ALPHABET INC.

GOOGL
Cours estimé en temps réel. Temps réel estimé  - 30/09 01:58:42
97.81500000USD +0.41%

Google s'oppose à la proposition d'organisme d'autorégulation soutenue par Facebook en Inde -sources

11/08/2022 | 09:13

Google émet de sérieuses réserves quant à la mise en place d'un organisme d'autorégulation pour le secteur des médias sociaux en Inde afin d'entendre les plaintes des utilisateurs, bien que la proposition bénéficie du soutien de Facebook et Twitter, ont déclaré à Reuters des sources ayant connaissance des discussions.

En juin, l'Inde a proposé de nommer un panel gouvernemental chargé d'entendre les plaintes des utilisateurs concernant les décisions de modération du contenu, mais a également déclaré qu'elle était ouverte à l'idée d'un organisme d'autorégulation si l'industrie y était disposée.

Toutefois, l'absence de consensus entre les géants de la technologie augmente la probabilité de la formation d'un panel gouvernemental - une perspective que Facebook et Twitter de Meta Platforms Inc. veulent éviter car ils craignent que le gouvernement et les autorités de réglementation n'aillent trop loin en Inde, selon les sources.

Lors d'une réunion à huis clos cette semaine, un cadre de Google (Alphabet Inc.) a déclaré aux autres participants que l'entreprise n'était pas convaincue des mérites d'un organisme d'autorégulation. L'organisme impliquerait des révisions externes des décisions qui pourraient forcer Google à réintégrer du contenu, même s'il a violé les règles internes de Google, aurait déclaré le cadre.

De telles directives émanant d'un organisme d'autorégulation pourraient créer un dangereux précédent, ont également déclaré les sources citant le dirigeant de Google.

Les sources ont refusé d'être identifiées car les discussions étaient privées.

Outre Facebook, Twitter et Google, des représentants de Snap Inc et de la populaire plateforme indienne de médias sociaux ShareChat ont également assisté à la réunion. Ensemble, les entreprises comptent des centaines de millions d'utilisateurs en Inde.

Snap et ShareChat ont également exprimé leur inquiétude quant à un système d'autorégulation, affirmant que la question nécessite beaucoup plus de consultations, notamment avec la société civile, ont indiqué les sources.

Google a déclaré dans un communiqué qu'il avait assisté à une réunion préliminaire et qu'il s'engageait avec l'industrie et le gouvernement, ajoutant qu'il "explorait toutes les options" pour une "meilleure solution possible."

ShareChat et Facebook ont refusé de commenter. Les autres sociétés n'ont pas répondu aux demandes de commentaires de Reuters.

QUESTION ÉPINEUSE

Les organismes d'autorégulation chargés de contrôler le contenu dans le secteur des médias sociaux sont rares, bien qu'il y ait eu des cas de coopération. En Nouvelle-Zélande, les grandes entreprises technologiques ont signé un code de pratique visant à réduire les contenus préjudiciables en ligne.

La tension concernant les décisions relatives au contenu des médias sociaux a été un problème particulièrement épineux en Inde. Les entreprises de médias sociaux reçoivent souvent des demandes de retrait de la part du gouvernement ou suppriment le contenu de manière proactive. YouTube de Google, par exemple, a supprimé 1,2 million de vidéos au cours du premier trimestre de cette année qui étaient en violation de ses directives, le chiffre le plus élevé de tous les pays du monde.

Le gouvernement indien s'inquiète du fait que les utilisateurs mécontents des décisions de retrait de leur contenu ne disposent pas d'un système adéquat pour faire appel de ces décisions et que leur seul recours légal est de s'adresser aux tribunaux.

Twitter a été confronté à des réactions négatives après avoir bloqué les comptes d'Indiens influents, y compris des politiciens, en invoquant la violation de ses politiques. L'année dernière, Twitter a également eu maille à partir avec le gouvernement indien lorsqu'il a refusé de se conformer entièrement aux ordres de supprimer des comptes qui, selon le gouvernement, diffusaient de fausses informations.

Un projet initial de la proposition pour l'organisme d'autorégulation stipule que le panel serait présidé par un juge à la retraite ou une personne expérimentée dans le domaine de la technologie, ainsi que par six autres personnes, dont certains cadres supérieurs de sociétés de médias sociaux.

Les décisions du panel seraient "contraignantes par nature", indique le projet, qui a été vu par Reuters.

Les géants occidentaux de la technologie sont depuis des années en désaccord avec le gouvernement indien, arguant que les réglementations strictes nuisent à leurs plans d'affaires et d'investissement. Ces désaccords ont également tendu les liens commerciaux entre New Delhi et Washington.

Les groupes de pression de l'industrie américaine représentant les géants de la technologie estiment qu'un comité d'examen nommé par le gouvernement soulève des inquiétudes quant à la manière dont il pourrait agir de manière indépendante si New Delhi contrôle les personnes qui y siègent.

La proposition d'un panel gouvernemental était ouverte à la consultation publique jusqu'à début juillet. Aucune date fixe de mise en œuvre n'a été fixée.

© Zonebourse avec Reuters 2022
Copier lien
Toute l'actualité sur ALPHABET INC.
29/09
29/09
29/09
29/09
29/09