que les Etats-Unis où la séance de baisse marquée du milieu de la semaine a provoqué une légère contraction hebdomadaire. 

Malgré les facteurs de risque brandis quotidiennement çà et là, les bourses occidentales ne connaissent qu'une direction, celle de la hausse. Rien dans les résultats publiés par les sociétés cotées pour le compte de leur 3e trimestre n'a pu aller à l'encontre de cette tendance. Pas même les fameuses pressions inflationnistes dont on se demande parfois comment elles ont pu être gérées par les entreprises avec une telle habileté. Bon, ne soyons pas dupes, ce sont évidemment nos portefeuilles de consommateurs qui vont en faire les frais. Mais c'est justement là que se loge une partie de l'espoir des économistes, qui n'ont pas manqué de constater que les niveaux d'épargne record ont créé une manne considérable. Pour autant, la flambée des prix de base, de l'énergie aux matières premières agricoles, soulève d'importantes problématiques pour la frange de la population qui n'a rien à épargner, et donc pour les gouvernements. En attendant, les taux de croissance des principales économies prévus pour l'année prochaine, bien que légèrement révisés en baisse, sont encore bien supérieurs aux taux de croissance habituels. Et si la Chine fait exception, les investisseurs, incorrigibles optimistes, se raccrochent à l'espoir que Pékin va faire en sorte de relancer sa machine après avoir fait le ménage dans les secteurs en surchauffe.

La Chine qui a l'air de chercher à revenir sur la scène internationale après avoir consacré beaucoup d'énergie à sa politique intérieure. Xi Jinping et Joe Biden doivent dialoguer cette semaine de sujets qui fâchent, quelques jours après que Pékin et Washington eurent annoncé la semaine dernière une curieuse convergence de vues sur le climat. Cette entente bilatérale aurait, peut-on lire dans la presse anglosaxonne, contribué à sauver une COP26 bien mal embarquée. Dans un autre registre, l'ambassadeur de Chine auprès de l'UE a accusé Bruxelles de mettre en péril le commerce mondial en déployant de nouvelles mesures protectionnistes. Dans un entretien au Financial Times, il estime que la politique communautaire risque de créer de nouvelles tensions sur les chaînes d'approvisionnement.

La réouverture de ce front n'est pas anodine. Elle intervient au moment où l'UE s'organise enfin pour rapatrier de la production à valeur ajoutée sur son territoire. Dans son papier dominical, le chef économiste d'UniCredit Erik Nielsen cite trois secteurs stratégiques qui ont d'ores et déjà fait l'objet d'initiatives. D'abord les semiconducteurs, alors que 77% de la production mondiale a lieu en Asie. L'Europe a lancé un plan visant à ce que la région pèse 20% du marché mondial des puces dès 2030. Ensuite les batteries, un domaine dans lequel l'alliance industrielle créée par Bruxelles a déjà bien progressé avec 100 Mds€ d'engagements d'investissements. Un essor favorisé par le poids important de l'industrie automobile pour de nombreuses économies, Allemagne en tête. Enfin, la pandémie a mis en évidence l'importance de l'interdépendance de la recherche médicale et des capacités nationales de recherche et de production, souligne Nielsen, qui rappelle que près de 75 à 80% des principes actifs destinés à produire des médicaments en Europe et aux Etats-Unis proviennent actuellement de Chine et d'Inde. La Chine n'a évidemment pas intérêt à ce que l'occident regagne de l'autonomie industrielle, en particulier sur les secteurs de pointe.

Il n'y aura pas beaucoup d'indicateurs macroéconomiques majeurs cette semaine, exception faite peut-être des statistiques de production et de consommation publiées ce matin par la Chine, au demeurant solides, et des ventes de détail américaines d'octobre, qui seront dévoilées demain. La saison des résultats trimestriels touche à sa fin avec les chiffres de Walmart, The Home Depot, Netease et Vinci demain, puis ceux de Nvidia, Cisco, Baidu, Alibaba, Intuit ou Applied Materials jeudi et vendredi. Sur le front pandémique, les résurgence constatées dans plusieurs pays ont réactivé le mode vigilance des investisseurs, mais sans psychose. Dans ce domaine comme dans d'autres, l'être humain perd en appréhension en ce qu'il a gagné en expérience. Notons aussi qu'après les Etats-Unis, c'est l'Inde qui va rouvrir ses frontières au tourisme international, après 20 mois d'isolement.

L'ambiance est plutôt calme ce matin à l'aube sur les marchés financiers. Le CAC40 perdait 0,04% à 7089 points peu après l'ouverture. 

Les temps forts économiques du jour

L'indice Empire Manufacturing de novembre sera publié à 14h30 aux Etats-Unis. Ce matin, la Chine a annoncé des statistiques d'octobre plus favorables que prévu, au niveau de la production industrielle et des ventes de détail.

L'euro remonte légèrement à 1,1457 USD. L'once d'or se stabilise sous les 1860 USD. Le pétrole perd du terrain, à 80,10 USD le baril WTI et à 81,40 USD le baril de Brent. Sur le marché de la dette souveraine, le taux du 10 ans américain remonte légèrement à 1,55% pendant que celui du Bund recule à -0,26%. Le bitcoin s'échange 65740 USD pièce.

Les principaux changements de recommandations

  • Admiral : Berenberg passe de conserver à acheter en visant 3245 GBp.
  • Alfen : Berenberg passe d'acheter à conserver en visant 85 EUR.
  • Allianz : Jefferies reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 230 à 250 EUR.
  • Alstom : CFRA réduit son objectif de 40 à 35 EUR.
  • Aperam : Jefferies reste à conserver avec un objectif relevé de 48 à 52 EUR.
  • Bytes Technology : Berenberg démarre le suivi à l'achat en visant 650 GBp.
  • Chargeurs : Berenberg reste à l'achat avec un objectif relevé de 26 à 31 EUR.
  • Compagnie Financière Richemont : UBS reste à l'achat avec un objectif relevé de 133 à 152 CHF.
  • Computacenter : Berenberg reste à l'achat avec un objectif de cours relevé de 3300 à 3600 GBp.
  • Delivery Hero : Credit Suisse reste à surperformance avec un objectif relevé de 170 à 174 EUR.
  • EasyJet : Kepler Cheuvreux passe de conserver à alléger en visant 460 GBp.
  • EDP : HSBC passe de conserver à acheter en visant 5,40 EUR.
  • Enel : Jefferies passe de sousperformance à conserver en visant 7 EUR.
  • Engie : Morgan Stanley reste à surpondérer avec un objectif relevé de 17 à 18 EUR.
  • Fortum : Kepler Cheuvreux passe d'alléger à conserver en visant 25 EUR.
  • Hapag-Lloyd : Kepler Cheuvreux passe de conserver à acheter en visant 250 EUR.
  • JDE Peet's : Jefferies reste à sousperformance avec un objectif réduit de 26,50 à 23,50 EUR.
  • John Wood : Citigroup passe de neutre à achat.
  • Logitech : Stifel réduit son objectif de cours de 98 à 83 CHF.
  • Nagarro : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 151 à 172 EUR.
  • Pierer Mobility : Jefferies démarre le suivi à l'achat en visant 110 EUR.
  • Rémy Cointreau : Barclays passe de pondération en ligne à surpondérer en visant 234 EUR.
  • Softcat : Berenberg reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 1750 à 1900 GBp.
  • Telecom Italia : Deutsche Bank passe d'acheter à conserver en visant 0,43 EUR.
  • TUI : HSBC reprend le suivi à conserver en visant 2,70 EUR.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Les compagnies d'Indigo Partners commandent 255 Airbus En parallèle, Air Lease négocie l'acquisition de version cargo de l'A350 et d'autres appareils.
  • Saudi Aerospace Engineering Industries et Thales signent un protocole d'accord pour des services de maintenance et de réparation aéronautiques.
  • Saint-Gobain étend sa présence en Afrique au Kenya et à Maurice.
  • Le contrat Rafale de Dassault Systèmes pour l'Égypte entre en vigueur.
  • CNIM négocie la cession de Bertin à FCDE.
  • Paprec boucle le rachat de 20% de Groupe Pizzorno.
  • Société Anonyme d'Explosifs rachète NORMAT au Bénin.
  • Carmat réalise la première implantation de son cœur artificiel total Aeson aux Pays-Bas.
  • Boostheat signe un partenariat sur un programme pour promouvoir une pompe à chaleur hydrogène en Allemagne.
  • Biophytis reprend le recrutement de son étude COVA de phase II/III avec Sarconeos dans le Covid-19.
  • OSE Immunotherapeutics a présenté les premières données précliniques positives d'efficacité de CLEC-1, une nouvelle cible inhibitrice de point de contrôle myéloïde en immunothérapie du cancer.
  • Pharnext tire une cinquième tranche de 300 obligations convertibles en actions.
  • Foncière Atland , Poujoulat, et Avenir Telecom ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes (et autres)

  • S&P Global et IHS Markit sont parvenus à un accord antitrust avec le ministère américain de la Justice permettant à leur fusion de 44 Mds$.
  • Ahold Delhaize songerait à faire coter Bol.com.
  • BMW et Audi (Volkswagen) intéressés par le rachat de McLaren Automotive, selon Automobilwoche. Mais BMW a démenti tandis qu'Audi se dite prête à envisager une coopération.
  • Heineken veut racheter Distell à 180 ZAR par action en numéraire.
  • Spotify annonce l'acquisition du grand nom des livres audio Findaway.
  • American Tower pourrait mettre 10 Mds$ sur la table pour racheter CoreSite Realty, selon Bloomberg.
  • Siemens a présélectionné cinq candidats au rachat de sa filiale de signalisation mobile Yunex Traffic, selon le Handelsblatt, sur la base de valorisations de 550 à 600 M€.
  • Le conseil d'administration de Regeneron Pharmaceuticals approuve un programme de rachat d'actions de 3 Mds$.
  • Des négociations en cours au sein de la Commerzbank pour supprimer 10 000 emplois.
  • Leonteq relève ses prévisions.
  • Dormakaba affine ses objectifs et annonce des changements à la direction.
  • Sonova fait mieux que prévu.
  • KBC a conclu un accord avec Raiffeisen Bank International pour acquérir les opérations bancaires bulgares de l'Autrichien pour un montant total de 1,015 Md€.
  • Philips va remplacer jusqu'à 4 millions de respirateurs à cause d'un défaut de fabrication.
  • Le Royaume-Uni devrait enquêter sur l'offre de Nvidia sur ARM pour des raisons de sécurité nationale, selon le Sunday Times.
  • Patrick Drahi cherche à accroître sa participation dans BT Group.
  • Carl Icahn veut nommer 10 administrateurs chez Southwest Gas.
    Début de l'OPA d'Adtran sur Adva Optical.
  • Principales publications de résultats : Mitsubishi UFJ, Sonova, Tyson Foods, Talanx, Vantage Towers, Reply, Encavis

Lectures

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur ""
09:02
14/01
13/01
12/01
11/01