Contre-intuitif

03/06/2022 | 09:01

On sait depuis hier que le marché boursier est capable de résister à un avertissement de Microsoft. Cela revient à dire que la phase de peur-panique s'estompe, alors que les conditions macroéconomiques n'ont pas vraiment changé. Les indices américains sont en bonne voie pour enchaîner une seconde semaine dans le vert, après en avoir passé sept de suite dans le rouge.

Très honnêtement, j'ai un peu l'impression que les actions rebondissent dans le vide. Mais comme le marché a toujours raison, il y a quelques facteurs qui viennent appuyer cette hausse. Quant à savoir si ces facteurs sont valables, c'est une autre histoire. Tenez, si je vous disais que j'ai un tuyau de première main qui me donne la certitude que Microsoft va réviser en baisse ses prévisions de bénéfices du second trimestre avant l'ouverture de Wall Street tout à l'heure. Vous auriez probablement pronostiqué une chute du marché. Si même l'une des forces tranquilles de la cote américaine manque de visibilité, c'est quand même le signe que quelque chose cloche. Et bien c'est ce qui s'est passé hier : Microsoft a lancé un avertissement sur ses résultats à cause des effets de change (sans me prévenir en amont, vous vous en doutez, ce qui n'est pas très poli). Branle-bas de combat dans la planète finance à l'heure du déjeuner en Europe. Et puis… rien. Le Nasdaq a clôturé en hausse de 2,75% hier et le titre Microsoft a même gagné 0,8%.

Alors de trois choses l'une. Soit Microsoft a une baguette magique. Soit j'ai manqué un truc. Soit le marché a retrouvé sa libido. Si l'on jette un coup d'œil au palmarès de la veille, qui fait la part belle aux valeurs technologiques et aux valeurs cycliques, la 3e explication est peut-être finalement la bonne. D'autant que la poursuite du rebond entamé fin mai intervient après des commentaires plutôt agressifs (comprendre négatifs pour les actions) des banquières de la Fed Loretta Mester et Lael Brainard un peu plus tôt. Elles ont toutes deux suggéré que la banque centrale américaine pourrait continuer à relever ses taux en septembre. Mais le marché n'a pas tellement envie d'y croire. Il se prend plutôt à rêver que la Fed renoncera à son programme complet de relèvement des taux directeurs à cause de la dégradation des conditions macroéconomiques. Donc dès qu'une statistique américaine est un peu faiblarde, ils ronronnent de plaisir et les actions montent. Un paradoxe récurrent dont j'ai déjà parlé en début de semaine. Nouveau test aujourd'hui avec les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis en mai.

Il me faut aussi évoquer le pétrole en cette fin de semaine. L'OPEP+ a décidé hier d'augmenter sa production un peu plus que prévu en juillet et en août (648 millions de barils par jour en plus, au lieu de 432 millions de hausse sur les mois précédents). Là encore, de façon contre-intuitive, cette annonce a fait monter les cours de l'or noir. Il faut dire que les observateurs pensaient que le cartel pourrait profiter des difficultés d'exportation de la Russie pour autoriser ses autres membres à accroître leur propre production. Mais cela n'a pas eu lieu et les bons connaisseurs du secteur s'attendent à ce qu'en réalité, la hausse de production soit plus faible parce que seuls certains pays du Golfe ont les capacités pour pomper significativement plus et qu'ils se contenteront de monter jusqu'à leurs quotas. Une fois de plus, l'Arabie Saoudite dicte ses conditions : après tout, le pays dirige un cartel légal, donc pourquoi se priver. Joe Biden aurait prévu de se rendre à Riyad d'ici la fin du mois, révèle le New York Times ce matin : c'est le signe que Washington cherche à accroître sa pression sur le Royaume, aussi bien au niveau de la production que de ses relations avec la Russie. Dans la nouvelle configuration géopolitique mondiale, rien ne dit que Biden y parviendra.

Les statistiques de l'emploi aux Etats-Unis au cours du mois écoulé focaliseront donc l'attention à 14h30. Pour patienter, il y aura les indicateurs PMI des services de mai dans leurs versions affinées, d'une importance moindre pour les investisseurs qui ont déjà connaissance des lectures avancées depuis deux semaines. Dans le reste de l'actualité, la place de Londres est encore fermée aujourd'hui pour le Jubilée d'Elisabeth II, ce qui explique la faiblesse des commentaires de professionnels de la finance sur les actions, puisqu'une bonne partie des équipes de recherche des grandes banques sont toujours basées dans la City. Les nouvelles en provenance des sociétés sont assez peu nombreuses. Je signale quand même des rumeurs de négociations en vue d'un rapprochement entre Aperam et Acerinox dans le domaine de l'acier inoxydable en Europe.

Les places de Hong Kong et de Shanghai sont fermées aujourd'hui en Asie. Le Japon termine la semaine sur une note positive (+1,2% pour le Nikkei), à l'image de l'Australie où l'ASX 200 s'adjuge 0,8%. Les indicateurs avancés sont à nouveau haussiers en Europe. Le CAC40 gagne 0,7% à 6544 points à l'ouverture.

Les temps forts économiques du jour

Les indices PMI définitifs pour les services seront publiés tout au long de la journée pour les grandes économies. Aux Etats-Unis, il y aura aussi les chiffres de l'emploi en mai (14h30) et l'ISM des services (16h00). Tout l'agenda macro ici.

L'euro a nettement rebondi à 1,0750 USD. L'once d'or aussi à 1867 USD. Le pétrole s'est repris avec un Brent de Mer du Nord à 117,50 USD le baril et un brut léger américain WTI à 116,60 USD. Le rendement de la dette américaine à 10 ans est ferme à 2,92%. Le bitcoin remonte à 30 500 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Brenntag : Baader Helvea passe d'accumuler à acheter en visant 105 EUR.
  • Dätwyler : Vontobel reste à conserver avec un objectif réduit de 321 à 267 CHF.
  • Lem : Research Partners reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 2250 à 1800 CHF.
  • Lonza : AlphaValue reste à accumuler avec un objectif de cours réduit de 659 à 629 CHF.
  • Maat Pharma : Portzamparc reste à l'achat avec un objectif relevé de 16 à 19,60 EUR.
  • Novem : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 11 à 9,50 EUR.
  • Rheinmetall : MM Warburg passe de conserver à acheter en visant 240 EUR.
  • Tornos : Research Partners passe d'acheter à conserver en visant 6,50 CHF.
  • TotalEnergies : AlphaValue reste à alléger avec un objectif de cours relevé de 56,20 à 58,40 EUR.
  • Vitura : Kepler Cheuvreux reste à conserver avec un objectif de cours réduit de 43 à 37 EUR.
  • Wacker Chemie : Société Générale passe de vendre à conserver en visant 173 EUR.
  • Ypsomed : Research Partners reste à l'achat avec un objectif réduit de 195 à 190 CHF.

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • La succession de Frédéric Oudéa aux commandes de la Société Générale ne serait pas un long fleuve tranquille, selon Le Monde.
  • La justice américaine a inculpé la branche américaine de Fiat Chrysler Automobiles, qui fait partie de Stellantis pour son rôle présumé dans le dossier de la fraude aux émissions des véhicules diesel.
  • Faurecia lance une augmentation de capital de 705 M€ à 15,50 EUR l'action.
  • Aperam aurait des projets de fusion avec Acerinox, selon Bloomberg.
  • Carrefour et Groupe Crit tiennent leurs assemblées générales.
  • Foncière Inea veut lever 122,3 M€.
  • Rexel, Eramet et Vétoquinol détachent leurs dividendes.
  • Lumibird crée une filiale médicale en Inde.
  • L'IPH5201 d'Innate Pharma avance en phase II.
  • Nicox attend les résultats de la phase III avec NCX470 dans le glaucome un peu plus tôt que prévu.
  • Logic Instruments (Archos) sort un nouveau portable durci.
  • Recylex et Laurent-Perrier ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes (et moins importantes)

  • CRH va racheter Barrette Outdoor Living pour 1,9 Md$.
  • Fresenius va supprimer 2000 emplois chez Kabi, selon le Handelsblatt.
  • Rheinmetall propose une offre non contraignante pour l'unité OTO Melara de Leonardo, selon Reuters.
  • Lululemon gagne 2 % hors séance après avoir publié des résultats convaincants.
  • Elon Musk décale la journée Tesla AI au 30 septembre.
  • Le "gros doigt" de Citigroup sur les actions européennes pourrait avoir coûté à la banque 50 M$.
  • Cultura choisit Kuehne + Nagel pour la gestion de son site logistique de Moissy Cramayel.
  • Valora développe son portefeuille "Food Service" en rachetant Frittenwerk en Allemagne.
  • Implenia construit un nouveau tunnel de raccordement pour le métro de Stockholm.
  • Deutsche Wohnen et Bechtle détachent leurs dividendes.
  • Principales publications du jour : Sectra, Laurent-PerrierTout l'agenda ici.

Lectures

© Zonebourse.com 2022
Copier lien
Dernières actualités sur ""
09:01
12/08
11/08
10/08
09/08