NETFLIX, INC.

NFLX
Cours en différé. Temps Différé  - 15/08 22:00:00
249.11USD -0.08%

Wall Street s'essouffle, faute de nouvelles, après une semaine dans le vert

27/06/2022 | 16:38

New York (awp/afp) - La Bourse de New York évoluait en baisse lundi, stoppée dans son élan de la semaine dernière, faute d'éléments de soutien, techniques ou fondamentaux.

Vers 14H15 GMT, le Dow Jones lâchait 0,21%, l'indice Nasdaq, dominé par les valeurs technologiques, perdait 0,70%, et l'indice élargi S&P 500 cédait 0,33%.

Ce dernier avait accumulé quatre hausses en cinq séances et a regagné plus de 7% depuis son creux de mi-juin.

"La question est de savoir si le marché peut reléguer au second plan la détérioration des fondamentaux, avec des taux plus élevés, une forte inflation persistante et une croissance ralentie", s'est interrogé Patrick O'Hare, de Briefing.com, dans une note.

"Il a été capable d'avancer avec des oeillères la semaine dernière parce qu'il était descendu sous plusieurs seuils techniques", a-t-il poursuivi, "mais il risque de se heurter à des résistances" à la hausse.

L'analyste craint notamment la révision à la baisse des prévisions des entreprises lors de la saison des résultats, qui démarrera vraiment mi-juillet.

Cette semaine, l'équipementier sportif Nike (lundi), le groupe agroalimentaire General Mills (mercredi), ou le réseau de pharmacies et drugstores Walgreems Boots Alliance (jeudi) devraient donner quelques indications sur le sujet.

Pour Karl Haeling, de LBBW, Wall Street pourrait profiter de remaniements de portefeuilles, habituel durant les derniers jours d'un trimestre et d'un semestre.

Il voit ces mouvements bénéficier aux actions, au détriment des obligations, même s'ils devraient également contribuer à la volatilité du marché.

De fait, le marché obligataire reculait légèrement. Le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans, qui évolue en sens opposé de leur prix, montait à 3,16% contre 3,12% vendredi.

Les investisseurs suivront les échos du forum de la Banque centrale européenne (BCE), qui réunit au Portugal plusieurs des principaux banquiers centraux du monde, notamment Christine Lagarde (BCE) et Jerome Powell, président de la banque centrale américaine (Fed).

Par ailleurs, plusieurs membres de la Fed doivent s'exprimer publiquement durant la semaine.

La place new-yorkaise attend aussi quelques indicateurs macroéconomiques plus tard cette semaine, principalement l'indice de confiance des consommateurs, mardi, et l'indice des prix PCE, très suivi par la Fed, jeudi.

"Ça devrait être une semaine calme", anticipe Karl Haeling, dans la perspective du long week-end férié du 4 juillet (fête nationale), qui devrait limiter les échanges en fin de semaine.

A la cote, les secteurs de la santé et de l'énergie tiraient leur épingle du jeu, tandis que les valeurs technologiques et de croissance faisaient grise mine, à l'instar de Nvidia (-2,46%), Netflix (-3,71%) et Airbnb (-3,61%).

Les investisseurs fuyaient Digital World Acquisition Corp (-9,85% à 25,08 dollars), le véhicule coté qui doit fusionner avec le nouveau groupe de médias de Donald Trump. La société a indiqué lundi que l'opération était l'objet d'une enquête des autorités fédérales.

La compagnie Spirit Airlines se repliait (-8,24% à 22,50 dollars) après la recommandation d'un important cabinet de conseil Institutional Shareholder Services (ISS) aux actionnaires de voter, jeudi, en faveur du rachat par le concurrent Frontier (-9,25%).

L'offre de ce dernier, même relevée vendredi, est sensiblement inférieure à celle de JetBlue (+0,75%) qui, de surcroît, est entièrement en numéraire, alors que celle de Frontier est majoritairement en actions.

La chaîne de cinémas AMC avançait (+2,73% à 12,81 dollars), après un week-end qui a vu le film "Elvis" faire mieux qu'attendu au box-office, faisant jeu égal avec "Top Gun: Maverick", qui a franchi le milliard de dollars de recettes au niveau mondial.

tu/er

© AWP 2022
Copier lien
Toute l'actualité sur NETFLIX, INC.
15/08
15/08
12/08
11/08
11/08