Terres Rares : Pékin s'agite, le secteur était déjà bien réveillé

16/02/2021 | 14:35

La thématique des terres rares revient sur le devant de la scène après les révélations du Financial Times sur la réflexion en cours à Pékin concernant la politique d'exportation de ces composants indispensables à plusieurs industries de haute technologie. Un levier d'une grande puissance pour la Chine, qui fournit 80% des besoins des Etats-Unis en la matière. Au plus fort de la guerre commerciale lancée par Donald Trump, la question des terres rares avait rapidement émergé, mais Xi Jinping n'était jamais allé jusqu'à les jeter dans la balance.

Elles font donc leur retour à la faveur d'informations obtenues par le FT. "Le mois dernier, le ministère de l'industrie et des technologies de l'information a proposé un projet de régulation de la production et de l'exportation de 17 minéraux de terres rares en Chine, qui contrôle environ 80% de l'offre mondiale", écrit le quotidien britannique, qui rappelle qu'il faut 417 kg de terres rares variées pour le jet de combat de nouvelle génération de Lockheed Martin, le F-35. Une étude qui ne serait pas motivée uniquement par l'intention de nuire : les statistiques officielles de Pékin montrent que la Chine dévore les terres rares à un rythme supérieur à sa propre production. Sur chacune des cinq dernières années, elle a ainsi dû en faire venir d'autres pays, notamment du Myanmar et… des Etats-Unis.

Les enjeux sectoriels sont complexes, comme vous pouvez le constater dans cet excellent papier de Jordan Dufee (qu'il faudrait mettre à jour, cher Jordan), mais pointent vers une poursuite du déséquilibre entre l'offre et la demande.

Il existe un indice qui suit un panier d'entreprises exposées aux terres rares, le MVIS Global Rare Earth/Stragegic Metals Index (MVREMX), qui couvre "au moins 90% de l'univers investissable" et "a été licencié pour servir de référence à des produits financiers" totalisant près de 600 M$ d'actifs sous gestion. En l'occurrence l'ETF Vaneck Vectors Rare Earth (REMX / US92189H8051) de Vaneck, qui est aussi le propriétaire de MVIS : on n'est jamais mieux servi que par soi-même. En voici la composition par ordre décroissant :

Cet ETF fait la part belle à la Chine (47,3%) et à l'Australie (24,7%) dans sa composition, mais on y retrouve quelques entreprises américaines et même une française (prospectus complet ici). Attention, cet ETF est enregistré aux Etats-Unis et n'est pas UCITS. Vous trouverez certaines des sociétés qui le composent et d'autres encore dans notre liste thématique sur les métaux stratégiques.

Les terres rares, labellisées
Les terres rares, labellisées "grande rotation sectorielle de novembre"
Sur 5 ans, l'histoire est un peu différente
Sur 5 ans, l'histoire est un peu différente

La Rédaction
© Zonebourse.com 2021
Copier lien
Dernières actualités sur "Mat. Premières"
23/02
16/02
2020
2020
2020