Prêts à risque : la BCE songerait à une "bad bank"

10/06/2020 | 08:18

Les fonctionnaires de la Banque centrale européenne seraient en train de plancher sur un plan pour faire face à des centaines de milliards d'euros de prêts potentiellement impayés à la suite de l'épidémie de coronavirus, ont déclaré à Reuters deux personnes au fait du sujet. Cela pourrait passer par une structure qui détiendrait les créances douteuses et litigieuses, une "bad bank".

Ce projet, qui intervient alors que l'Europe mobilise des montants astronomiques pour soutenir l'économie de la région, vise à protéger les banques commerciales des retombées de la crise, si la hausse du chômage venait à peser sur les capacités de remboursement des prêts par les acteurs économiques. La BCE aurait ainsi mis en place un groupe de travail pour examiner l'idée d'une "bad bank" pour stocker les dettes en euros impayées. Ses travaux se seraient accélérés ces dernières semaines. La BCE a refusé de commenter sur un éventuel système de "structure de défaisance".

Le montant de la dette de la zone euro considérée à risque, c’est-à-dire qui pourrait ne pas être remboursée intégralement, se chiffre déjà à plus de 500 Mds€, en incluant les crédits à la consommation, les prêts automobiles et les prêts immobiliers, selon les statistiques officielles Ce montant devrait augmenter à mesure que l'épidémie de COVID-19 met les emprunteurs sous pression et pourrait même doubler pour atteindre 1 000 Mds€, ce qui pèserait sur les banques déjà fragiles et entraverait l'octroi de nouveaux prêts.

L'idée d'une structure de défaisance de la zone euro a été discutée et mise en suspens il y a plus de deux ans. Mais la BCE, sous l'impulsion de sa nouvelle présidente Christine Lagarde, a consulté les banques et les fonctionnaires de l'UE sur un projet au cours des dernières semaines, a déclaré l'une des personnes interrogées. En tant qu'institution la plus puissante de la zone euro, le soutien de la BCE à ce projet est essentiel, mais il nécessiterait également la bénédiction de l'Allemagne, la plus grande économie du bloc. Berlin s'oppose depuis longtemps aux projets qui visent à partager la responsabilité des dettes d'autres pays, même si elle a récemment changé d'avis de manière inattendue, en acceptant de mettre en commun les emprunts de l'UE pour un fonds de relance de la lutte contre le coronavirus.

Une "bad bank" qui émettrait des obligations

L'un des projets en cours de discussion concerne le Mécanisme de stabilité européen (MES), une institution de l'UE qui peut fournir une assistance financière aux pays de la zone euro ou aux prêteurs, qui pourrait être utilisée comme garante de la structure de défaisance. Celle-ci émettrait alors des obligations que les banques commerciales achèteraient en échange de portefeuilles de prêts non-remboursés, neutralisant ainsi le choc viral pour les prêteurs européens. Les banques pourraient alors déposer ces obligations auprès de la BCE comme garantie pour le financement de la banque centrale, a déclaré l'une des personnes interrogées.

Les grandes banques commerciales européennes pourraient être appelées à unir leurs forces pour soutenir le projet, a déclaré la deuxième source. Alors que les pays européens se concentrent actuellement sur le lancement d'un plan de 750 Mds€ pour aider les économies touchées par COVID-19, l'idée d'une bad bank, et le plan de la BCE, pourraient être discutés par les gouverneurs des banques centrales et les ministres plus tard cette année. Interrogé mardi sur les banques douteuses, Andrea Enria, le responsable de la supervision des banques à la BCE, a déclaré qu'il soutenait le concept, mais qu'il était "prématuré" d'en discuter maintenant, car on ne savait pas exactement quelle serait la gravité de l'impact de l'épidémie de coronavirus. L'intéressé a rappelé avoir soutenu de tels projets qui ont permis à des pays européens de sortir de l'ornière, notamment en Espagne ou en Irlande après la crise de 2008. Enria a toutefois estimé que les banques européennes ont d'importantes réserves, qui devraient suffire à si une seconde vague de coronavirus est évitée.

L'Europe du Nord sceptique

Néanmoins, tout programme paneuropéen visant à résoudre le problème des créances douteuses se heurterait probablement à des objections politiques de la part de l'Allemagne, qui résiste depuis longtemps aux tentatives de soutien aux banques des pays plus faibles de peur de se retrouver avec des factures impayées. Markus Ferber, membre allemand du Parlement européen, a déclaré que Berlin restait opposée à la prise en charge de telles garanties mutuelles. "Les banques nationales de défaisance pourraient être un premier pas", a-t-il déclaré. Marco Zanni, un législateur italien au Parlement, a déclaré que le processus de décision de l'UE était trop compliqué et trop lent. "En regardant les crises passées, l'expérience montre que les solutions européennes arrivent trop tard", a-t-il déclaré. "Lorsque vous êtes confronté à une crise, vous devez agir en quelques jours ou semaines, et non en quelques mois ou années". Les banques en Italie et en Grèce, par exemple, se remettaient encore des retombées de la crise financière plus de dix ans plus tôt lorsque la pandémie a frappé.

Mais alors que le problème des prêts non remboursés se concentre principalement dans les pays pauvres de l'UE depuis le krach de 2008, l'impact généralisé du coronavirus, qui a durement frappé l'Allemagne, pourrait mettre les emprunteurs en difficulté partout.

La Commission européenne, l'organe exécutif de l'UE, a déclaré qu'elle avait décrit comment les systèmes de défaisance bancaire pouvaient fonctionner, mais qu'aucun "travail formel" n'était en cours. Elle a déclaré que les banques avaient reçu une plus grande marge de manœuvre réglementaire, mais qu'elles pouvaient "explorer toutes les possibilités pertinentes" si nécessaire. "Les banques européennes se préparent déjà à une nouvelle vague de créances douteuses", a déclaré Andrew Orr du cabinet d'expertise comptable Deloitte. "Avoir une bad bank européenne aiderait. Pour la créance irrécouvrable elle-même, rien ne change. Les dettes doivent encore être réglées et l'argent doit encore être remboursé".

La Rédaction
© Zonebourse.com 2020
Copier lien
Dernières actualités sur "Economie & Forex"
16/09
28/08
28/07
11/06
10/06