CAC40 : remonte vers 4.600, bien aidé par la BCE et W-Street

29/10/2020 | 16:30
(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris accru ses pertes jusqu'à -1%, le première partie du discours de Ch.Lagarde ayant déçu, notamment l'évocation d'un programme d'achats d'actifs (PEPP) inchangé à 1.350MdsE jusqu'en décembre, date d'un recalibrage des interventions de la BCE.

Mais les marchés retrouvent partiellement le sourire (le CAC40 remonte vers 4.585 (+0,3%) avec une autre petite phrase en réponse à une question posée par un journaliste : 'nous ne resterons pas figés si la situation se dégrade' et la BCE admet que la reprise s'essouffle.

La patronne de la BCE indique par ailleurs que le 4ème trimestre est d'ores et déjà placé sous le signe de la récession ('novembre pourrait s'avérer très négatif') et de la déflation et elle elle invite les européens à 'élaborer sans tarder un nouveau plan de soutien' (au delà des 750MdsE déjà négociés).

Les prix resteront négatifs jusqu'à début 2021, dans le sillage des prix du pétrole (-3% à 37,75$ à Londres) pourraient ne pas commencer à remonter dans l'Eurozone avant 2022, ce qui signifie que les taux réels resteront négatifs encore au moins 18 mois, et probablement 2 ans de plus avant d'atteindre seulement les +2%.

L'une de premières conséquence de prévisions plutôt pessimistes sur la conjoncture, c'est la rechute de l'Euro, de -0,5% vers 1,1680 face au Dollar
A Wall Street, le Dow Jones gagne +0,5% et le S&P500 se rapproche des +1% de hausse, le Nasdaq affiche +1,1%.

Cette journée s'annonçait également comme la plus chargée de la semaine en matière d'indicateurs économiques dont la première estimation du PIB américain de troisième trimestre.
L'économie américaine a rebondi de 33,1% au troisième trimestre 2020 en rythme annualisé (contre +32% attendu), d'après la toute première estimation du produit intérieur brut (PIB) rendue publique par le Département du Commerce.
Ce rebond s'avère symétrique au plongeon de -31,4% en estimation définitive au titre du deuxième trimestre.
Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué de 40.000 la semaine dernière aux Etats-Unis, soit bien plus nettement que prévu, selon les chiffres publiés jeudi par le Département du Travail.

Les premières demandes d'indemnisation du chômage se sont élevées à 751.000 lors de la semaine du 24 octobre, alors que les économistes attendaient en moyenne 780.000 inscriptions.

La moyenne mobile sur quatre semaines s'inscrit elle aussi en baisse pour s'établir à 787.750 la semaine dernière, en baisse de 24.500 d'une semaine à l'autre.

Le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités s'élevait, lui, 7,7 millions de personnes la semaine passée, contre 8,5 millions la semaine précédente.

Reste à prendre connaissance des ventes au détail, 'le principal moteur de la croissance', rappelle-t-on chez Oddo BHF.

De nombreux titres poursuivent leur chute, notamment les valeurs pétrolières et parapétrolières avec CGG qui inscrit un nouveau plancher absolu vers 0,45E, Vallourec qui plonge vers 11,4E, Technip vers 4,50E.

Nouveau plus bas absolu pour Air-France (-3% vers 2,7E), effondrement initial de -13% sur Albioma jusque vers 37E avant un rebond vers 40E.

Rebond spectaculaire d'Orange avec +7%, de TF1 +11% et de Nexity +6%.
Copyright (c) 2020 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Copier lien
Dernières actualités sur "Marchés"
24/11
24/11
24/11
24/11
24/11